La dépouille de Jean Doré exposée en chapelle ardente ce week-end

Jean Doré, s'est éteint lundi à l'âge de... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Jean Doré, s'est éteint lundi à l'âge de 70 ans, emporté par le cancer du pancréas.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Presse Canadienne
MONTRÉAL

La dépouille de l'ancien maire de Montréal, Jean Doré, décédé lundi dernier d'un cancer à l'âge de 70 ans, sera exposée en chapelle ardente samedi et dimanche à l'hôtel de ville.

Samedi, seuls les proches de M. Doré et les dignitaires pourront se recueillir. Le grand public pourra à son tour rendre hommage au disparu dimanche.

Jean Doré aura droit à des funérailles civiques lundi, également à l'hôtel de ville.

M. Doré a été maire de Montréal de 1986 à 1994. Il avait succédé à Jean Drapeau.

Trêve des moyens de «visibilité» des pompiers

Pour rendre hommage à l'ancien maire Jean Doré, les pompiers de Montréal ont déclaré une trêve dans leurs moyens de «visibilité» pendant le déroulement de la chapelle ardente et des funérailles civiques de celui qui a été maire de la métropole de 1986 à 1994.

Le président de l'Association des pompiers, Ronald Martin, a précisé que les 2400 pompiers vont former des pelotons d'honneur au moment de la chapelle ardente dédiée à M. Doré. Ils observeront aussi une minute de silence devant chacune des 63 casernes du Service des incendies.

Les pompiers, qui revêtiront leurs uniformes réglementaires pour la circonstance, dresseront également une haie d'honneur à proximité de l'hôtel de ville, avant que l'ex-maire ne soit porté à son dernier repos, lundi.

Ronald Martin souligne la «contribution d'exception» de Jean Doré à l'avancement des conditions de travail et de la fonction de pompier à Montréal. Il ajoute que «la qualité d'écoute, l'engagement et la confiance investie è l'époque par l'ex-maire dans les pompiers justifient amplement à eux seuls que pareil hommage lui soit rendu».

Selon M. Martin, Jean Doré laisse un héritage exceptionnel au Service des incendies de Montréal, parce qu'il a «fait faire des pas de géant en matière de relations de travail, de respect des règles en santé/sécurité, de modernisation des communications et de la flotte de véhicules».

Le président de l'Association des pompiers de Montréal précise que les moyens de «visibilité» reprendront au lendemain des funérailles civiques.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer