Exclusif

Travaux routiers: Montréal a économisé 15 millions depuis le début de 2016

Montréal avait observé une chute de 22 à... (PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Montréal avait observé une chute de 22 à 30 % du coût de ses contrats dans la foulée des travaux de la commission Charbonneau.

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La multiplication des chantiers dans les rues de Montréal n'a pas entraîné une hausse des coûts. La métropole dit continuer à payer en deçà de ses estimations, ce qui lui a permis d'économiser 15,5 millions depuis le début de 2016.

La Presse a obtenu une analyse, réalisée par la Ville de Montréal, de 70 appels d'offres de chantiers lancés depuis le début de l'année 2016. On y apprend que les contrats ont été accordés en moyenne pour 5,3 % en deçà des estimations. La métropole paiera ainsi 295,9 millions, alors qu'elle prévoyait avoir à verser 311,4 millions.

« Encore cette année, on constate un marché favorable pour la Ville. Il s'agit d'une excellente nouvelle », explique Gonzalo Nunez, porte-parole de la Ville de Montréal.

Les écarts pour certains projets ont de quoi surprendre. Alors que Montréal s'attendait à payer 2,8 millions pour des travaux sur le pont Jacques-Bizard, la plus basse soumission a plutôt été de 1,4 million, soit un écart de 50 %.

Plus de concurrence

L'arrivée de nouvelles entreprises pour répondre aux appels d'offres peut expliquer cet écart favorable. Montréal note en effet l'augmentation du nombre d'acteurs, qu'elle décrit comme un « regain de concurrence sur les marchés ». L'analyse des appels d'offres produite par la division Gestion des projets et économie de la construction de la Direction des infrastructures démontre que la Ville a reçu en moyenne près de six soumissions par projet depuis le début de 2016.

« Les soumissionnaires sont nombreux. Il n'est pas rare de recevoir plus de 10 soumissions pour un appel d'offres, ce qui favorise une saine concurrence. », soutient Gonzalo Nunez.

Un nombre élevé d'acteurs peut entraîner d'importantes économies, comme le démontre l'appel d'offres pour refaire une portion du boulevard Maurice-Duplessis. Montréal évalue avoir économisé plus de 4 millions avec ce seul appel d'offres où neuf entreprises se sont affrontées. Le contrat a été accordé pour 10,4 millions, alors que la Ville s'attendait à payer 14,6 millions.

Certains appels d'offres ont même reçu plus d'une quinzaine de propositions. C'est ce qui s'est produit lorsque l'arrondissement d'Outremont a lancé un appel d'offres pour refaire une partie de l'avenue Wiseman : pas moins de 16 soumissions ont été reçues. Le contrat a été accordé pour 4,2 millions, soit 9,1 % de moins que l'estimation.

Montréal avait observé un écart favorable en 2015 aussi. L'an dernier, la Ville avait payé 10 % de moins que ses estimations.

Rappelons que la métropole avait observé une chute de 22 à 30 % du coût de ses contrats dans la foulée des travaux de la commission Charbonneau. L'enquête publique avait mis en lumière la collusion dans l'attribution des contrats, une poignée d'entreprises s'étant partagé les travaux de la métropole, ce qui avait poussé à la hausse le coût.

Effet BIG

En entrevue avec La Presse, le maire Denis Coderre y voit un effet de la présence de l'inspecteur général, chargé de scruter toute malversation dans l'attribution des contrats. « L'inspecteur général, ça fait peur. Le fait que ce soit public, c'est un antidote contre la collusion. Ceux qui ont encore essayé se sont fait taper sur les doigts », dit-il.

Reste que le maire continue à juger problématique que la Ville de Montréal soit systématiquement obligée d'accorder ses contrats au plus bas soumissionnaire. Cette façon de faire empêche d'écarter les entrepreneurs dont la qualité ne répond pas aux attentes.

« Les appels d'offres au plus bas soumissionnaire, c'est un problème. Il doit y avoir une série d'options pour protéger les contribuables. Avant, des gens faisaient une mauvaise job et pouvaient aller dans un autre arrondissement », dit Denis Coderre. Celui-ci espère des changements à la Loi sur le statut de métropole, attendue depuis longtemps.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer