Le crime ne serait pas un enjeu majeur pour les Canadiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Les conservateurs ont fait du crime une priorité... (Photo: Martin Chamberland, archives La Presse)

Agrandir

Les conservateurs ont fait du crime une priorité de leur gouvernement, alors que les statistiques ont démontré que les infractions criminelles déclinaient de manière stable depuis le début des années 1990.

Photo: Martin Chamberland, archives La Presse

 

Stephanie Levitz
La Presse Canadienne
Ottawa

Le gouvernement de Stephen Harper est allé de l'avant avec son plan de plusieurs milliards de dollars visant à durcir les peines contre les criminels, alors qu'un sondage commandé par Ottawa suggère que la majorité des Canadiens ne perçoivent pas le crime comme étant un enjeu majeur au pays.

Lorsque interrogés en janvier sur les éléments sur lesquels le gouvernement devrait se concentrer, seulement un pour cent des Canadiens sondés ont répondu «le crime». En tête de liste des sujets préoccupant les citoyens, il y avait plutôt l'économie et la récession, les emplois et le système de santé.

Le sondage a été publié récemment dans le répertoire public des sondages d'opinion menés par le gouvernement.

Même «aider Haïti après le séisme», avec 4 pour cent des votes auprès des Canadiens interrogés, est apparu plus haut dans la liste que «la gestion du crime».

Ainsi, le sondage conclut que l'économie et l'emploi sont des enjeux urgents, tandis que la santé et l'environnement sont des sujets importants à long terme. Toutefois, il n'y a pas de consensus sur la direction et le rôle que devrait prendre le gouvernement.

Le sondage téléphonique, qui a interrogé 1500 personnes, a été commandé par le ministère des Finances alors qu'il se préparait à dévoiler le budget fédéral. La marge d'erreur était de plus ou moins 2,5 points de pourcentage.

Les conservateurs ont fait du crime une priorité de leur gouvernement, alors que les statistiques ont démontré que les infractions criminelles déclinaient de manière stable depuis le début des années 1990.

Cette semaine, le gouvernement a annoncé qu'il élargissait la définition que donne le Code criminel à un «crime grave» dans le but de débusquer et d'éradiquer des activités qui financent les organisations illégales.

Le gouvernement dépense également des milliards de dollars pour la construction de nouvelles prisons, et ce, même s'il doit composer avec un déficit important et qu'il a gelé les dépenses de plusieurs ministères.

Le président du Conseil du Trésor, Stockwell Day, a défendu l'approche gouvernementale dans un communiqué transmis jeudi. Il y affirme que les Canadiens seraient d'accord avec le gouvernement et que dans une société respectueuse des lois, il vaut mieux garder les criminels derrière les barreaux puisque les coûts sont beaucoup plus élevés si l'on ne fait rien.

Le sondage du ministère des Finances a également révélé que dans l'ensemble, les Canadiens se disent satisfaits de la direction vers laquelle le pays se dirige.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer