L'imam Chaoui nie être un agent de radicalisation

L'imam Hamza Chaoui a affirmé à La Presse qu'il exerçait tout... (Image tirée d'une vidéo Youtube)

Agrandir

L'imam Hamza Chaoui a affirmé à La Presse qu'il exerçait tout simplement sa «liberté d'expression» dans ses prêches, que ce soit sur Facebook ou devant des fidèles.

Image tirée d'une vidéo Youtube

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dans sa première entrevue depuis le début de la controverse, l'imam Hamza Chaoui s'est défendu de commettre quelque geste illégal que ce soit en prêchant une vision rigoriste de l'islam et nie être un «agent de radicalisation», comme le croit Denis Coderre.

Il a affirmé à La Presse qu'il exerçait tout simplement sa «liberté d'expression» dans ses prêches, que ce soit sur Facebook ou devant des fidèles.

«Est-ce qu'il y a dans mes propos une incitation à la violence, par exemple ?», a-t-il demandé, alors qu'il était appelé à s'expliquer sur ses propos controversés sur la démocratie. Il y a quelques semaines, en effet, il faisait valoir l'incompatibilité «complète» entre l'islam et la démocratie, notamment parce que ce système peut mener à l'élection de représentants homosexuels ou athées.

D'ailleurs, «la démocratie est critiquée par des non-musulmans, pas juste par des musulmans comme moi», a-t-il souligné, en se plaignant d'avoir vu ses propos «déformés et découpés de leur contexte» par La Presse depuis le début de l'affaire.

Beaucoup d'imams ne voient pas l'islam de manière aussi rigoriste que lui, mais «c'est leur point de vue», a répliqué Hamza Chaoui.

L'entrevue s'est déroulée par clavardage. L'imam n'a pas voulu nous parler de vive voix.

Hamza Chaoui est au milieu d'une intense controverse depuis le milieu de la semaine, moment où son projet de centre communautaire islamique pour jeunes dans l'est de Montréal a fait les manchettes. Depuis, la classe politique a condamné unanimement ses propos, jugés rétrogrades et «dangereux» par la ministre de l'Immigration. Il a notamment défendu l'amputation des mains des voleurs, l'interdiction de la musique pour les fidèles et la lapidation des personnes adultères.

Il doute maintenant vouloir se battre contre la Ville pour mener à bien son projet initial. Il se dit en réflexion. «On verra», a-t-il confié. «Pour l'instant, je ne sais pas [si] on va poursuivre ou abandonner.»

Lise Thériault se trompe

Décrit samedi comme un «agent de radicalisation» et un «fomenteur de tensions sociales» par le maire Denis Coderre en matinée, l'imam a rejeté ces étiquettes quelques heures plus tard.

«C'est incorrect, tout simplement», a-t-il tranché, sans vouloir en dire davantage. Il n'a pas voulu préciser s'il allait ou non intenter des poursuites en diffamation contre l'élu.

Quant aux propos de Lise Thériault, qui affirmait vendredi que des musulmans de sa circonscription avaient montré la porte à Hamza Chaoui lors d'évènements communautaires, l'imam controversé les nie en bloc.

«Il a rencontré les gens de la communauté, et il a fait un prêche», avait raconté l'élue. «Après l'avoir entendu, les gens de la communauté musulmane à Anjou lui ont signifié clairement que ce n'était pas leur façon de voir l'islam, que ce n'était pas leur façon d'appliquer leur religion et que ce n'était pas compatible avec les valeurs du Québec. Ils lui ont demandé de ne jamais revenir.»

«Chaque parole doit être prouvée», a rétorqué M. Chaoui. «Jamais de ma vie et de mon parcours dans la prédication je n'ai été chassé d'un endroit.» Il dit n'avoir «aucune idée» de la manière dont cette histoire a pu se rendre aux oreilles de la ministre.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer