Bébés morts à Winnipeg: la défense veut superviser les autopsies

Les bébés ont été retrouvés dans un mini-entrepôt... (Photo John Woods, La Presse Canadienne)

Agrandir

Les bébés ont été retrouvés dans un mini-entrepôt à Winnipeg.

Photo John Woods, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Chinta Puxley
La Presse Canadienne
WINNIPEG

L'avocat de la femme accusée d'avoir caché les restes de six bébés dans un mini-entrepôt, à Winnipeg, demande au tribunal de reporter les autopsies, même si elles sont déjà terminées «à 90%».

Greg Brodsky, l'avocat d'Andrea Giesbrecht, a soutenu mercredi devant le tribunal que les autopsies ne devraient se poursuivre qu'en présence d'un pathologiste indépendant. L'avocat a promis que cet expert indépendant observerait les autopsies pratiquées par le personnel médico-légal sans intervenir de quelque façon.

Un avocat du bureau du coroner a précisé à la cour que les autopsies étaient complétées «à environ 90%», et qu'elles pouvaient être suspendues tout au plus deux semaines, après quoi les restes pourraient être compromis. Me David Gesser s'est quand même objecté à cette «requête très inhabituelle» de la défense. Il s'est aussi demandé si le tribunal avait juridiction pour intervenir dans les activités du coroner, qui doit par ailleurs accomplir son travail en toute indépendance.

Mme Giesbrecht, âgée de 40 ans, était présente au tribunal pour cette audience, et elle a écouté les procédures sans montrer d'émotions particulières.

Elle est accusée de six chefs de dissimulation de cadavre, et d'avoir violé les conditions de sa probation. Elle est détenue depuis son arrestation le 20 octobre. Ce jour-là, des employés de l'entreprise de location de mini-entrepôts avaient découvert les petits cadavres en voulant dresser l'inventaire de l'espace loué par l'accusée, qui ne payait plus sa facture.

Mme Giesbrecht n'a pas enregistré de plaidoyer de culpabilité; l'audience pour sa libération sous caution aura lieu le 12 novembre.

La police a déjà prévenu qu'à cause de l'état de décomposition avancée des cadavres, il faudrait attendre des mois avant que les examens médico-légaux puissent déterminer les causes exactes des décès, l'identité des parents, et si les bébés étaient nés à terme.

Lors de l'audience de mercredi, les avocats n'ont pas vraiment plaidé sur le fond: ils ont simplement tenté de déterminer qui devait intervenir dans cette requête - la Couronne, le bureau du coroner ou la police de Winnipeg. L'audition de la requête se poursuivra vendredi.

Selon des documents judiciaires, Andrea Giesbrecht, aussi connue sous le nom d'Andrea Naworynski, est une joueuse compulsive qui occupe un boulot mal payé dans un restaurant-minute. Elle a déjà été condamnée à une peine suspendue et à deux ans de probation après avoir reconnu qu'elle avait emprunté de l'argent à un voisin de 73 ans, et qu'elle l'avait ensuite remboursé avec des chèques sans provision.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer