Opération Loquace: un trafiquant d'armes plaide coupable

Shane Kenneth Maloney... (Photo La Presse)

Agrandir

Shane Kenneth Maloney

Photo La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Renaud
La Presse

Shane Kenneth Maloney, accusé d'avoir contrôlé un arsenal qui a mené à la plus grande saisie d'armes et d'explosifs de l'histoire du Canada, a plaidé coupable hier à des accusations de gangstérisme, trafic de cocaïne et trafic d'armes. La poursuite et la défense se sont entendues sur une peine globale d'environ 10 ans. En soustrayant toutefois la détention préventive, il lui resterait quatre ans et demi à purger.

Shane Kenneth Maloney, en fauteuil roulant, lors de... (Photo Marco Campanozzi, archives La Presse) - image 1.0

Agrandir

Shane Kenneth Maloney, en fauteuil roulant, lors de sa comparution au sujet d'une agression contre un policier du SPVM, en décembre 2011.

Photo Marco Campanozzi, archives La Presse

Mais la peine n'est pas encore scellée. La juge Sophie Bourque de la Cour supérieure devra entériner ou non cette suggestion commune le 15 mars prochain.

TRAHISON

Maloney a été arrêté le 1er novembre 2012 dans une opération de la Sûreté du Québec baptisée Loquace et visant à démanteler un consortium de six personnes issues de différentes branches du crime organisé qui auraient tenté de s'emparer, par la violence, du monopole de la distribution de cocaïne au Canada.

Dans cette enquête retentissante, la tâche des policiers a été grandement facilitée par le bras droit de l'un des membres du consortium qui est devenu agent d'infiltration pour la police et qui lui transmettait les messages que les suspects s'échangeaient sur leurs appareils de type PGP et des photos de stupéfiants et d'argent.

En moins de six mois, cet agent a trafiqué 530 kg de cocaïne et encaissé près de 14 millions. En tout, 132 individus ont été accusés dans la foulée de l'opération Loquace.

Selon un résumé des faits lu par le procureur de la poursuite Me Philippe Vallières-Roland, les enquêteurs ont été capables de lier Maloney à une saisie de 25 kg de cocaïne.

SAISIE HISTORIQUE

Toutefois, c'est surtout en matière de trafic d'armes que l'implication de Maloney ressort dans l'enquête Loquace.

Les 3 et 4 octobre 2012, les enquêteurs ont découvert une quantité d'armes jamais vue, plus de 1000 bâtons de dynamite, des explosifs et des détonateurs dans deux entrepôts à Laval et à Montréal. Dans celui de Laval, dans la rue Chomedey, les policiers ont observé Maloney durant l'enquête. Lorsqu'ils ont perquisitionné son condo de L'Île-des-Soeurs le jour de la frappe policière, ils ont découvert des documents permettant de le relier à ces entrepôts. Selon des informations qui ont émané de la preuve, les bâtons de dynamite trouvés proviendraient d'un audacieux vol à main armée commis dans les locaux d'une entreprise de dynamitage de Sainte-Sophie, dans les Laurentides, en août 2011.

Lors de l'arrestation de Maloney, les policiers ont saisi 1,5 million tandis que son condo et une ferme en Ontario ont été bloqués. Une grande partie de l'argent et la ferme seront confisquées au profit du Procureur général alors que le condo sera remis au futur condamné.

Pour établir la peine, la poursuite et la défense, assurée par Me Dominique Shoofey, ont notamment tenu compte des conditions de détention difficiles de Maloney, qui est paraplégique et souffre de violents maux de dos depuis qu'un accident de moto l'a rendu invalide il y a une quinzaine d'années.

Maloney renonce à une requête en arrêt du processus judiciaire en vertu de l'arrêt Jordan qu'il avait présentée et s'engage à ne pas retirer sa reconnaissance de culpabilité si des coaccusés obtiennent gain de cause dans des requêtes semblables qu'ils ont déposées.

Les autres chefs présumés du consortium, Larry Amero (Hells Angels), Mihale Leventis et Rabi Alkhalil doivent, en principe, avoir respectivement leur procès dans Loquace en juillet 2017, septembre 2017 et janvier 2018.

Dans le box, Maloney, qui portait les cheveux très courts et une barbe de quelques jours, a répondu poliment aux questions de la juge et a longuement regardé deux policiers assis dans la salle.

Pour joindre Daniel Renaud, composez le 514 285-7000, poste 4918, écrivez à drenaud@lapresse.ca ou écrivez à l'adresse postale de La Presse.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer