Cent universitaires contre la Charte des valeurs

Pas moins de 112 enseignants de l'Université de Montréal cosignent une lettre... (Photo Hugo-Sébastien Aubert, La Presse)

Agrandir

Photo Hugo-Sébastien Aubert, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Katia Gagnon
La Presse

Pas moins de 112 enseignants de l'Université de Montréal cosignent une lettre qui s'oppose fermement à l'application de la Charte des valeurs du gouvernement péquiste en milieu universitaire.

Rédigée à l'instigation de Jean Leclair, professeur à la faculté de droit, avec la collaboration de trois autres enseignants, la lettre a été signée au cours des derniers jours par plus d'une centaine de profs de l'université.

«La liberté de penser ne vise pas à protéger la liberté de pensée de ceux qui sont d'accord avec nous, mais celle de ceux qui expriment des pensées avec lesquelles nous sommes fondamentalement en désaccord. Il en va de même de la liberté de religion», écrivent les auteurs, qui fustigent l'article 5 du projet de loi 60, interdisant le port de symboles religieux ostentatoires.

Cependant, pour le président du Syndicat des professeurs de l'Université de Montréal, Jean Portugais, cette lettre est loin de faire l'unanimité chez les 1300 enseignants représentés par le syndicat. «Ça recoupe une partie des préoccupations. Mais nos membres sont partagés», souligne-t-il. Le syndicat n'a d'ailleurs pas encore adopté de position formelle quant à la charte.

Néanmoins, les universitaires signataires de la lettre déconstruisent pièce par pièce le projet de loi 60, plaidant qu'il nuira à l'intégration et qu'il freinera l'accès à l'université de candidats de valeur qui porteraient un signe religieux.

Ils rejettent aussi l'argument du voile comme symbole d'oppression. «On ne peut affirmer, sans rire, qu'une professeure d'université portant le voile puisse incarner au Québec, une image attentatoire à la valeur que représente l'égalité entre les femmes et les hommes. Comment prétendre une telle chose, si cette personne a été embauchée, généralement au terme d'un long parcours académique au cours duquel elle s'est distinguée par la rigueur et l'originalité de son travail?»

Pour Jean Leclair, la charte du ministre Bernard Drainville rappelle une époque sombre de l'histoire du Québec. «En l'absence d'une preuve tangible de prosélytisme, l'exclusion d'intellectuels attitrés qui affichent un signe religieux contreviendrait radicalement à la vocation critique de notre profession. Reviendrons-nous à cette époque où les universités anglophone et francophone du Québec faisaient obstacle à l'admission des Juifs?»

«À l'époque de Duplessis, on faisait la chasse aux communistes. Est-ce que maintenant on va faire la chasse aux symboles religieux?»

Jean Leclair
Professeur à la faculté de droit

Pour lui, l'université doit rester «un lieu de pensée libre», où les étudiants acceptent d'être parfois déstabilisés dans leurs convictions. «Si quelqu'un n'est pas capable d'être confronté à un prof qui porte la kippa ou le voile, je suis désolé, il n'a pas sa place à l'université.»

La semaine dernière, l'assemblée universitaire de l'Université de Montréal, qui regroupe profs, cadres et étudiants, a adopté cinq résolutions qui touchent la charte. La première a réaffirmé les valeurs de laïcité, de neutralité religieuse et d'égalité homme-femme. Dans d'autres résolutions, les membres ont «exprimé leur inquiétude» quant au projet de loi 60 et ont également indiqué que «dans sa forme actuelle», le projet de loi ne correspondait pas aux besoins de l'université. 

Une position plutôt prudente, somme toute, à laquelle le recteur Guy Breton a choisi de donner un tour de vis de plus dans un blogue rédigé vendredi. «Je suis médecin et jamais je ne prescrirais un traitement à un patient qui n'est pas malade. Administrer un médicament à un patient en santé pourrait même lui causer du tort.» 

À ce jour, les têtes dirigeantes de l'UQAM, de l'Université Mc Gill et de l'Université de Sherbrooke ont rejeté le projet de loi 60. La position de Concordia, de l'Université Laval et des autres composantes du réseau de l'Université du Québec reste à venir.

La lettre des professeurs de l'Université de Montréal

Fide splendet et scientia : un obstacle à la libre pensée?

Le projet de loi no 60 et les universitaires

Le gouvernement minoritaire actuellement au pouvoir à Québec a récemment déposé le projet de loi no 60 intitulé Charte affirmant les valeurs de laïcité et de neutralité religieuse de l'État ainsi que d'égalité entre les femmes et les hommes et encadrant les demandes d'accommodement. Aux termes de ce projet de loi, les professeurEs et chargéEs de cours de l'Université de Montréal, dans l'exercice leurs fonctions, seront tenuEs de ne pas porter un signe marquant ostensiblement une appartenance religieuse. Cette interdiction n'a pas lieu d'être.

La liberté de conscience et la laïcité

Il ne fait aucun doute que les dispositions en cause du projet de loi portent atteinte aux libertés de conscience et de religion des professeurs d'université. Non seulement la Charte québécoise des droits et libertés et le droit international - auquel le Québec a volontairement choisi de se lier - les garantissent à tous, mais celles-ci sont, de surcroît, au coeur de l'idée même de laïcité. Un État neutre et laïque doit respecter, en toute égalité, la liberté de conscience de chacun, en ne favorisant ni la foi des uns, ni l'athéisme ou l'agnosticisme des autres. Un État neutre et laïque ne peut contraindre une personne à adopter certaines croyances religieuses, non plus qu'il ne peut empêcher ou agir de façon à empêcher une personne d'exercer son droit de cultiver les siennes. 

Il importe peut-être de rappeler, comme le disait le grand juge américain Oliver Wendell Holmes, que le principe de la liberté de pensée ne vise pas à protéger la pensée de ceux qui sont d'accord avec nous, mais celle de ceux qui expriment des pensées avec lesquelles nous sommes fondamentalement en désaccord. Il en va de même de la liberté de religion.

Les universitaires ne sont pas la bouche de la volonté étatique 

En quoi la mission des professeurEs d'université et des chargéEs de cours constitue-t-elle une fonction étatique ? Depuis quand les universités sont-elles des lieux de mise en oeuvre des choix politiques de l'État ? Les universitaires ne sont pas la bouche par laquelle s'expriment les volontés des gouvernements en place. Le paiement de leurs salaires par l'État ne fait pas de ceux-ci des perroquets gouvernementaux. Est-ce que la devise de notre institution -Fide splendet et scientia (Elle rayonne par la foi et la science)- nous a collectivement empêchés de développer une pensée autonome et libre?

L'université : une entreprise critique

Une université, si elle en mérite le nom, est une institution qui, chaque minute, devrait déstabiliser sa population professorale et étudiante afin de l'arracher à ses certitudes. Elle a entre autres pour vocation de débusquer les demi-vérités et de vérifier le bien-fondé des intuitions, y compris celles qui fondent les politiques publiques.

En l'absence d'une preuve tangible de prosélytisme, l'exclusion d'intellectuels attitrés qui affichent un signe religieux contreviendrait radicalement à la vocation critique de notre profession. Reviendrons-nous à cette époque où les universités anglophone et francophone du Québec faisaient obstacle à l'admission des Juifs, ou nous rappellerons-nous que notre institution a été l'une des premières à abandonner cette pratique ? À quelle mémoire nous attacherons-nous ?

Le port de signes religieux, le prosélytisme et l'égalité entre les femmes et les hommes

Le port d'un signe religieux par un universitaire ne met pas en péril « les valeurs que constituent la séparation des religions et de l'État ainsi que la neutralité religieuse et le caractère laïque de celui-ci. » Affirmer que le port d'un signe religieux constituerait une pression indue sur le corps étudiant, ou encore qu'à lui seul il serait l'expression d'une forme de prosélytisme est une absurdité. On ose espérer que les étudiants universitaires sont faits d'une étoffe plus solide.

En outre, on ne peut affirmer, sans rire, qu'une professeure d'université portant le voile puisse incarner, au Québec, une image attentatoire « à la valeur que représente l'égalité entre les femmes et les hommes. » Comment prétendre une telle chose, si cette personne a été embauchée, généralement au terme d'un long parcours académique au cours duquel elle s'est distinguée par la rigueur et l'originalité de son travail, par des collègues membres d'une grande université nord-américaine comme la nôtre, fleuron d'une société qui baigne dans une culture libérale depuis des décennies ? Prétendre une telle chose, c'est faire insulte à l'intelligence des unes et des autres.

Enfin, contrairement à l'objectif qu'on lui prête, le projet de loi viendra porter atteinte au droit à l'égalité des femmes et des hommes au sein de notre corps professoral, en nuisant à l'intégration de celles et ceux dont la conscience requiert le port de signes religieux. Sans qu'aucune urgence n'ait été démontrée, sans qu'une quelconque preuve de prosélytisme n'ait été avancée, le projet de loi aura pour effet d'interdire, par exemple, à des femmes musulmanes francophones, parfaitement compétentes et désireuses de participer à une entreprise d'investigation intellectuelle réflexive et critique, la possibilité de ce faire.

Inutile de rappeler également que tous les professeurEs signataires de cette lettre estiment également de leur devoir moral de soutenir le principe de l'égalité d'accès à l'éducation supérieure et d'exprimer leur solidarité la plus grande envers une catégorie de nos étudiantEs qui subiront les préjudices directs de l'article 5 du projet de loi. À quoi bon défendre l'accès équitable à l'Université si le projet de loi aura pour effet d'empêcher certainEs de nos étudiantEs de pratiquer leur profession au sein de la fonction publique et même dans le domaine parapublic si on en juge par l'article 10 ? Cette contrainte excessive et injustifiée aura pour conséquence d'appauvrir la société québécoise en la privant de l'expertise et de la compétence professionnelles de certainEs de nos diplôméEs. Au nom de notre liberté académique, de notre liberté de conscience et du principe de l'égalité des opportunités pour tous et toutes, les cosignataires de cette lettre déclarent que nous sommes solidaires avec nos collègues et nos étudiantEs visés par l'article 5 du projet de loi.

Bref, dans la mesure où il s'applique aux universités, ce projet de loi vient heurter de plein fouet le coeur de ce qui fait leur mission : la liberté de pensée dans le plus grand respect de ce qui fait la richesse et la complexité de la société québécoise moderne.

Jean Leclair (Faculté de droit, UdM), avec la collaboration de V. Amiraux (sociologie), R. Chung (philosophie), J.-F. Gaudreault-Desbiens (droit), F. Merand (science politique), M. Seymour (philosophie).

Cosignée par : 

Benoit Moore (droit) ; Marc-André Éthier (didactique); Jean-Claude Marsan (aménagement/architecture); Christian Nadeau (philosophie) ; Amissi M. Manirabona (droit); Jean Wilkins (médecine/pédiatrie); Bettina Bergo (philosophie); Ollivier Hubert (histoire) ; Dominique Scarfone (psychologie); France Houle (droit); Maxime Doyon (philosophie) ; Diane Labrèche (droit); Sara Teitelbaum (sociologie); Jean-Sébastien Fallu (psychoéducation) ; Catherine Régis (droit); Phaedra Royle, (linguistique, orthophonie et audiologie); Isabelle Duplessis (droit); Jacques Moreau (école service social); Stéphane Rousseau (droit); Peter Dietsch, (philosophie) ; Luc Tremblay (droit); Anna Ghiglione (philosophie & centre d'études de l'Asie de l'Est); Harith Al-Dabbagh (droit); Sirma Bilge (sociologie) ; Pierre Trudel (droit); Stéphane Cantin (psychoéducation) ; Christine Tappolet (philosophie) ; Élise Charpentier (droit); Jeffrey Talpis (droit); Martine Valois (droit); Daniel Poulin (droit); Karyne Bates (anthropologie); Deirdre Meintel (anthropologie); Gilles Bibeau (anthropologie); Pascale Lehoux (administration de la santé); John Leavitt (anthropologie); Isabelle Ribot (anthropologie); Marie Luquette (ch. de cours (didactique)); Michel Morin (droit); Adrian Burke (anthropologie); Guy Lanoue (anthropologie); Michel-M. Campbell (théologie et sciences des religions); Konstantia Koutouki (droit); Yanick Noiseux (sociologie); Solange Lefebvre (théologie et sciences des religions); Noura Karazivan (droit); Mireille Beaudet (ch. de cours (droit)); Marcel Fournier (sociologie); Sonia Gauthier (école service social); Katherine Frohlich (administration de la santé); Jean Grondin (philosophie) ; Marie-Laurence Poirel (école service social); Anne-Hélène Jutras (didactique); Marie-Josée Aubin (ophtalmologie); Pierre Popovic (littérature de langue française); Marie Lacroix (école de service social) ; Jean Décarie (aménagement) ; Han-Ru Zhou (droit) ; Barbara Thériault (sociologie) ; Roxane de la Sablonnière (psychologie) ; Isabelle Archambault, (psychoéducation) ; Lisa Dillon (démographie) ; Michelle Drapeau (anthropologie) ; Cynthia Milton (histoire) ; Patricia Lamarre (sciences de l'éducation) ; Dominique Caouette (science politique) ; Alain Legault (sciences infirmières) ; Sarah Dufour (psychoéducation) ; Judith Ainsworth (ch. de cours (sciences de l'éducation)) ; Estelle Carde (sociologie) ; Frédéric Bérard (ch. de cours (droit)) ; Fabien Desage (prof. invité (science politique) ; Nicolas Sallée (sociologie) ; Eric Montpetit (science politique) ; Jane Jenson (science politique) ; Tamara Vukov (communication); Magdalena Dembinska (science politique) ; Pascale Dufour (science politique) ; Mamoudou Gazibo (science politique) ; Dyala Hamzah (histoire); Christine Rothmayr (science politique) ; Theodore McLauchlin (science politique) ; Graciela Ducatenzeiler (science politique) ; Marie-Joëlle Zahar (science politique) ; Laurence Bherer (science politique) ; Philippe Faucher (science politique) ; Jean-François Godbout (science politique) ; Carlo Morselli (criminologie); Benoît Dupont (criminologie); Stéphane Rousseau (droit); Marie-Claude Rigaud (droit); Mira Johri (Médecine sociale et préventive) ; Vardit Ravitsky (Bioéthique); Violaine Lemay (droit); Neuwahl Nanette (droit); Patrice Brodeur (théologie et sciences des religions); Hélène Trudeau (droit); Renée-Claude Drouin (droit); Gérard Beaudet (urbanisme); Nicole Gombay (géographie); Gilles Trudeau (droit); Pauline Wolff (aménagement); Jacques Fisette (urbanisme); Diop Djibril (ch. de cours (urbanisme)); Nada Touei (ch. de cours (urbanisme)); Martin Gagnon (urbanisme); Guylaine Vallée (relations industrielles);




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer