Trump ferme le robinet, l'eau des Montréalais menacée

Principal programme de l'Agence américaine de protection de... (Photo Nathan Denette, archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Principal programme de l'Agence américaine de protection de l'environnement, le projet de restauration des Grands Lacs, qui finance des milliers de projets pour traiter l'eau de cet important bassin, sera grandement touché par les compressions imposées par le président Donald Trump, selon un document obtenu par la National Association of Clean Air Agencies.

Photo Nathan Denette, archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les compressions imposées par le président Donald Trump à l'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA) pourraient avoir des répercussions jusque dans l'eau que boivent les Montréalais. Le scénario d'une amputation de 97% du budget pour la dépollution des Grands Lacs soulève des inquiétudes des deux côtés de la frontière.

En prévision de son budget 2018 qu'il doit présenter d'ici deux semaines, Donald Trump a demandé des compressions à la majorité des départements américains afin de financer une augmentation des dépenses militaires. Frappée de plein fouet, l'EPA devrait voir ses fonds réduits du quart.

Pour atteindre, cet objectif, l'Agence a entrepris de réviser l'ensemble de ses programmes. Principal programme de l'EPA, le projet de restauration des Grands Lacs, qui finance des milliers de projets pour traiter l'eau de cet important bassin, sera grandement affecté, selon un document obtenu par la National Association of Clean Air Agencies. De 300 millions par année, son financement devrait fondre à 10 millions, une baisse de 97%.

Mercredi, le nouveau directeur de l'EPA nommé par Trump, Scott Pruitt, a confirmé que son agence allait réviser en profondeur ses pratiques. « Nous allons régler ce qui ne fonctionne pas avec nos règles environnementales. Nous allons le faire en protégeant notre eau, notre air et nos ressources naturelles, mais tout en nous assurant de créer des emplois. »

Jusqu'à Montréal

« L'impact de ces compressions risque d'être nettement plus important que celui du flushgate », appréhende Sarah Dorner, professeure à Polytechnique, spécialiste en eau potable. Elle fait ainsi référence au tollé soulevé par le rejet d'eaux usées de Montréal dans le fleuve durant des travaux d'entretien d'égouts en novembre 2015.

De nombreuses municipalités riveraines des Grands Lacs misent sur ce programme pour réduire leurs rejets polluants. C'est notamment le cas d'Ashland, une municipalité de 8000 habitants au Wisconsin, qui a reçu en 2016 du financement pour aménager des installations afin de réduire les déversements d'eaux non traitées dans le lac Supérieur.

Sarah Dorner souligne que les conséquences de la pollution des eaux des Grands Lacs sont bien réelles. En août 2014, environ 400 000 habitants de la région de Toledo, en Ohio, se sont vu interdire d'utiliser l'eau du robinet - même après l'avoir fait bouillir - après la détection de cyanobactéries dans leur réseau de distribution d'eau. L'état d'urgence avait dû être décrété pour alimenter en eau la communauté.

Alors qu'une importante partie des Québécois, dont les Montréalais, s'abreuve à même l'eau du fleuve Saint-Laurent, qui provient des Grands Lacs, d'aucuns s'inquiètent des conséquences. 

« Le fait que l'administration Trump coupe beaucoup dans l'Agence environnementale va avoir des effets directs sur la qualité de vie de Montréal,  » dit Sylvain Ouellet, de Projet Montréal.

« C'est catastrophique. On le sait, dans le bassin du Saint-Laurent et des Grands Lacs, si c'est pollué d'un côté, c'est pollué de l'autre », s'indigne Martin Chatelain, porte-parole de la Coalition Eau secours. Celle-ci espère que le gouvernement canadien, qui gère l'eau des Grands Lacs avec les États-Unis au sein d'une commission mixte, protestera contre de telles compressions.

La spécialiste Sarah Dorner n'est pas trop inquiète pour l'eau de Montréal. Elle croit toutefois que les Ontariens vivant sur la rive nord des Grands Lacs pourraient en ressentir les effets. « Oui, les Canadiens devraient être interpellés par cela », dit la spécialiste qui a mené des projets de recherches sur la qualité de l'eau des Grands Lacs et le fleuve Saint-Laurent.

Voilà, alors que Denis Coderre préside présentement l'Association des villes des Grands Lacs et du Saint-Laurent, Sylvain Ouellet croit que l'épisode du « flushgate » place Montréal en position de faiblesse. « Ça va être difficile de faire la leçon aux autres », déplore-t-il.

Dans un courriel envoyé à La Presse, la responsable de l'eau à la Ville de Montréal, Chantal Rouleau, a indiqué que ces possibles compressions « soulèvent plusieurs inquiétudes ». Elle indique que la Ville de Montréal va travailler avec ses partenaires pour s'assurer que les efforts de protection des Grands Lacs soient maintenus.

À l'instar des gouvernements qui ont annoncé vouloir prendre le relais des États-Unis qui ont aboli leur financement à plusieurs organisations favorables à l'avortement, Sylvain Ouellet espère voir les villes se substituer à l'EPA. L'élu montréalais se dit toutefois conscient qu'un tel scénario représenterait un poids important sur les finances municipales.

Remous aux États-Unis

La nouvelle a également créé des remous aux États-Unis. Le républicain Dave Joyce a écrit au président Trump pour demander le maintien du programme. « Le projet de restauration des Grands Lacs montre des résultats tangibles, mais il reste encore beaucoup à faire. Le bassin est vulnérable aux polluants et aux espèces envahissantes », dit ce membre du Congrès représentant l'Ohio.

« Couper l'EPA et ses programmes qui aident à garder notre eau propre serait un désastre, un recul de plusieurs décennies dans la restauration et la protection de notre principale source d'eau douce », a dénoncé l'Alliance des Grands Lacs, un groupe américain voué à leur protection.

Des groupes américains s'inquiètent d'ailleurs que la quasi-disparition du programme sonne le glas pour au moins un des Grands Lacs, dont l'eau deviendrait impropre à la consommation. « Des groupes aux États-Unis commencent à dire que ça signifie la mort du lac Érié », s'inquiète Martine Chatelain, d'Eau secours.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer