Tapage au parc Jean-Drapeau: Saint-Lambert poursuit Montréal

Le festival Osheaga, au parc Jean-Drapeau sur l'île... (PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le festival Osheaga, au parc Jean-Drapeau sur l'île Sainte-Hélène. Sur la rive sud du fleuve, à Saint-Lambert, plusieurs citoyens se sont plaints du bruit.

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La patience des élus de la Ville de Saint-Lambert face au tapage émanant du parc Jean-Drapeau a atteint sa limite. Le conseil municipal a étendu le mandat confié à la firme d'avocats Dunton-Rainville pour qu'elle intente «tout recours judiciaire approprié ou nécessaire» contre la Ville de Montréal.

Dans la résolution entérinée majoritairement, hier soir, l'administration municipale affirme que les discussions entreprises avec la Ville de Montréal «sont restées vaines malgré les solutions techniques proposées par Saint-Lambert. Rien ne laisse présager que des mesures adéquates seront prises afin d'éliminer les nuisances sonores sur le territoire de Saint-Lambert», ajoute-t-on.

«La seule solution»

En conséquence, a conclu le conseil, «le recours judiciaire semble maintenant la seule solution». 

C'est l'avocat Alain Chevrier, de la firme Dunton-Rainville, qui hérite du mandat. Le maire de Saint-Lambert, Alain Dépatie, avait pourtant indiqué en point de presse, en novembre dernier, qu'il ne voulait pas judiciariser le dossier. Hier, il était trop occupé par des réunions pour préciser sa pensée auprès de La Presse, a affirmé la porte-parole de la Ville, Catherine Langevin.

La petite municipalité de la Rive-Sud avait fait grand bruit des nuisances au parc Jean-Drapeau, l'été dernier, dans la foulée de la tenue de la F1, des feux d'artifice, des Piknic Électronik, et des festivals comme Osheaga. Elle avait demandé à la direction de l'arrondissement de Ville-Marie d'abaisser la pression acoustique de 60 à 50 décibels aux limites des terrains de ses citoyens. Mais sans succès.

Pas de limites

À l'arrondissement de Ville-Marie, des techniciens sonores ont déjà mesuré des niveaux qui s'établiraient entre 55 et 57 décibels.

«À partir de l'été 2014, les membres du conseil d'arrondissement ont décidé, à l'unanimité, de ne pas imposer de limite de bruit pour les évènements au parc Jean-Drapeau, a précisé, hier, Anik de Repentigny, chargée de communication de l'arrondissement. Évidemment, l'arrondissement collabore avec la Société du parc Jean-Drapeau et les promoteurs pour trouver les aménagements optimaux (orientation des scènes, etc.) afin de minimiser les impacts sonores. De plus, les évènements ont toujours des horaires à respecter en ce qui a trait au bruit amplifié. Enfin, l'utilisation des mégaphones est toujours prohibée, sauf à des fins de sécurité», a-t-elle ajouté.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer