Louise Harel se désiste au profit de Marcel Côté

Louise Harel... (Photo Édouard Plante-Fréchette, La Presse)

Agrandir

Louise Harel

Photo Édouard Plante-Fréchette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La chef de Vision Montréal, Louise Harel, se désiste de la course à la mairie pour laisser la voie libre à Marcel Côté, qui se lancera officiellement demain dans la mêlée. Elle dit vouloir former avec lui une administration de coalition pour diriger Montréal.

Louise Harel a convoqué la presse ce matin pour confirmer qu'elle renonçait à briguer la mairie de Montréal à l'élection de novembre prochain. Elle sera tout de même candidate, mais simplement au poste de conseillère du district de Sainte-Marie, dans l'arrondissement Ville-Marie.

«J'entends poursuivre le combat pour ma ville comme chef de Vision Montréal au sein d'une coalition rassemblant les forces vives montréalaises, de toutes origines politiques, linguistiques, géographiques, dirigée par Marcel Côté», a annoncé Mme Harel lors d'une conférence de presse.

Elle dit avoir renoncé à son rêve de diriger Montréal par pragmatisme, constatant que ses appuis dans l'ouest de l'île sont trop faibles. Son parti laissera ainsi à Marcel Côté le soin de rallier des candidats qui se présenteront dans cette partie de Montréal. «C'est un secret de Polichinelle que j'avais des difficultés à percer dans l'ouest de la Ville», a reconnu Mme Harel. Les résultats de l'élection de 2009 parlent d'eux-mêmes : 54% des francophones ont voté pour elle tandis contre seulement 4% des anglophones. «La réponse est là», dit-elle.

«J'ai plus d'ambition pour la Ville que pour moi-même, dit Louise Harel. Je vous mentirais en disant que je ne ferais pas une bonne mairesse, mais je conçois que pour Montréal, la décision qu'on prend aujourd'hui est la meilleure.»

Louise Harel dit voir en Marcel Côté un candidat engagé depuis longtemps pour la métropole, celui-ci ayant signé en 2010 un rapport sur la gouvernance de Montréal. «Je ne pense pas que d'autre candidat ait eu le même soucis, la même attention pour Montréal. Pour certains, c'est plus récent», a lancé Louise Harel, une pointe à peine voilée contre Denis Coderre. Le rapport Côté-Séguin commandé par la chambre de commerce de Montréal avait accouché de 33 recommandations, dont plusieurs proposaient une plus grande centralisation des services municipaux, un thème cher aux yeux de Louise Harel.

Les élus de Vision Montréal ont dit appuyer la décision de leur chef. Le maire de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, Réal Ménard, estime que Marcel Côté est mieux placé pour obtenir le vote autant anglophone que francophone. «Il peut faire un lien plus facilement entre l'Est et l'Ouest et il croit en la coalition. C'est une façon de gouverner très prometteuse parce que ça met fin à toute la réalité géolinguistique. Ce n'est pas normal qu'on évalue ce que des candidats on à offrir en fonction du clivage linguistique. Ça, on met ça derrière nous», a-t-il dit.

Réal Ménard estime même que «l'élection va se jouer entre ceux qui croient à la coalition et ceux qui n'y croient pas. Notre défi dans les prochains jours, c'est de convaincre une majorité que l'avenir de Montréal passe par une coalition.»

En se présentant dans Sainte-Marie, le secteur le plus à l'est de l'arrondissement Ville-Marie, Louise Harel retrouve une partie des électeurs qui ont longtemps voté pour elle à l'époque où elle était députée d'Hochelaga-Maisonneuve. Le district avait toutefois été remporté en 2009 par Projet Montréal. Devenu indépendant depuis, Pierre Mainville, avait récolté 40% des votes.

Louise Harel assure ne pas avoir négocié de poste au sein d'un futur comité exécutif. Plusieurs s'attendent toutefois à l'y voir en cas de victoire de la coalition. «Il n'y a pas de doute dans mon esprit que Louise Harel va jouer un rôle de premier plan», a d'ailleurs estimé Réal Ménard.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Yves Boisvert | Attention, Denis Coderre...

    Yves Boisvert

    Attention, Denis Coderre...

    La sortie de Louise Harel est tardive, mais elle est élégante. C'est vrai qu'elle a pris la meilleure décision pour Montréal. »

  • Marcel Côté : la machine à idées

    Montréal

    Marcel Côté : la machine à idées

    Brillant, brouillon, abrasif, il peut lancer des idées - pas toujours bonnes - à la vitesse d'une mitraillette. Il a conseillé des premiers ministres... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer