Sondage: le gouvernement Harper boudé par les Québécois

La satisfaction à l'endroit du gouvernement Harper glisse à... (Photo archives PC)

Agrandir

La satisfaction à l'endroit du gouvernement Harper glisse à 21% en mai, soit sept points de moins que le mois précédent.

Photo archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Lessard
Denis Lessard
La Presse

L'avance des libéraux, tant à Ottawa qu'à Québec, se confirme dans le sondage panquébécois que vient de réaliser la maison CROP. Le coup de sonde réserve de bien mauvaises nouvelles au premier ministre Stephen Harper. Sa cote personnelle est en chute, tout comme la satisfaction à l'endroit de son gouvernement. Ainsi, les conservateurs auraient été rayés de la carte au Québec si des élections avaient eu lieu cette semaine.

» Consulter les résultats complets du sondage (document PDF)

Les problèmes des sénateurs conservateurs Mike Duffy et Pamela Wallin ainsi que la démission du chef de cabinet de Stephen Harper, Nigel Wright, ont eu un effet dévastateur sur la satisfaction des Québécois à l'endroit du gouvernement Harper. «Les gens n'aimaient pas nécessairement les conservateurs, mais les respectaient, appréciaient leur message sur l'intégrité. Avec ce qui s'est passé depuis quelques jours, c'est comme si la "marque" des conservateurs avait été atteinte en plein coeur», observe Youri Rivest, vice-président de CROP.

La satisfaction à l'endroit du gouvernement Harper glisse à 21% en mai, soit sept points de moins que le mois précédent. Les «insatisfaits» montent de quatre points, à 72%, mais les «très insatisfaits» grimpent de 6%, à 40%. C'est «un groupe qui est vraiment en colère», indique M. Rivest.

Les intentions de vote pour le Parti conservateur (PC) tombent sous le seuil des 10%. Avec 9% d'appuis - deux fois moins qu'aux élections de mai 2011 -, le PC est menacé de disparition dans l'ensemble du territoire québécois. «À moins d'exception, un candidat exceptionnellement populaire, par exemple», précise M. Rivest. Le Parti libéral du Canada (PLC) jouit d'une bonne avance, avec 39% des intentions de vote - l'élan suscité par l'arrivée de Justin Trudeau s'est maintenu. Le Nouveau Parti démocratique (NPD) tient son bout, avec 29% d'appuis. Le Bloc québécois ne bouge pas davantage, à 18%.

Les troupes de Stephen Harper n'ont plus la masse critique nécessaire pour être élues au Québec, même dans la région de la capitale, leur bastion actuel. Ils sont troisièmes avec 21% d'appuis, contre 32% pour les libéraux de Justin Trudeau et 26% pour les néo-démocrates de Thomas Mulcair.

Le NPD a une très légère avance sur le PLC auprès des francophones - 34% contre 32%. Le Bloc québécois est à 22% et, loin derrière, les conservateurs ferment la marche avec 8%. Le problème du NPD au Québec demeure chez les non-francophones - il y trouve seulement 12% d'appuis; 72% d'entre eux vont au PLC.

En dépit de la popularité subite de Justin Trudeau, en avance avec 31% de répondants qui voient en lui le «meilleur premier ministre», Thomas Mulcair reste solide deuxième avec 27% d'appuis. Stephen Harper traîne loin derrière avec un maigre 7%, une glissade de trois points par rapport au CROP d'avril. Cela le ramène tout près de Daniel Paillé, le chef bloquiste qui n'a jamais aspiré à ce poste, avec 6%.

Au provincial

Les libéraux de Philippe Couillard jouissent «d'une confortable avance» dans les intentions de vote au Québec, indique le dernier sondage réalisé par la maison CROP. Mauvaise nouvelle pour Pauline Marois: le Parti québécois (PQ) se rapproche désormais dangereusement de la Coalition avenir Québec (CAQ) en troisième place.

Mais ces impressions cachent une autre réalité: auprès des électeurs francophones, les trois principaux partis sont quasiment à égalité, en compétition pour séduire cet électorat déterminant dans une majorité de circonscriptions. Le PQ est en avance avec 29% d'appuis chez les francophones, mais le Parti libéral du Québec (PLQ) n'est pas loin, avec 27%. Et la CAQ est sur ses talons avec 26%.

Le taux des Québécois «insatisfaits» du gouvernement reste à 65%, pratiquement inchangé depuis le mois de mars. Au lieu d'une stabilisation salutaire, Youri Rivest y voit plutôt une «cristallisation» bien inquiétante pour le PQ. «On voit que c'est figé, que ce sera très difficile à traverser. Mme Marois devra adopter un nouveau ton, un nouveau discours, remanier son équipe, cela prend un geste de rupture avec ce qui s'est fait jusqu'ici», observe-t-il.

Les Québécois sont de mauvaise humeur. La morosité ne se dément pas depuis six mois, et est en constante croissance depuis le début de l'année. Les intentions de vote pour le PQ sont en glissade constante depuis six mois. Le PQ récoltait ainsi 34% d'appuis en janvier, mais n'en a plus que 24% dans le dernier sondage - une baisse d'un point par rapport à avril qui le ramène à deux points seulement de la CAQ, à 22%.

Les libéraux de Philippe Couillard restent en avance, à 38%, mais leur appui chez les francophones a fléchi de trois points, à 27%. Fait significatif pour le sondeur: Option nationale, de Jean-Martin Aussant, passe subitement de 3 à 5% des suffrages. Il pourrait s'agir d'un effet de la Journée nationale des patriotes, où la première ministre Marois a laissé les nationalistes sur leur faim, risque Youri Rivest comme explication.

Québec solidaire passe de 11 à 10%. «En tenant compte des votes de gauche, c'est un 15% qui échappe au Parti québécois, cela fait mal», résume l'analyste.

Le nouveau chef libéral Philippe Couillard demeure la coqueluche des électeurs; 28% voient en lui le meilleur candidat pour le poste de premier ministre - le même score que le mois précédent. Pauline Marois ne bouge pas davantage, avec 16% d'appuis, suivie de près par François Legault, avec 14% - pour lui aussi, un score identique à celui d'avril.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer