Un frigo collectif pour les résidants de Rosemont

Patrick Bodnar et Benoît Tardif ont lancé l'initiative Frigo... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE)

Agrandir

Patrick Bodnar et Benoît Tardif ont lancé l'initiative Frigo des Ratons pour encourager l'esprit de communauté et diminuer le gaspillage de nourriture.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Du chou frisé (kale), des pintes de lait, de la sauce à spaghettis : les étagères du frigo de Patrick Bodnar se vident et se remplissent au gré des dons et des fringales des résidants du quartier Rosemont, à Montréal. Ce va-et-vient impensable dans une cuisine n'a rien d'étonnant, puisque le réfrigérateur surnommé le Frigo des Ratons se trouve dans sa cour arrière, qui donne sur une ruelle.

Un frigo collectif accessible à tous, sans discrimination, et autogéré par la communauté : voici le rêve devenu réalité de Patrick Bodnar, un enseignant au primaire de 47 ans qui habite Rosemont depuis sept ans. « Il n'y a aucune exclusion. C'est une belle occasion de créer de la cohésion sociale entre différents niveaux de vie et pour apprendre à se connaître autour de quelque chose qui est très simple et sain : la nourriture », explique-t-il. Le réfrigérateur surnommé le Frigo des Ratons se trouve dans la ruelle située entre la 4e et la 5e Avenue et entre le boulevard Rosemont et la rue Holt, dans le Vieux-Rosemont.

Le principe est simple : quiconque peut à tout moment y déposer de la nourriture comestible ou en retirer la quantité de son choix. Aucune autorisation n'est nécessaire. Les fruits, les légumes et les produits emballés en industrie sont les bienvenus, tout comme les plats cuisinés. Seule condition pour ces derniers : le cuisinier doit s'identifier sur la page Facebook du groupe Frigo des Ratons de Rosemont, dont font partie une centaine de personnes. « Si une sauce à spaghettis apparaît et n'est pas liée à une publication Facebook, elle va être rejetée », précise Patrick Bodnar. La viande non cuisinée est proscrite sans condition.

Le lancement officiel du Frigo des Ratons a lieu ce matin, malgré le retour en force de l'hiver. C'est toutefois la fin de semaine dernière que Patrick Bodnar a construit avec des voisins une structure de bois faite de palettes de manutention pour contenir le réfrigérateur obtenu gratuitement.

C'est en s'initiant au phénomène du déchétarisme (dumpster diving), dont les adeptes consomment et partagent des aliments jetés toujours comestibles, que Patrick Bodnar a eu l'idée de mettre sur pied un frigo collectif.

« J'ai été abasourdi par les quantités de nourriture jetées [dans la société]. J'ai réalisé en redonnant cette nourriture à quel point il y avait des gens intéressés, soit parce qu'ils n'en avaient pas eux-mêmes, soit parce qu'ils croyaient que la nourriture ne devrait pas être jetée, que c'était insensé de jeter de la nourriture encore consommable. »

Même s'il est l'instigateur de ce projet collectif, Patrick Bodnar tient à ce que la collectivité s'approprie le frigo. Il espère aussi que son idée fera rapidement des petits. « Les fichiers et la séquence de construction sont disponibles sur le groupe Facebook. L'idée, c'est que ça se multiplie. S'il y en avait 100, 200 à travers la ville de Montréal et ailleurs, ça deviendrait d'une banalité et on attirerait des gens plus près de nous », soutient-il.

Benoît Tardif, qui a donné un coup de main à son voisin Patrick Bodnar pour construire la structure de bois, croit que les gens du quartier vont assurer la prospérité du projet.

« Ici, il y a un gros esprit de communauté, il y a beaucoup de jeunes familles. Les gens se connaissent déjà beaucoup. J'ai plus l'impression que ce sont ces gens-là qui vont participer que des gens de l'extérieur. »

Il y a un mois, ce professeur d'agronomie au Cégep régional de Lanaudière à Joliette ne connaissait rien du phénomène du partage de nourriture. « Je regarde ça avec un oeil intéressé, étant agronome. Je suis plus un observateur », dit-il.

Si le projet fait la quasi-unanimité dans le quartier, des citoyens ont néanmoins exprimé certaines préoccupations, surtout concernant les enfants. « Il va y avoir une certaine éducation à faire auprès des enfants de la ruelle. Des parents ont dit : "Mes enfants vont prendre tous les yogourts, ils vont tout manger !" C'est sûr qu'au niveau de la stigmatisation, des gens ont dit : "On va avoir quel type de monde dans la ruelle ?" », souligne Patrick Bodnar.

L'instigateur du projet ne s'inquiète pas outre mesure des problèmes de salubrité et fait confiance au jugement des citoyens pour déterminer si un aliment est encore comestible. « On s'est ramassés avec 36 litres de lait tout juste passés date qui avaient été rejetés par un commerçant. Il en reste un seul sur 36 ! Cette date réfère à la qualité optimale du produit, ça ne veut pas dire que le produit n'est pas bon », souligne-t-il, avant d'être interrompu par trois jeunes filles du quartier intriguées par le frigo.

Le côté « contre-culture du mouvement agro » du projet de son voisin fascine Benoît Tardif. « Au niveau agricole, il y a vraiment une tangente vers la salubrité, sur le plan des distributeurs, des fournisseurs, des producteurs. Tout le monde veut montrer patte blanche. La traçabilité, c'est très, très important. Donc, voir un mouvement comme ça qui va dans l'autre sens, je trouve ça intéressant », dit-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer