Bergeron quittera la politique municipale d'ici deux ans

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le leader de Projet Montréal, Richard Bergeron ne se représentera pas à la mairie en 2017 et passera le flambeau à un nouveau chef d'ici deux ans. Il quittera par la suite la politique municipale, a-t-il déclaré, ce matin, entouré de tous les élus de son équipe, dans le hall d'honneur de l'hôtel de ville.

«C'était ma troisième élection et c'était ma dernière. Je suis très fier de cette campagne, très fier d'avoir été un de ceux qui ont défini les enjeux. Très fier que nous ayons eu le même discours en public ou en privé, à l'Est ou à l'Ouest, devant les anglophones, les francophones et les allophones. Très fier d'avoir présenté 103 candidats et d'avoir fini avec 103 candidats», a-t-il affirmé à la presse.

M. Bergeron évalue qu'il restera entre 12 et 24 mois, le temps d'organiser le travail de l'opposition et de former les nouveaux élus. Au cours des prochains jours, Projet Montréal tendra la main à des élus des autres formations de l'opposition dans l'espoir de grossir leurs rangs. Mais pas question, dit Bergeron, de recruter d'anciens membres d'Union Montréal, le parti des maires déchus Gérald Tremblay et Michael Applebaum.

Il a aussi rejeté du revers de la main les affirmations selon lesquelles son parti a «plafonné» dans ses appuis. «Projet Montréal a doublé. Nous sommes maintenant 28 élus», a-t-il souligné. «Tous nos élus sortants on été élus, sans exception, avec des percées dans Verdun, Sud-Ouest, Mercier Hochelaga-Maisonneuve, Outremont et Ville-Marie.»

Richard Bergeron prendra la place de sa colistière Janine Krieber. Or, elle a remporté ses élections de justesse, avec seulement 91 voix de majorité devant le candidat vedette du maire Coderre, Philippe Schnobb. Denis Coderre a demandé un recomptage judiciaire.

Il s'agit d'un «manque d'élégance du maire Coderre qui malheureusement, nous rappelle qu'il est Denis Coderre», estime Bergeron. 

Quant à ses successeurs possibles, les noms des maires de Rosemont-La Petite-Patrie et du Plateau-Mont-Royal, François W. Croteau et Luc Ferrandez ont été évoqués durant la campagne. Pour l'instant, le maire Croteau affirme qu'il veut se consacrer aux citoyens de son arrondissement. «Ce qui m'intéresse demain, c'est de gérer Rosemont-La Patrie. Dans 12 mois, on s'en reparlera», a-t-il laissé tomber.

Le maire Ferrandez a pour sa part quitté l'hôtel de ville sans répondre aux questions des médias.

À la fin de la conférence de presse, M. Bergeron a affirmé qu'il avait trouvé difficile le verdict des électeurs. «Comme candidat défait à la mairie de Montréal, je me sens triste, mais comme chef de Projet Montréal je me sens fier.»

Avant de quitter l'hôtel de ville, il a serré la main du maire sortant Laurent Blanchard, qui venait d'observer son discours du fond de la salle.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer