Marché du travail: un «effet Trump» bientôt à Montréal?

Plusieurs observateurs croient que le discours hostile aux... (Photo Martin Tremblay, Archives La Presse)

Agrandir

Plusieurs observateurs croient que le discours hostile aux étrangers du président Donald Trump pourrait éventuellement avoir un impact sur l'afflux des travailleurs qualifiés et d'investisseurs désirant s'installer à Montréal au cours des prochaines années.

Photo Martin Tremblay, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le discours hostile aux étrangers du président Donald Trump poussera-t-il des travailleurs qualifiés et des investisseurs à s'installer à Montréal ?

C'est ce qu'avance Hubert Bolduc, président de Montréal International. « Nous croyons que l'élection de M. Trump est un atout », a-t-il indiqué hier, à l'occasion de la présentation des résultats annuels de l'organisme de promotion économique.

Et il n'y a pas qu'aux États-Unis que les soubresauts politiques se transforment en occasion d'affaires pour Montréal International, souligne M. Bolduc : « Il y a 40 % des studios de jeux vidéo londoniens qui songent à se délocaliser à la suite du Brexit. »

Le maire de Montréal, Denis Coderre, qui était en compagnie de M. Bolduc hier, croit que Montréal est bien placé pour faire jouer ses atouts. « Les gens ne viennent pas à Montréal à cause des crises ailleurs, mais parce que c'est la place pour étudier, pour s'installer avec sa famille, pour s'épanouir », a-t-il dit.

Encore difficile à déceler sur le terrain, cet éventuel brain gain - un gain de « cerveaux » - fait saliver bien d'autres régions canadiennes.

L'organisme Go North Canada fédère les efforts des régions de Toronto, Ottawa et Waterloo et de la Colombie-Britannique pour recruter des employés et des entrepreneurs de la Silicon Valley.

Il organise une soirée d'information lundi prochain à Palo Alto, souligne David Stewart. Ce natif de Thetford Mines a pratiqué le droit de l'immigration pendant 10 ans dans la Silicon Valley, où il habite toujours.

« Je ne vois pas de mouvement général, mais il y a beaucoup d'agences au Canada qui croient que le moment est propice », dit-il.

«Parmi les Canadiens et les Québécois qui travaillent ici, il y a beaucoup de gens plus nerveux. Mais Trump fait un spectacle politique et quand on regarde dans le détail, il n'y a rien de bien concret.»

David Stewart
un natif de Thetford Mines qui réside dans la Silicon Valley

Selon l'avocat spécialisé en immigration David Brown, il y aurait environ 200 000 Canadiens qui travaillent actuellement aux États-Unis avec un permis de travail « TN » obtenu en vertu de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA). Ces permis sont délivrés à des membres de professions reconnues comme les comptables, les ingénieurs ou les avocats.

En outre, il y aurait environ 3000 Canadiens détenteurs d'un permis de travail H-1B, qui est la cible des critiques du président Donald Trump.

Me Brown, un Canadien qui a la nationalité américaine, pratique à Lincoln au Nebraska, mais la plupart de ses clients sont des firmes ou des travailleurs de la Silicon Valley.

Il tentait encore hier d'évaluer la portée du décret « Hire American », signé la veille par le président Trump. « C'est clair qu'il n'a pas été rédigé par un spécialiste du droit de l'immigration », dit-il.

EFFET REPOUSSOIR

Peu importe la portée juridique du décret, ou encore les détails qui restent à préciser au sujet de la renégociation de l'ALENA, l'hostilité du président Trump a un effet tangible, dit-il. Mais a priori, la réaction des gens est de demeurer là où ils sont.

« Les gens ne veulent pas déménager, changer leurs enfants d'école, dit-il. Ils recherchent la stabilité. Ceux qui ont un permis TN font des démarches pour avoir une green card [le statut d'immigrant reçu]. Ceux qui ont une green card font une demande de citoyenneté. »

L'effet repoussoir de Trump se fait quand même sentir, dit-il.

«Nous avons trois couples qui allaient déménager du Canada vers les États-Unis et qui ont changé d'idée. Et on entend de plus en plus que les étudiants indiens et chinois se tournent vers le Canada et le Royaume-Uni.»

David Brown
avocat spécialisé en immigration

Et ce n'est pas pour aider l'économie américaine, dit-il. « Ici même à Lincoln, le maire disait récemment qu'il manque 1000 travailleurs dans les technologies de l'information et on est une ville de 220 000 habitants. »

En définitive, le climat politique, les occasions d'emploi et les changements dans les règles de séjour vont se combiner pour avoir un impact sur les décisions.

« C'est sûr que la différence radicale entre Justin Trudeau et Donald Trump facilite la compréhension des gens quant à la façon dont ils seront traités en tant qu'étrangers dans les deux pays », dit Me Brown.

« Mais ce sont les emplois qui créent les vrais mouvements, dit M. Stewart. C'est une grosse décision de déménager. Il y a de grands employeurs ici et il y a beaucoup d'offres d'emploi. »

UNE BONNE ANNÉE POUR MONTRÉAL INTERNATIONAL

Les investissements directs étrangers ont totalisé 1,347 milliard en 2016, affirme Montréal International, ce qui bat le record de 2013. Et ce, en l'absence d'investissements majeurs comme ce fut le cas cette année-là, avec des annonces d'Ubisoft et d'Ericsson. En particulier, les investissements en provenance des États-Unis ont plus que doublé, passant de 300 à 669 millions. L'organisme s'est félicité de la première place de Montréal dans la liste mondiale des meilleures villes pour les étudiants. Selon le président du conseil d'administration de Montréal International, Jacques Ménard, Montréal vit une « nouvelle naissance » et est « plutôt bien positionné » malgré le contexte actuel de la montée du protectionnisme.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer