Les Inuits rêvent d'une université sur leur territoire

Les Inuits espèrent toujours créer leur propre université. Cet ancien rêve a... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Bob Weber
La Presse Canadienne

Les Inuits espèrent toujours créer leur propre université. Cet ancien rêve a été ravivé récemment par un rapport qui a élaboré un plan de ce qui pourrait être l'établissement universitaire le plus au nord du Canada.

Le sous-ministre de l'Éducation du Nunavut Peter Ma a souligné que la proposition suscitait de plus en plus d'intérêt dans le territoire et ailleurs au pays. La mine Agnico Eagle, dont le siège social est au Québec, s'est d'ailleurs engagée à verser une subvention de 5 millions de dollars pour aider à sa création.

Le Canada est le seul pays de l'Arctique qui ne dispose pas d'une université sur le territoire nordique, un projet qui fait l'objet de discussions depuis au moins 2007. Selon Terry Audla, de l'organisation canadienne Inuit Tapiriit Kanatami, il s'agit pourtant d'un besoin pressant.

«L'objectif est aussi que les Inuits soient plus conscients de leur place dans la société en général. Les universitaires ont beaucoup d'influence sur les décideurs. Lorsqu'on a ça, on a plus de crédibilité.»

Terry Audla
de l'organisation canadienne Inuit Tapiriit Kanatami

En avril, MM. Ma et Audla ont participé à une conférence avec des enseignants de leur région, des représentants gouvernementaux et des organisations de revendication territoriale pour jeter les bases du rapport qui a été publié ce mois-ci.

Selon ce document, l'établissement pourrait être situé à Iqaluit et devrait être indépendant des gouvernements et des organisations inuites. Bien que l'université soit ouverte à tous, elle servirait principalement les Inuits et tous les étudiants devraient suivre des cours sur la culture et la langue inuites.

Une liste de cours provisoire a même été proposée. Les étudiants pourraient notamment s'inscrire à des cours d'études inuites, d'arts, de linguistique et de gouvernance autochtone (reliés à la science politique). D'ailleurs, la recherche universitaire serait consacrée exclusivement au savoir inuit.

Le financement proviendrait du secteur public et privé. «Ça prendra bien plus que 5 millions de dollars», a noté M. Ma.

Terry Audla estime que cette nouvelle institution serait bénéfique pour les Inuits, qui n'auront pas à se déplacer ailleurs pour apprendre, mais aussi parce qu'elle leur permettra d'avoir leur voix au sein de la société canadienne.

«L'objectif est aussi que les Inuits soient plus conscients de leur place dans la société en général. Les universitaires ont beaucoup d'influence sur les décideurs. Lorsqu'on a ça, on a plus de crédibilité», a-t-il indiqué.

Les Inuits peuvent déjà bénéficier de l'éducation post-secondaire à distance, mais rien ne vaut une université locale, selon Peter Ma. «C'est plus stimulant. C'est plus près de la maison, alors on est plus motivés à réussir», a-t-il expliqué.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer