Vélo en hiver: le réseau blanc fait chou blanc

Selon son porte-parole, le Plateau-Mont-Royal n'a pas les... (Photo: François Roy, Archives La Presse)

Agrandir

Selon son porte-parole, le Plateau-Mont-Royal n'a pas les ressources nécessaires pour déneiger les pistes cyclables du réseau blanc sur son territoire, notamment celles du parc La Fontaine.

Photo: François Roy, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pour la troisième année consécutive, le «réseau blanc» de Montréal va faire... chou blanc cet hiver. Le Plateau-Mont-Royal a en effet décidé de ne pas déneiger ses pistes cyclables.

Inauguré en 2008, le réseau blanc vise à permettre la pratique sécuritaire du vélo en hiver. En principe, 30 km de pistes cyclables doivent être déblayés, surtout au centre-ville, mais aussi dans le Plateau et dans Rosemont-La Petite-Patrie.

Comme le déneigement des pistes relève des arrondissements, chacun doit s'engager à déneiger sa part du réseau blanc. Ville-Marie et Rosemont-La Petite-Patrie confirment qu'ils le feront, mais le Plateau-Mont-Royal s'y refuse.

«Il y a deux ans, on a évalué que déneiger notre part coûterait 160 000$ par hiver, explique un porte-parole du Plateau, Michel Tanguay. Nous n'avons pas les ressources nécessaires et la ville centre ne semble pas vouloir nous donner d'argent pour cela.»

Plusieurs pistes cyclables du réseau blanc traversent le Plateau - celles de la rue Rachel, de l'avenue du Parc et du parc La Fontaine, notamment. Le refus du Plateau de les déblayer va créer d'absurdes situations. Par exemple, la piste de la rue Rachel sera déblayée à l'est, dans Rosemont, mais ne le sera pas dans le Plateau.

«C'est un peu particulier que la responsabilité du déneigement des pistes revienne aux arrondissements, note la présidente de Vélo Québec, Suzanne Lareau. Quand on morcelle la ville, ça donne des situations incohérentes comme ça.»

Mme Lareau rappelle que, lorsque Montréal a annoncé la création du réseau blanc, au printemps 2007, il n'était pas question que des portions de pistes cyclables ne soient pas déblayées. «Je ne peux pas croire que ça coûte si cher à déblayer. Si on veut accroître l'usage du vélo 12 mois par année à Montréal, il faut donner des conditions d'usage minimal aux cyclistes, dit-elle. Déblayer une trentaine de kilomètres de pistes cyclables, ça ne me semble pas exagéré.»

Les cyclistes qui fréquentent le centre-ville peuvent toutefois se réjouir: la piste du boulevard De Maisonneuve sera déneigée, mais après la rue et les trottoirs, prévient-on.

«On va déneiger notre part du réseau blanc, confirme le porte-parole de Ville-Marie, Jacques-Alain Lavallée. Mais notre priorité, ce sont les rues. Je ne pense pas que les citoyens seraient heureux d'apprendre qu'on déneige les pistes cyclables avant les artères principales.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer