Les Villes veulent être au coeur des élections fédérales

Gregor Robertson et John Tory... (PHOTO MARK BLINCH, REUTERS)

Agrandir

Gregor Robertson et John Tory

PHOTO MARK BLINCH, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse

«Le prochain premier ministre sera celui qui va reconnaître les besoins des villes.» Par cette sortie hier, le maire de Vancouver, Gregor Robertson, a résumé les attentes élevées des Villes canadiennes envers les partis fédéraux lors des prochaines élections fédérales.

Les maires de 18 des principales villes canadiennes se sont réunis hier à Toronto afin de préparer leur stratégie en vue du scrutin fédéral prévu d'ici novembre. Ceux-ci comptent talonner les principaux partis fédéraux afin de s'assurer que les enjeux municipaux trouvent une place de choix dans leurs plates-formes. «Oui, c'est une année électorale et les partis qui vont comprendre [les besoins des villes] sont ceux qui vont bien réussir», a dit Naheed Nenshi, maire de Calgary.

La pression sur les élus sera forte, préviennent les élus. «Aucun parti ne pourra être élu sans avoir un plan sérieux pour les villes», a dit Lionel Perez, élu montréalais responsable des infrastructures.

La FCM a chiffré à 120 milliards le déficit dans les investissements en infrastructures, soit l'équivalent de 24 fois le budget de Montréal. «Personne ne demande au gouvernement fédéral un chèque en blanc. Ce que nous demandons, c'est de discuter d'une forme de financement stable et prévisible», a précisé le maire Nenshi.

Il en va de l'avenir du pays entier, ont plaidé les maires. «Nos villes sont cruciales pour la création d'emploi, nos succès économiques. C'est important que le gouvernement fédéral reconnaisse l'importance des villes», a plaidé Gregor Robertson.

«Des villes fortes donnent un Canada fort. Un Canada fort a besoin de villes fortes » a martelé le maire de Toronto, John Tory.

La Fédération canadienne des municipalités a organisé ce Sommet des grandes villes afin de planifier les enjeux qui seront abordés lors de la campagne électorale fédérale. Les attentes sont élevées pour obtenir davantage d'investissements en infrastructures, notamment dans les transports. «Nous avons un gros problème de trafic dans toutes les grandes villes. Le transport est un investissement important, ça doit être une priorité», a plaidé Gregor Robertson.

Il y a longtemps qu'autant de maires des principales villes s'étaient réunis, a souligné Gregor Robertson. Ce renouveau n'est pas étranger à l'arrivée de huit nouveaux maires à la tête de grandes villes, dont Denis Coderre et John Tory.

Parmi les 19 maires présents, trois représentaient des villes québécoises, soit Denis Coderre (Montréal), Marc Demers (Laval) et Maxime Pedneaud-Jobin (Gatineau).

Denis Coderre a été absent pendant une partie de la journée alors qu'il revenait d'Europe où il a rencontré le président français François Hollande et le pape François. Le maire a aussi eu une rencontre avec le président du Canadien Pacifique Hunter Harrison pour discuter des passages à niveau de Montréal. La Ville tente depuis des années de convaincre le transporteur ferroviaire d'en aménager pour faciliter le passage de ses voies, sans succès.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer