110 millions pour moderniser l'éclairage de Montréal

Les luminaires fonctionnent aujourd'hui au sodium haute pression... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

Agrandir

Les luminaires fonctionnent aujourd'hui au sodium haute pression (SHP), technologie introduite en 1989. La Ville veut maintenant passer aux diodes électroluminescentes (DEL), qui ont fait leurs preuves.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Ville de Montréal prévoit dépenser 110 millions de dollars au cours des prochaines années pour remplacer l'ensemble des luminaires sur son territoire. Si la facture peut sembler importante, la métropole assure que la faible consommation d'électricité de nouveaux appareils entraînera d'importantes économies.

La métropole prévoit moderniser 110 000 lampadaires. Leurs luminaires fonctionnent aujourd'hui au sodium haute pression (SHP), technologie introduite en 1989. La Ville veut maintenant passer aux diodes électroluminescentes (DEL), qui ont fait leurs preuves. «L'arrivée de cette nouvelle technologie pousse les limites de l'éclairage urbain à un niveau de performance sans précédent», estime Montréal.

Montréal dépense chaque année 12,9 millions en électricité pour éclairer ses rues. La facture ne cesse de grimper, étant donné la hausse constante des tarifs d'Hydro-Québec et le nombre croissant de lampadaires. D'où l'intérêt de migrer vers une technologie moins coûteuse.

Les luminaires DEL consomment la moitié de l'électricité nécessaire pour alimenter les appareils SHP actuellement en service. La ville de Los Angeles, qui a pris ce virage en 2009, a observé depuis une diminution de 63% de sa facture d'électricité. Autre avantage de taille de la technologie DEL, leur coût d'entretien serait aussi inférieur de 55% à celui des luminaires actuels, selon Montréal.

Importantes économies anticipées

Convertir les 110 000 lampadaires de Montréal coûtera 110 millions, mais en réduisant ses factures d'électricité et d'entretien, la métropole prévoit un «retour sur investissement» en huit ans. Et comme ces luminaires DEL ont une durée de vie utile de 20 ans, c'est 278 millions que la Ville prévoit économiser en empruntant ce virage.

La conversion des lampadaires s'inscrit dans le projet de ville intelligente mis de l'avant par l'administration Coderre.

On veut ainsi que chaque luminaire soit équipé d'une «photocellule intelligente qui fournira au système de l'information sur son état». Un signal pourra ainsi envoyé en cas de bris ou de mauvais fonctionnement du luminaire. L'intensité de l'éclairage pourrait aussi être ajustée pour chaque lampadaire grâce à ce système. On prévoit aussi pouvoir détecter ainsi le vol de cuivre.

Meilleurs à tous points de vue

Paradoxalement, les luminaires DEL éclairent mieux, mais engendrent moins de pollution lumineuse. «Il a été démontré que la lumière blanche favorisait la vision nocturne. Les couleurs et les détails sont plus visibles avec la lumière blanche qu'avec la lumière jaune des lampes SHP actuelles», explique la Ville. Tout en améliorant l'éclairage de ses rues, Montréal prévoit engendrer moins de pollution lumineuse. La métropole a décidé de choisir un modèle dit «ciel noir», spécifiquement conçu pour émettre peu de lumière vers le ciel.

Les premiers lampadaires DEL feront leur apparition à Montréal au printemps 2016, selon le calendrier préliminaire de ce projet. La métropole doit au préalable obtenir l'autorisation des arrondissements, puisque la majorité des appareils se trouvent dans les rues sous leur responsabilité. Le choix du modèle de luminaire sera fait l'automne prochain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer