Les séries ont coûté 2 millions au SPVM

Un important dispositif de sécurité a été déployé... (Photo: Bernard Brault, archives La Presse)

Agrandir

Un important dispositif de sécurité a été déployé à Montréal durant les séries éliminatoires pour empêcher la casse et le pillage

Photo: Bernard Brault, archives La Presse

La sécurité policière après les matchs du Canadien lors des séries éliminatoires, cette année, a coûté plus de 2 millions de dollars aux contribuables, a appris La Presse.

Selon des chiffres obtenus grâce à la Loi sur l'accès à l'information, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a déboursé 2 181 059?$ pour payer les salaires et les heures supplémentaires de ses effectifs lors des 19 matchs disputés contre Washington, Pittsburgh et Philadelphie.

La deuxième ronde des séries - contre les Penguins de Pittsburgh - est celle qui a engendré la facture la plus salée avec des dépenses totales de plus de 1,2 million de dollars. La surveillance durant le septième match a coûté à elle seule 547 823?$.

Rappelons que, à la fin de la partie, un dispositif important avait été déployé pour empêcher la casse et le pillage au centre-ville. Des centaines de policiers à vélo, à moto ou même à cheval, ainsi que les quatre groupes d'intervention de la métropole, qui comprennent une section antiémeute, avait été mobilisés jusqu'à 2?h du matin. Au moins 50 personnes ont été arrêtées le soir du match ou dans les jours suivants.

La note n'inclut pas l'utilisation de matériel ni celle de l'hélicoptère de la Sûreté du Québec, qui a survolé le centre-ville à la fin d'au moins deux matchs. En 2008, le recours à un hélicoptère de la Gendarmerie royale du Canada au cours de la série contre les Flyers de Philadelphie avait entraîné des dépenses de 4543?$.

La facture au Canadien?

Personne au SPVM n'était disponible hier pour commenter le coût de la sécurité des séries 2010. En mai dernier, le directeur adjoint des opérations du SPVM et responsable de la stratégie du service d'ordre les soirs de match, Sylvain Brouillet, avait toutefois déclaré à La Presse que le SPVM ne se tournerait pas vers le Canadien de Montréal pour l'aider à éponger la facture.

La Ville de Montréal y songe toutefois pour l'avenir. En juin dernier, la Commission des finances a proposé la facturation des services policiers à l'organisation du Tricolore dans ses recommandations pour diminuer les dépenses dans le budget 2011 de la Ville.

Hier, une première série de mesures pour diminuer les dépenses municipales a été annoncée. Il faudra toutefois attendre après la relâche de l'été avant de savoir si les élus décideront bel et bien de remettre la facture au Canadien de Montréal, a indiqué hier le porte-parole du comité exécutif, Darren Becker.

La Ville tentera par ailleurs de recevoir une enveloppe du gouvernement du Québec pour l'aider à éponger l'ensemble des dépenses liées à son statut de «?grande métropole?». L'argent servirait à payer la sécurité les soirs de matchs de hockey, mais aussi à l'occasion d'événements liés aux activités des consulats de la métropole ou des manifestations devant le bureau du premier ministre.

En 2008, le maire de Montréal, Gérald Tremblay, avait écrit au premier ministre Charest pour lui demander de contribuer aux coûts de la surveillance policière lors des séries, qui s'étaient élevés à 1,3 million. Le gouvernement du Québec avait refusé de le faire.

- Avec la collaboration de William Leclerc

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer