Exclusif

Cafouillage du SPVM autour d'une bombe

Une perquisition menée le week-end dernier a déclenché... (PHOTO ANNE GAUTHIER, LA PRESSE)

Agrandir

Une perquisition menée le week-end dernier a déclenché un psychodrame au sein de la police de Montréal.

PHOTO ANNE GAUTHIER, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Une perquisition menée le week-end dernier a déclenché un psychodrame au sein de la police de Montréal, où de graves accusations de cafouillage entourent la découverte d'une bombe à Pointe-Saint-Charles. Plutôt que d'envoyer le SWAT ou les spécialistes des crimes majeurs, la direction a eu recours à deux experts en fraude qui coûtaient moins cher et qui ignoraient un détail majeur: de puissants explosifs risquaient de leur sauter au visage pendant leurs fouilles dans une maison de retraite bondée de résidants.

Des enquêteurs de terrain et des cadres se renvoient maintenant la balle à savoir si une faute a été commise, et qui en serait responsable. En coulisses, certains policiers assurent que l'opération a été bâclée par un commandant, alors que d'autres répliquent que ce genre de situation fait inévitablement partie du métier de policier. La direction du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), elle, assure que l'opération a été un succès.

Chose certaine, l'affaire aurait pu prendre une tournure dramatique, selon ce qu'a appris La Presse.

Un policier qui avait été tenu dans l'ignorance quant aux détails du dossier a manipulé une mallette sans ménagement pendant la fouille. Lorsqu'il l'a ouverte, il a découvert avec stupeur qu'elle contenait une bombe. Plusieurs personnes se trouvaient dans la maison de retraite à ce moment.

L'engin était fonctionnel, et puissant. Si puissant qu'il a lourdement endommagé le robot artificier téléguidé du SPVM lorsque celui-ci a tenté de le désamorcer, à l'extérieur, un peu plus tard.

«Le robot y est passé, ça veut dire qu'on aurait pu avoir des gros dommages, des blessés graves ou des morts quand ils ont bougé ça dans l'édifice», déplore une source bien au fait du dossier.

Des suspects connus et dangereux

Les enquêteurs de la Section des homicides, qui sont aussi responsables des vols de banques et de fourgons blindés, savaient pourtant très bien à quel genre de suspects ils avaient affaire, selon nos sources. Et ils savaient comment intervenir dans ce genre de cas très particulier.

Depuis plusieurs mois, ils avaient entendu dire qu'une attaque de fourgon bancaire était en préparation à Montréal. Leur liste de suspects potentiels était courte. Seule une poignée de vieux criminels endurcis, des professionnels adeptes d'explosifs et d'armes automatiques, sont connus comme étant capables de monter un tel coup à Montréal.

Plusieurs d'entre eux ont déjà tiré sur la police lors de vols qui ont mal tourné. Toute intervention les concernant requiert des mesures particulières de sécurité.

Les enquêteurs ont vite relié le plan à trois suspects: Denis Paquette, 62 ans, Gilles Pinsonneault, 65 ans, et Michel Renaud, 63 ans. Des experts jugés «très solides, au passé violent». Ils ont aussi recueilli des indices selon lesquels le plan du trio impliquait l'usage d'une bombe.

Les trois suspects ont été arrêtés vendredi dernier. L'opération était placée sous le commandement de Mario Desmarais, commandant de la Section des crimes majeurs. Épuisés après plus de 24 heures de travail d'affilée, les enquêteurs au dossier ont ensuite été envoyés se reposer. Les agents du SWAT avaient aussi obtenu leur congé.

Mais le lendemain, il restait à perquisitionner dans les logements des suspects, dont celui de Denis Paquette, qui habite une résidence pour retraités et semi-retraités sur la rue de Coleraine, à Pointe-Saint-Charles.

Difficile de réunir les effectifs

Le commandant Desmarais avait besoin d'enquêteurs pour cette perquisition. Or, les experts en la matière, les enquêteurs des homicides, sont difficiles à réunir le week-end, surtout depuis que les «primes de disponibilité» ont été abolies pour les enquêteurs des homicides qui doivent rester disponibles sur appel.

Faire entrer les agents du SWAT à taux double pour une journée d'heures supplémentaires coûte aussi très cher, alors que le SPVM tente désespérément de réduire ses dépenses.

Le commandant a donc décidé d'envoyer deux enquêteurs des fraudes qui étaient de garde et qu'il avait sous la main. Plutôt habitués à fouiller des piles de documents financiers et des fichiers informatiques, ceux-ci ont accepté de donner un coup de main.

Cinq sources policières différentes ont confirmé à La Presse que «les gars des fraudes» n'ont jamais été informés de la possibilité de découvrir une bombe. Ils ignoraient aussi que les personnes arrêtées étaient réputées capables de tirer sur la police et qu'il demeurait possible que certains de leurs amis en liberté représentent un danger.

Tout ce qu'on a demandé aux enquêteurs, c'était de ramasser quelques vêtements chez Paquette à titre d'éléments de preuve.

C'est en cherchant tranquillement ces vêtements que l'un d'eux a découvert qu'il était en train d'agiter dangereusement une mallette contenant une bombe tuyau. Une mitraillette AK-47 a aussi été trouvée sur place.

Ébahis, les deux enquêteurs ont ordonné l'évacuation de la maison de retraite. Ils ont appelé en renfort le SWAT et ses experts en explosifs, mais la situation est demeurée confuse sur le terrain pour un moment.

Plusieurs résidants ont confié à La Presse qu'ils avaient trouvé bizarre que l'opération prenne près de 10 heures, de samedi soir à dimanche soir.

«Il y avait des policiers ici, mais on ne savait rien. La plupart des gens ne savaient pas qu'il y avait une bombe. Je pense que nous avons le droit de savoir. Pour notre sécurité», affirme Owen Nyandoro, qui habite l'immeuble perquisitionné.

Une fois la bombe sortie à l'extérieur, il a fallu deux détonations contrôlées pour neutraliser la bombe. C'est en travaillant à cette tâche que le robot télécommandé a été mis hors jeu. Les explosions ont effrayé plusieurs résidants.

«Je l'ai entendu certain, j'ai encore ça dans la tête, racontait Pierrette Deslauriers, jeudi. Au moins, je suis contente que ça soit arrivé de ce côté-ci de l'immeuble, où ce sont des personnes âgées qui habitent. L'autre côté, c'est plein d'enfants.»

Arrêt de travail

Le lendemain, lorsqu'il a pris conscience du risque qu'il avait couru, l'enquêteur de 44 ans qui avait découvert la bombe s'est senti mal. Ébranlé, il est aujourd'hui en arrêt de travail temporaire.

Plusieurs de ses collègues sont furieux de la tournure des choses et accusent la direction d'avoir mis des gens en danger pour «des économies de bouts de chandelle». La tension est vive dans les bureaux. Le climat est pourri, confirment plusieurs sources à différents niveaux hiérarchiques. Un tournoi de golf réunissant toutes les unités des enquêtes spécialisées est organisé aujourd'hui, et certains détenteurs de billets proposent maintenant de boycotter l'événement.

À la direction du SPVM, on réplique plutôt que cette enquête a été un succès en mettant hors d'état de nuire de dangereux malfaiteurs.

«L'opération pour nous a été une réussite, martèle le commandant Ian Lafrenière. Oui, il a fallu relever les enquêteurs des homicides et leurs collègues des fraudes sont venus en renfort. Les suspects étaient déjà arrêtés, et eux devaient se déplacer pour ramasser des éléments de preuve, comme n'importe quel sergent-détective. Et ils pouvaient compter sur l'appui de patrouilleurs en uniforme, il ne faut pas l'oublier.»

Il a été impossible de parler directement avec le commandant Mario Desmarais.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer