Attentat incendiaire chez un ex-avocat controversé

Plusieurs  fenêtres de la cossue résidence de... (Photo: Robert Skinner, La Presse)

Agrandir

Plusieurs fenêtres de la cossue résidence de la rue Fallbrooke étaient barricadées dimanche matin, et de grosses traînées de suie noire étaient visibles de l'extérieur.

Photo: Robert Skinner, La Presse

Partager

Sur le même thème

Un ex-avocat soupçonné d'avoir détourné des millions de dollars a été la cible d'un attentat hier soir à Hampstead: un incendie a été allumé dans sa résidence alors que sa famille s'y trouvait. Les résidants s'en sont sortis indemnes, mais leur chien serait mort dans le brasier selon des témoins.

La résidence visée appartient à Dany Perras, qui a démissionné du Barreau en octobre 2011, après que des clients se furent plaints d'être incapables de récupérer les fonds qui lui avaient été confiés.

«Vers 20h30, la famille se trouvait à l'étage lorsqu'elle a été surprise par une déflagration au sous-sol», raconte l'agent Daniel Lacoursière, porte-parole de la police de Montréal, qui confirme que l'incendie est clairement de nature criminelle.

Aucune description du ou des suspects n'est disponible pour l'instant.

Le feu et l'intervention subséquente des pompiers ont causé de lourds dommages à la cossue résidence de la rue Fallbrooke. Plusieurs de ses fenêtres étaient barricadées dimanche matin, et de grosses traînées de suie noire étaient visibles de l'extérieur.

Les secouristes ont tenté des manoeuvres de réanimation sur le chien de la famille. La police confirme qu'il a été gravement blessé, mais selon des résidants qui ont assisté à la scène, l'animal aurait perdu la vie.

C'est la deuxième fois que la résidence de Dany Perras est la cible d'incendiaires. Il y a à peine plus d'un an, deux véhicules stationnés devant la maison avaient été brûlés.

«Le quartier n'est plus ce qu'il était», a soupiré un voisin en secouant la tête, lors du passage de La Presse dimanche.

Dany Perras a fait faillite en février dernier, dans la foulée de poursuites de deux clients qui l'accusent d'avoir monté une fraude «à la Ponzi», selon des documents produits en cour. Une trentaine de créanciers lui réclamaient 7,8 millions de dollars. Le syndic du Barreau enquête sur cette affaire.

En juin, La Presse a révélé que l'avocat avait fait miroiter des taux d'intérêt atteignant jusqu'à 200% par année à des clients-prêteurs. Ceux-ci avaient avancé entre 120 000$ et près de 1 million de dollars chacun. L'argent devait être prêté pour 31 à 91 jours, mais a apparemment disparu, selon les clients.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer