Les loups solitaires menacent plus les Canadiens que les groupes terroristes

Michael Zehaf-Bibeau a tué un soldat à Ottawa... (Archives, La Presse Canadienne)

Agrandir

Michael Zehaf-Bibeau a tué un soldat à Ottawa avant de se rendre sur la colline du Parlement en octobre dernier.

Archives, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Colin Perkel
La Presse Canadienne
TORONTO

Les Canadiens sont beaucoup plus à risque de subir une attaque de la part d'un «loup solitaire» que d'un important groupe terroriste comme al-Qaïda ou l'État islamique, selon un intervenant à une conférence internationale sur la gestion du désastre qui se tient à Toronto.

Andrew Majoran, directeur général de l'Institut Mackenzie, a affirmé mardi qu'il était généralement plus facile, pour les agences de renseignements, de détecter et contrer un complot à grande échelle que celui d'un seul individu violent radicalisé.

En entrevue avant son discours, M. Majoran a expliqué que les attaques de loups solitaires ne sont habituellement pas prévisibles. Il a offert comme exemple le cas d'Anders Breivik, auteur d'une tuerie ayant fait 77 morts à Oslo, en Norvège, en 2011. Bien que Breivik ait tenu un journal et publié un manifeste, personne d'autre n'avait accès à ses plans.

Au Canada, Michael Zehaf-Bibeau, qui a tué un soldat à Ottawa avant de se rendre sur la colline du Parlement en octobre dernier, et Martin Couture-Rouleau, qui a délibérément heurté un soldat avec sa voiture à Saint-Jean-sur-Richelieu, sont d'autres exemples de loups solitaires. Ils étaient par contre déjà connus des services de renseignements, mais n'avaient rien fait pour mériter une arrestation.

M. Majoran fait par ailleurs remarquer que les loups solitaires ne sont pas nécessairement toujours des individus complètement seuls. Certains, comme l'auteur de l'attentat à la bombe à Oklahoma City Timothy McVeigh, agissent en compagnie d'un ou deux complices qui partagent leur mission.

Une menace croissante que certains semblent oublier est celle du terrorisme au féminin, a-t-il ajouté. On note par exemple l'étudiante islamiste Roshonara Choudhry, qui a poignardé un député britannique lors d'une tentative d'assassinat en 2010, et Colleen «Jihad Jane» LaRose, une Américaine qui a tenté de mettre sur pied une cellule terroriste islamique.

Selon M. Majoran, la vigilance de la communauté est l'une des meilleures approches pour contrer les menaces des loups solitaires.

Le fait que les antécédents de ces individus sont ordinaires et familiers peut cependant jouer en leur faveur. Ces gens sont allés à l'école, à l'université, ont des emplois, des familles. «Les loups solitaires peuvent facilement passer inaperçus», admet l'expert.

La Conférence mondiale sur la gestion des crises et des désastres a également accueilli des experts qui ont parlé de la façon d'affronter les désastres allant des incendies aux inondations, en passant par les épidémies, les pannes de courant majeures et les effondrements d'infrastructures.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer