Montréal simplifie les règles pour la cuisine de rue

À moins d'un mois du début de la... (Photo David Boily, Archives La Presse)

Agrandir

À moins d'un mois du début de la saison de la cuisine de rue, la Ville de Montréal change les règles du jeu, notamment en abolissant le comité de sélection qui avait pour tâche de choisir un à un les camions autorisés à vendre leurs produits sur rue.

Photo David Boily, Archives La Presse

Révision complète des emplacements pour la cuisine de rue. Camions autorisés à revenir plus fréquemment sur le même site. Tarifs uniformisés. Et comité de sélection aboli. L'administration Plante simplifiera grandement les règles pour la cuisine de rue à Montréal.

L'Association des restaurateurs de rue du Québec ne s'en cache pas : la saison 2017 a été difficile pour la cuisine de rue. « L'année dernière, on a eu toutes sortes de problèmes : certains sites n'étaient pas bons et la météo a été épouvantable. Alors on est arrivés en fin de saison avec un bilan difficile », reconnaît Gaëlle Cerf, qui gère le programme.

Après cette saison 2017 difficile, la Ville de Montréal a décidé de réviser les règles du jeu pour tenter d'éviter l'effondrement de cette industrie naissante. Des changements salués par les restaurateurs. « Ça va vraiment simplifier la gestion. Il faut que les camions arrivent à être rentables et les sites sélectionnés n'étaient pas les bons », dit Gaëlle Cerf.

Les sites les moins rentables ont ainsi été abandonnés tandis que plusieurs nouveaux sont venus s'ajouter à la liste d'une trentaine d'emplacements où la cuisine de rue sera autorisée cet été (voir la liste ci-dessous).

Changement important, les restaurateurs de rue pourront revenir plus rapidement sur un même emplacement. Auparavant, les camions ne pouvaient réserver qu'une seule plage par 14 jours dans les emplacements les plus populaires et une fois par semaine aux autres endroits. « 14 jours c'était trop long », constate aujourd'hui Gaëlle Cerf.

Avec les nouvelles règles, les camions pourront être présents une fois par semaine dans les cinq emplacements les plus achalandés. Dans les 24 autres sites, ils pourront revenir aussi fréquemment qu'ils le souhaitent.

L'administration Plante a également décidé de simplifier la grille des tarifs pour la location des espaces de bouffe de rue. Plutôt que quatre tarifs déterminés en fonction de l'achalandage, Montréal uniformise le coût à 30 $.

L'an dernier, il en coûtait 10 $ pour les sites les moins convoités et 40 $ pour les plus en demande. Cette façon de faire avait toutefois entraîné un très faible taux d'occupation des sites moins convoités, avait noté la Ville.

À noter, le prix du permis annuel pour opérer un camion de cuisine de rue demeure à 350 $ et celui couvrant uniquement la saison estivale reste aussi à 300 $. Montréal met toutefois fin au permis hivernal, la Ville constatant n'avoir reçu aucune demande pour un tel permis ces dernières années. 

Fini le comité de sélection

Autre important changement, la métropole abolira le comité de sélection qui avait pour tâche de choisir un à un les camions autorisés à vendre leurs produits sur rue. La nouvelle administration estime que cette façon de faire alourdissait inutilement le système. « L'appel de candidatures, la tenue du comité de sélection et la communication des résultats qui précèdent la période du dépôt des demandes de permis rallongent les délais de délivrance », peut-on lire dans un document soumis aux élus.

Plutôt que se soumettre à un comité de sélection, les restaurateurs de rue devront désormais remplir un formulaire. Des points leur seront attribués selon leur offre. Ainsi, tout comme avant, la formule avantagera les concepts misant sur « des ingrédients frais et locaux ». Pour se qualifier de « frais et locaux », les produits devront provenir d'un rayon de 250 km de Montréal ou être étiquetés « aliments du Québec » ou « aliments préparés au Québec ».

Les plats cuisinés maison vaudront également davantage de points. Les restaurateurs proposant des plats à moins de 7 $ seront aussi favorisés.

Enfin, l'utilisation des contenants fabriqués à partir de matériaux recyclés, recyclables ou biodégradables sera aussi encouragée dans le formulaire par l'attribution de davantage de points.

Les modifications seront votées par les élus dès mars afin d'entrer en vigueur dès avril.

Quant au seul élément hors de contrôle de la Ville, Gaëlle Cerf dit qu'« on croise les doigts pour Dame nature ».

Liste des emplacements autorisés pour la cuisine de rue

Les plus achalandés

  • Place d'Armes
  • Square Victoria
  • Place du Canada
  • Cité du multimédia
  • Queen

Autres sites

  • Gare Windsor
  • Musée McCord
  • Parc du Mont-Royal
  • Quartier de la santé CRCHUM
  • Square Philipps
  • Quartier chinois
  • Imperial Tobacco
  • Musée Mc Cord
  • Palais
  • Gare Windsor
  • Marconi-Alexandra
  • Quartier chinois
  • Maisonneuve Rosemont
  • Parc Olivier Robert
  • Métro l'Assomption
  • Contrecoeur
  • Angus
  • Bellechasse
  • Cité des ondes
  • Espace affaires Rosemont
  • Père Marquette
  • Musée Pointe à Callière
  • Secteur Atlantic
  • Parc Raoul Dandurand




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer