Le maintien du programme d'entretien de la Route verte réclamé

Le programme, financé par Québec à la hauteur... (PHOTO D'ARCHIVES)

Agrandir

Le programme, financé par Québec à la hauteur de 2,8 millions de dollars par année, permet depuis 2001 d'entretenir la véloroute de 5358 km - une responsabilité partagée à parts égales entre le provincial et les municipalités.

PHOTO D'ARCHIVES

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une vingtaine de personnalités issues du monde sportif, des milieux d'affaires et des cercles artistiques demandent au premier ministre Philippe Couillard de revoir sa décision d'abolir le programme d'entretien du réseau cyclable de la Route verte.

Le programme, financé par Québec à la hauteur de 2,8 millions de dollars par année, permet depuis 2001 d'entretenir la véloroute de 5358 km - une responsabilité partagée à parts égales entre le provincial et les municipalités.

Or le nouveau pacte fiscal du gouvernement Couillard prévoit que le financement se fera entièrement les municipalités traversées par la Route verte. La décision d'entretenir la route, ou non, reviendra donc à chacune de ces villes. 

« C'est le début de la fin du grand réseau tel qu'on le connaît, réseau que plus d'un millier de partenaires de toutes les régions se sont affairés à mettre en place depuis près de 20 ans », dénoncent les auteurs de la lettre ouverte, qui vont jusqu'à s'inquiéter de la fermeture de certains tronçons de la Route verte.

« Une infrastructure de moindre qualité sera moins attrayante pour les touristes et plus difficile à mettre en marché. La pérennité du réseau, l'image de marque et les retombées économiques en région sont donc menacées », ajoutent les signataires, parmi lesquels se trouvent le président de Juste pour rire, Gilbert Rozon, et le président-directeur général de Tourisme Montréal, Yves Lalumière.

La lettre ouverte

Ci-bas, une reproduction du texte de la lettre ouverte adressée au premier ministre : 

«Monsieur Philippe Couillard,

Premier ministre du Québec

Il y a quelques jours, le gouvernement du Québec annonçait qu'il se retirait de l'entretien de la Route verte, une responsabilité partagée à parts égales avec les municipalités. Cette caution gouvernementale, établie en 2001, était au coeur de l'existence même de la Route verte, de son intégrité et de sa pérennité. Cela permettait d'assurer une uniformité nécessaire à l'entretien d'un réseau cyclable panquébécois, accessible et sécuritaire de 5358 km, relié aux provinces et aux états limitrophes. Cela contribuait à faire de la Route verte un fleuron de notre industrie touristique et de la positionner, telle que reconnue par la prestigieuse Société National Geographic, parmi les grandes véloroutes internationales.

Avec l'abolition du programme d'entretien de la Route verte (2,8 M$/an), c'est le début de la fin du grand réseau tel qu'on le connaît, réseau que plus d'un millier de partenaires de toutes les régions se sont affairés à mettre en place depuis près de 20 ans. Cette abolition entraînera un manque à gagner pour les municipalités, une diminution des dépenses d'entretien sur plusieurs tronçons et même la fermeture de certains d'entre eux. Une infrastructure de moindre qualité sera moins attrayante pour les touristes et plus difficile à mettre en marché. La pérennité du réseau, l'image de marque et les retombées économiques en région sont donc menacées.

Certes, la Route verte est un réseau cyclable bénéfique pour la santé de tous et pour la vitalité économique des régions, mais c'est aussi un des plus beaux projets de société que le Québec a pu mettre en oeuvre ces 20 dernières années. Vos prédécesseurs, peu importe leur formation politique, l'ont même inscrite au menu des accords internationaux de coopération lors des travaux de la Conférence des gouverneurs de la Nouvelle-Angleterre et des premiers ministres de l'Est du Canada.

Pour toutes ces raisons, nous vous demandons de reconsidérer la décision de votre gouvernement et de réitérer votre engagement en faveur de la conservation et de l'entretien de la Route verte, afin d'en assurer la pérennité.»

Michel Archambault, professeur émérite, UQAM

Serge Arsenault, Président, Grands Prix Cyclistes Québec et Montréal

Lyne Bessette, double olympienne

Françoise Bertrand, Présidente-directrice générale, Fédération des chambres de commerce du Québec

François-G. Chevrier, Président-directeur général, ATR associées du Québec

Raymond Dutil, Président, Procycle

Jean-Marc Eustache, Président et chef de la direction, Transat

Félix Gauthier, Président, Cycles Devinci

Yan Hamel, Président, Association québécoise de l'industrie touristique et Président Croisières AML

Pierre Lavoie, co-fondateur, Le Grand Défi Pierre Lavoie

Lucie Lanteigne, Directrice générale, Vélo Québec Association

Yves Lalumière, Président-directeur général, Tourisme Montréal

Michel Légère, ex maire de Hull, co-fondateur de la Route verte

Paul MacKenzie, Président, Arkel

Yvan Martineau, animateur-télé

Mario Plourde, Président et chef de la direction, Cascades Inc.

Gilbert Rozon, Président, Juste pour rire, Commissaire au 375e de Montréal et au 150e du Canada à Montréal

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer