Montréal ne forcera pas ses citoyens à pelleter les trottoirs

Même si la majorité des villes des États-Unis... (Photo Martin Chamberland, archives La Presse)

Agrandir

Même si la majorité des villes des États-Unis et du Canada anglais obligent encore aujourd'hui leurs citoyens à pelleter les trottoirs, pas question pour Montréal de revenir à cette époque, assure l'élue responsable des services aux citoyens, Anie Samson.

Photo Martin Chamberland, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Montréalais peuvent dormir tranquilles : la Ville de Montréal ne compte pas profiter de la révision de ses pratiques de déneigement pour imiter les villes comme Boston qui obligent leurs citoyens à pelleter le trottoir devant leur résidence.

Même si la majorité des villes des États-Unis et du Canada anglais obligent encore aujourd'hui leurs citoyens à pelleter les trottoirs, pas question pour Montréal de revenir à cette époque, assure l'élue responsable des services aux citoyens, Anie Samson. «On élabore une politique sur le déneigement, mais l'entretien des rues et des trottoirs en période hivernale est une question de sécurité et c'est une responsabilité qui incombe à la Ville. On n'envisage pas de demander aux citoyens de prendre en charge cet entretien», a-t-elle indiqué dans une réponse écrite.

Peu le savent, mais les Montréalais ont longtemps déneigé eux-mêmes le trottoir devant leur propriété. Un règlement de 1875 précisait même que les Montréalais avaient une heure pour s'exécuter, faute de quoi ils s'exposaient à une amende de « 20 piastres », une somme faramineuse à l'époque. Malgré ces amendes salées, l'entretien des trottoirs laissait souvent à désirer, si bien que Montréal a repris à partir de 1905 cette partie du déneigement.

L'opposition croit aussi que l'idée de confier à nouveau aux citoyens la responsabilité de pelleter les trottoirs est irréaliste, même si plusieurs villes américaines et canadiennes l'exigent. «Ça ne tient pas compte d'un certain nombre de paramètres. Boston ne reçoit pas plusieurs tempêtes par hiver. Le nombre de fois où les gens sont obligés de pelleter est moins grand qu'à Montréal», illustre Lorraine Pagé, chef de Vrai changement pour Montréal.

Oui, Montréal doit revoir ses façons de faire pour dégager des économies, mais l'exercice a ses limites. «On est une ville nordique, ça impose des coûts», résume Mme Pagé.

«Demander aux citoyens de pelleter les trottoirs alors que bien des gens ne déblaient même pas l'escalier devant chez eux, ça m'apparaît utopique.»

François Croteau, maire de Rosemont-La Petite-Patrie

Si le mécontentement face à l'entretien des trottoirs augmente, c'est en partie parce que les gens marchent de plus en plus, estime l'élu François Croteau, de Projet Montréal. «Dans les quartiers centraux, la proportion de piétons est plus importante, ce qui fait que la demande de sécurisation est plus importante», dit-il.

Et même si les citoyens ne sont pas obligés de pelleter, rien n'empêche les citoyens de le faire. François Croteau note d'ailleurs que plusieurs déneigent eux-mêmes l'avant de leur résidence, une initiative qu'il encourage. «Si tous les citoyens prenaient autant à coeur l'entretien du domaine public, c'est certain que les frais d'entretien seraient plus faibles.»

Petite histoire du déneigement à Montréal

1796

Les soldats basés à Montréal sont chargés de l'entretien des rues durant l'hiver.

1806

Les citoyens deviennent responsables d'enlever la neige tant sur la chaussée que sur le trottoir devant leur résidence.

1843

La Ville se charge du déneigement des rues, imposant au passage une taxe de « 3 deniers » par citoyen. Les Montréalais doivent toutefois continuer à déblayer les trottoirs. Le règlement précise que la neige doit être jetée au milieu de la rue.

1848

Cinq ans à peine après la prise en charge de l'entretien hivernal des rues, les finances de Montréal «se présentent sous des dehors désavantageux». La Ville évalue la possibilité d'abandonner le déneigement, mais l'idée est rejetée, «comme on a l'impression que les citoyens verraient d'un bien mauvais oeil ce retour aux méthodes d'antan», précise un document d'époque.

1867

Les plaintes contre la qualité du déneigement des trottoirs se multiplient et l'Inspecteur de la voirie propose que la Ville assume cette tâche en échange d'une hausse de taxes. L'idée n'est pas retenue.

1875

Pour améliorer la qualité du déneigement des trottoirs, un nouveau règlement donne un maximum d'une heure aux citoyens pour enlever la neige sur le trottoir en face de leur résidence. Les récalcitrants s'exposaient à une amende de «20 piastres», une somme représentant plusieurs journées de travail.

1905

Après des années de résistance, Montréal s'inspire d'Ottawa et lance un projet-pilote dans lequel la Ville se charge du déneigement des trottoirs de quelques quartiers.

1910

Montréal étend l'entretien des trottoirs à l'ensemble de ses quartiers, imposant au passage une taxe de 5 sous par pied de façade. Rapidement, le coût du déneigement des trottoirs explose, si bien que la Ville doit doubler cette taxe.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer