Exclusif

L'avocat d'Accurso dénonce «les gardiens de la pureté»

Tony Accurso a été arrêté dans trois opérations... (Photo: Ivanoh Demers, La Presse)

Agrandir

Tony Accurso a été arrêté dans trois opérations policières anticorruption majeures ces dernières années.

Photo: Ivanoh Demers, La Presse

Pendant que l'entrepreneur Tony Accurso se démène pour éviter d'avoir à témoigner devant la commission Charbonneau, son avocat publie aujourd'hui un livre dans lequel il lance une charge en règle contre la Commission et «les gardiens de la pureté» qui s'en sont pris à son client ces dernières années.

Le livre de Me Louis Demers, Scènes d'une époque trouble, n'aborde pas les nombreuses accusations criminelles auxquelles fait face M. Accurso. Il tente plutôt de montrer une nouvelle facette de son client, qu'il présente comme une victime.

«Finalement, il a été une proie facile pour les gardiens de la pureté, dont le Québec détient sans doute le nombre record mondial par habitant, dépassant même l'État du Vatican», écrit l'auteur au sujet de son client.

Me Demers rappelle que l'achat de Simard-Beaudry par Accurso avec l'aide du Fonds de solidarité FTQ a permis, à l'époque, d'éviter que l'entreprise tombe entre des mains étrangères, ce qui aurait été une perte pour l'économie québécoise. Aujourd'hui, il craint que les allégations ou les accusations contre plusieurs entreprises ouvrent la porte à leur vente.

«Il y a des entreprises de construction ou de génie-conseil, aujourd'hui qui se font approcher certainement par les multinationales européennes ou américaines et ça m'attriste vraiment, dit-il en entrevue à La Presse. C'est illusoire de penser qu'on sera nécessairement mieux servis par des multinationales.»

Convictions nationalistes

Me Demers, qui met de l'avant ses convictions nationalistes à plusieurs reprises dans son livre, raconte d'ailleurs une anecdote sur son client et le référendum de 1995 sur la souveraineté.

«Tony Accurso n'était pas un indécis, il était au contraire très décidé à voter Non, comme tout bon libéral. Pourtant, par amitié pour Clément Godbout, président de la FTQ à l'époque, il vota Oui. Peu d'hommes d'affaires québécois le firent. Encore moins ceux qui étaient d'origine italienne», écrit-il.

Commission Charbonneau

L'avocat se montre très hostile à la commission Charbonneau, devant laquelle il dit avoir eu des mandats de plusieurs clients non identifiés. Il déplore qu'elle cause du tort à plusieurs entreprises.

«Juste le fait d'être nommé, par exemple à la Commission, ça crée une série de problèmes pour les entreprises, notamment avec les banquiers et les compagnies de caution», dit-il.

«Ce qui m'agace surtout comme avocat, c'est que différents principes qui m'intéressent, comme la présomption d'innocence, le droit à la vie privée, le droit à la réputation, sont des valeurs, des droits qui vivent des moments difficiles», dit-il.

Aurait-il préféré que le gouvernement ne déclenche jamais d'enquête sur la corruption et la collusion, malgré les révélations des dernières années sur l'ampleur du phénomène? «Je ne peux pas répondre à ça», lance-t-il avec un sourire.

Arrestations

Le livre arrive en librairie tandis que Tony Accurso conteste en Cour supérieure son assignation à comparaître devant la commission Charbonneau. L'entrepreneur, qui a été arrêté dans trois opérations policières anticorruption majeures ces dernières années, craint d'entacher son droit à un procès équitable s'il témoigne publiquement avant ses procès.

M. Accurso est notamment accusé d'avoir été l'une des têtes dirigeantes d'un système de corruption impliquant le maire et les contrats publics de la Ville de Mascouche, d'avoir mis sur pied un système de fraude fiscale à grande échelle et d'avoir participé activement à la collusion et à la corruption qui auraient gangrené pendant des années l'administration municipale à Laval.

EXTRAITS DU LIVRE

«Tony Accurso m'a déjà dit qu'il n'avait jamais accordé d'entrevue et qu'il avait fait attention qu'on ne prenne pas sa photo parce que les Québécois n'aiment pas ceux qui réussissent en affaires. Et c'est pire s'ils ont un nom italien. Il a toujours voulu rester secret.»

«Dans quel pays peut-on voir le chef d'un parti national d'opposition se faire interroger abruptement par des policiers à la sortie de chez lui? Un maire forcé de démissionner à la suite d'un faux témoignage? Je vous le dis et j'exagère à peine, les agents de la Stasi et les forces de l'ordre de l'Absurdistan ne seraient pas peu fiers de nous.»

«Un soir, la fille de ma conjointe nous lance, un peu exaspérée: "Vous rendez-vous compte qu'on est la seule famille au Québec qui parle en bien de Tony Accurso?"»




Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer