La STM ajuste les horaires de ses autobus

Ces ajustements d'horaires sur le réseau de bus... (Photo Martin Chamberland, archives La Presse)

Agrandir

Ces ajustements d'horaires sur le réseau de bus sont effectués quatre fois par année, en janvier, en mars, en juin et en septembre.

Photo Martin Chamberland, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Bruno Bisson
La Presse

Une centaine de lignes d'autobus subiront des « ajustements » d'horaires ou de service à partir de lundi matin sur le réseau de la Société de transport de Montréal (STM), dans le cadre d'un exercice d'optimisation saisonnier qui devrait passer inaperçu pour la grande majorité des usagers.

Selon une présentation faite hier par la STM, 56 lignes d'autobus bénéficieront de bonifications du service par l'ajout d'un ou de plusieurs départs, en pointe, hors-pointe, le soir ou les week-ends, par rapport aux services offerts à la même période l'an dernier.

À l'inverse, 45 autres circuits subiront des diminutions de service du même ordre. Les 118 autres lignes d'autobus de la STM ne seront pas affectées.

Au total, la STM promet toutefois d'ajouter 27 000 heures de service sur l'ensemble de son réseau de surface, entre avril et juin, en route vers son objectif d'offrir aux usagers un total de 100 000 heures de service de plus qu'en 2016 sur ses lignes de bus. La moitié de ces heures additionnelles seront ajoutées sur des lignes du sud-ouest de la ville, en guise de mesures de mitigation aux chantiers de l'échangeur Turcot, du nouveau pont Champlain et de l'autoroute Bonaventure.

Ces ajustements d'horaires sur le réseau de bus sont effectués quatre fois par année, en janvier, en mars, en juin et en septembre. Ils visent à optimiser l'utilisation des autobus en fonction des habitudes de la clientèle, qui changent selon les saisons, ou des circonstances particulières, comme la présence prolongée d'un chantier de construction important. Une fermeture d'usine peut amener des variations perceptibles sur le nombre des passagers qui vont utiliser une certaine ligne de bus, à un moment donné. Bref, il s'agit d'un processus de planification continue normal pour l'opérateur public d'une flotte comptant plus de 1700 bus.

Si la STM a jugé bon d'en faire état, c'est qu'en janvier dernier, après la mise en place de l'horaire, l'opposition officielle au conseil municipal, Projet Montréal, a très vivement dénoncé des réductions de service sur 47 circuits d'autobus et des diminutions draconiennes de plusieurs dizaines de départs par semaine sur certaines de ses lignes.

Le réseau d'autobus est le point faible de la STM. Malgré plusieurs années d'efforts pour en améliorer l'efficacité et la ponctualité, un client sur quatre du réseau d'autobus n'est toujours pas satisfait des services, selon les sondages menés ponctuellement par la société.

En janvier et février derniers, la STM affirme avoir maintenu un taux de ponctualité de 83 % sur son réseau. Il s'agit d'une nette amélioration par rapport au taux de ponctualité global observé au cours des deux dernières années.

En 2015, 82,3 % des autobus de la STM se pointaient aux arrêts à l'heure prévu. L'an dernier, ce taux a baissé à seulement 81,5 %.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer