Adolescent accusé de terrorisme: haine et mépris pour son pays d'accueil

L'enquêteur de la GRC Brahim Soussi a interrogé... (Photo Ivanoh Demers, La Presse)

Agrandir

L'enquêteur de la GRC Brahim Soussi a interrogé l'adolescent le jour de son arrestation, le 17 octobre 2014.

Photo Ivanoh Demers, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Canada est un pays qui «massacre mes frères et mes soeurs musulmans» dirigé par des «mécréants démocrates» qui doivent être renversés «par la force s'il le faut».

C'est un adolescent arrogant et agressif qui expose sa vision de son pays d'accueil à un enquêteur de la Gendarmerie royale du Canada lors d'un long interrogatoire vidéo que la poursuite veut aujourd'hui déposer en preuve au procès du jeune de 15 ans.

Le jeune Montréalais - dont l'identité est frappée d'un interdit de publication - est soupçonné d'avoir voulu quitter le Canada pour participer à des activités terroristes. Son procès a commencé mardi en Chambre de la jeunesse de la Cour du Québec, à Montréal.

Dans cette vidéo, on y voit l'accusé traiter l'enquêteur de la GRC Brahim Soussi - lui-même musulman - de «traître» et d'«apostat». Cet enquêteur à la section de la sécurité nationale l'a interrogé le jour de son arrestation le 17 octobre 2014. L'adolescent, qui a été cueilli par les policiers à son collège privé ce jour-là, porte encore son uniforme scolaire au moment de l'interrogatoire.

L'adolescent, dont l'identité est frappée d'un interdit de publication, est soupçonné d'avoir commis un vol qualifié «au profit ou sous la direction» d'une organisation terroriste en plus d'avoir voulu quitter le Canada pour participer «aux activités d'un groupe terroriste à l'étranger».

L'adolescent a reconnu avoir commis ce vol qualifié il y a près d'un an déjà -crime pour lequel il a écopé de douze mois de garde à purger dans un centre jeunesse -, mais il a plaidé non coupable aux accusations de terrorisme. C'est pourquoi il subit un procès depuis mardi.

L'adolescent a volé 2000$ dans un dépanneur de l'Ouest-de-l'Île armé d'un couteau et le visage couvert d'un foulard.

À ses yeux, il n'a fait que prendre un «butin de guerre» à une société de «mécréants». Il explique à l'enquêteur Soussi qu'il n'éprouve aucun remords.

Durant près d'une heure et demie, l'adolescent et l'enquêteur s'affrontent sur leurs visions opposées de l'islam. «Je comprends mieux l'islam que toi (...) Toi tu sers ceux qui rabaissent la Charia», lui lance l'adolescent.

L'accusé explique qu'il a récemment cessé ses cours de karaté, car son professeur demandait à ses élèves de se prosterner. «C'est un acte de respect au karaté, pas un acte de soumission», lui répond l'enquêteur. «Dans l'islam, la prosternation est une soumission», réplique le jeune de 15 ans, agressif.

Plus tard durant l'interrogatoire, l'adolescent traite son propre père d'«apostat». Il a d'ailleurs refusé qu'il soit présent lors de l'interrogatoire policier.

C'est son père qui l'a dénoncé à la police après avoir retrouvé l'arme et le butin dans un sac caché dans la cour arrière de la résidence familiale. L'homme, qui a quitté son Algérie natale avec sa femme et ses enfants en 2003 pour une vie meilleure au Canada, assiste au procès malgré tout ce que son fils ait pu dire sur lui.

Toujours dans cet interrogatoire du 17 octobre 2014, l'adolescent raconte au policier qu'il a développé sa vision de l'islam en naviguant sur Internet.

«Il y a bien des choses qui t'échappent, que tu ne comprends pas (...) Tu es à un âge où tu es facilement manipulable», tente de lui expliquer l'enquêteur.

«Ton travail est de me manipuler», insiste alors le jeune accusé, qui tente ensuite de sortir de la salle d'interrogatoire, excédé par les questions du policier.

L'adolescent qui a immigré au Canada à l'âge de 4 ans finit par se rasseoir et laisse tomber: «je n'ai pas choisi de vivre ici».

«Le Canada t'a offert une place tranquille, t'a protégé, t'a donné une bonne école», poursuit l'enquêteur. «Et pendant ce temps, il tue les musulmans», réplique l'adolescent qui dénonce l'intervention du Canada en Afghanistan.

«C'est oeil pour oeil, dent pour dent», conclut le jeune accusé qui ne veut pas élaborer sur ce qu'il avait l'intention de faire avec les 2000$ volés.

La juge Dominique Wilhelmy doit maintenant déterminer si cet interrogatoire peut être déposé en preuve par la poursuite puisque la défense en conteste la légalité. C'est que l'adolescent a refusé la présence de ses parents et d'un avocat, et ce, même si les deux policiers qui l'ont interrogé ce jour-là ont insisté à de nombreuses reprises sur son droit à l'avocat.

Le procès se poursuit cet après-midi.

L'adolescent de 15 ans est le premier Canadien à subir un procès pour avoir tenté de quitter le pays pour participer à une activité terroriste en vertu de la nouvelle Loi sur la lutte contre le terrorisme.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer