Six Montréalais blessés par des coyotes

Au moins six Montréalais ont été attaqués par... (Photo Archives La Presse)

Agrandir

Au moins six Montréalais ont été attaqués par un coyote cet été, un phénomène que n'arrivent pas à expliquer les agents de la faune. Sur la photo, un coyote se promène dans un parc de Los Angeles, en Californie.

Photo Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Généralement discrets, les coyotes peuplant l'île de Montréal ont sorti les crocs, cette année, pour des raisons que les agents de la faune s'expliquent encore mal. Six Montréalais ont subi des morsures cet été, poussant la métropole à recourir aux services d'un trappeur à deux reprises afin de tenter de capturer les bêtes problématiques.

DE PLUS EN PLUS VISIBLES

L'année 2017 a connu une hausse marquée des signalements de coyotes dans l'île. « On vit avec ces animaux depuis des années, mais on ne les voyait jamais avant. Cette année, ça a été plus problématique », confirme le lieutenant Claude Lemay, du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs. Alors que ces bêtes fuient habituellement l'homme, six Montréalais ont rapporté avoir été mordus ou griffés par l'une d'entre elles. Ces incidents étonnent l'agent de la faune, qui dit avoir eu connaissance d'un seul autre cas de morsure par un coyote dans sa carrière. « Ce ne sont pas de grosses blessures. On parle de mordillage des membres inférieurs, mais ce n'est pas normal », dit-il. Une personne qui se trouvait dans un parc en pleine nuit a été mordue après avoir perdu pied en tentant de pourchasser un coyote. « L'animal s'est probablement senti coincé et lui a mordu une cuisse », relate M. Lemay.

UN DANGER POUR LES CHIENS

Se nourrissant de petites proies, notamment de moufettes, de ratons laveurs, de marmottes ou de souris, les coyotes représentent un danger pour les petits animaux de compagnie comme les chats et les chiens. Au moins trois chiens ont été attaqués cette année. L'un d'eux s'en est tiré avec de légères blessures, mais un autre a été gravement blessé, tandis que le troisième a carrément disparu, emporté par le prédateur. Le chien de Paul Arsenault a bien failli y laisser la vie. Lors d'une promenade en début de soirée au parc Sainte-Odile, dans Ahuntsic-Cartierville, il a été sauvagement attaqué par un coyote. Cinq personnes ont dû s'interposer pour éviter que le coyote ne tue le chien. « C'est un coyote qui n'a pas peur du tout de l'humain », s'indigne Paul Arsenault. Traité aux soins intensifs, l'animal, à qui le vétérinaire donnait 5 % de chances de survie, s'en est finalement tiré.

PROBLÈMES DANS AHUNTSIC

Les coyotes de Montréal se sont montrés particulièrement audacieux cette année. Alors que d'habitude, ces bêtes ne sortent que la nuit, pour éviter les humains, certaines ont été vues en plein jour. Des coyotes ont même été aperçus en pleine avenue Papineau, sur le boulevard Saint-Michel et dans la rue Notre-Dame. Les incidents avec l'humain se sont toutefois concentrés dans Ahuntsic-Cartierville, le long de la voie ferrée située entre le parc Frédéric-Back (ancienne carrière Miron) et le collège de Bois-de-Boulogne. « Il y a eu des signalements dans tous les petits parcs de ce secteur », rapporte Claude Lemay. La Ville de Montréal a installé des affiches dans le quartier pour prévenir les citoyens de la présence des coyotes. Samedi, une activité de sensibilisation doit avoir lieu au parc Frédéric-Back, où l'on soupçonne que des coyotes ont élu domicile. « Le risque que le coyote représente pour la sécurité de la population est extrêmement faible », précise toutefois Anik de Repentigny, porte-parole de la Ville Montréal.

DEUX OPÉRATIONS DE TRAPPAGE

Devant l'augmentation des attaques cette année, la Ville a embauché un trappeur du 4 au 25 août pour attraper les coyotes problématiques. Les incidents s'étant poursuivis à la fin de l'été, le trappeur est de retour au travail depuis le 2 octobre. Des pièges ont été installés au parc Frédéric-Back et à l'ancienne carrière Francon. Un coyote adulte a d'ailleurs été attrapé hier matin. Gravement blessé à une patte, celui-ci a dû être euthanasié. Les agents de la faune comptent comparer l'ADN de la bête avec la bave retrouvée sur le pantalon d'un marcheur mordu récemment. « On va essayer de voir si cet animal est le bon. Ce ne sont pas tous les coyotes qui sont menaçants. C'est peut-être juste un sur le lot », dit le lieutenant Lemay. Depuis le début de l'année, 15 coyotes ont été capturés à Montréal. Huit ont été relâchés en forêt sur la Rive-Sud ou dans la couronne nord. Les sept autres ont dû être euthanasiés, ayant subi des blessures durant leur capture. « On libère ceux qui sont en santé et peuvent se nourrir par eux-mêmes », explique Claude Lemay. À noter qu'on ignore avec précision combien de coyotes vivent dans l'île.

DES COYOTES APPRIVOISÉS ?

Cette vague d'incidents, qui a semé l'inquiétude dans Ahuntsic-Cartierville, laisse les agents de la faune incrédules. « On ignore pourquoi il y a plus de signalements cette année. Les coyotes étaient là avant et les gens ne les voyaient pas. Est-ce que des personnes les ont nourris ? », s'interroge Claude Lemay. Celui-ci déconseille fortement aux citoyens de nourrir ces bêtes, qui deviennent un danger public. « Nourrir un animal sauvage, c'est quasiment causer sa mort. Il va aller vers les gens, il va devenir insistant, il peut mordre pour avoir à manger », résume M. Lemay. Il pourrait aussi y avoir une augmentation de la population des coyotes. La chasse étant interdite dans l'île, le piégeage y étant également difficile, l'absence de prédateurs naturels et la présence abondante de proies pourraient contribuer à sa prolifération, résume l'agent Lemay.

EN CAS D'ATTAQUE, COMPOSER LE 911

Après la mésaventure de son chien, Paul Arsenault n'a pas caché son mécontentement face à l'absence de réaction de la Ville de Montréal et des agents de la faune. « Non seulement ce n'est pas pris au sérieux, mais tous les intervenants que j'ai contactés ont dit qu'ils ne feraient rien », s'indigne le Montréalais. « Si un animal est agressif ou mord un être humain, il faut appeler la police », répond le lieutenant Claude Lemay. C'est à ce moment que des agents de la faune seront envoyés. Au SPVM, on a indiqué intervenir seulement si un coyote est menaçant pour un être humain. Des policiers seront envoyés sur place pour « mettre fin à la menace ». Si une personne aperçoit simplement un coyote, ni les policiers ni les agents de la faune n'interviendront.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer