Coalition Montréal défend une candidate antiféministe

Jean Fortier, candidat de Coalition Montréal à la... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Jean Fortier, candidat de Coalition Montréal à la mairie avec Érik Hamon et Caroline Orchard, candidats du parti dans les districts de Darlington, et de Notre-Dame-de-Grâce.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le parti Coalition Montréal défend l'une de ses candidates qui a comparé le féminisme à une «maladie mentale», estimant qu'elle était victime d'une campagne de «salissage» en vue des élections.

Caroline Orchard, qui se présente pour Coalition Montréal dans le district de Notre-Dame-de-Grâce, a publié plusieurs messages sur les réseaux sociaux pour dénoncer le féminisme au cours de la dernière année. «Je déteste les femmes extrémistes», a-t-elle notamment écrit en octobre 2016 sur sa page Facebook. Son message (que l'on n'a pas corrigé) ajoute qu'«il n'y a pas de culture du viol, il y a une gang de femmes qui ne connaissent pas leurs sexualité pour en tirer du vrai plaisir».

Alors qu'un internaute dénonce son commentaire, Caroline Orchard lui répond particulièrement durement. «La seule arrièrer [sic] est votre mère de ne pas avoir choisi de se faire avorter d'une féministe sans but.»

L'affaire Paquet

Ces commentaires ont été publiés en pleine affaire Alice Paquet, cette jeune femme qui accusait le député Gerry Sklavounos de l'avoir violée, dossier qui n'a pas mené au dépôt d'accusations après étude du Directeur des poursuites criminelles et pénales.

Caroline Orchard a d'ailleurs évoqué cette affaire dans un autre message en avançant qu'«il y a une grosse différence entre une [descriptif peu flatteur] saoule qui ne peut pas s'empêcher de s'offrir quand elle est ivre et quelqu'un qui se fait violer violemment».

«[Si] Alice Paquet ne peut pas supporter l'alcool, elle devrait s'en tenir éloignée».

Un message Facebook publié par Caroline Orchard.... (FACEBOOK) - image 2.0

Agrandir

Un message Facebook publié par Caroline Orchard.

FACEBOOK

Dans un autre message, elle estime que le féminisme n'a pas contribué à améliorer le sort des femmes, puisque celles-ci sont aujourd'hui «moins heureuses, plus dépressives et s'absentent plus du travail».

Son compte Twitter affichait également plusieurs messages du genre, mais le profil qu'elle utilisait depuis plusieurs années a été effacé. Elle a ouvert un nouveau compte pour sa campagne électorale. Dans l'un des messages consultés par La Presse, elle qualifiait le féminisme de «maladie mentale».

Un «côté rugueux»

Disant ne pas appuyer les positions de sa candidate sur le féminisme, Coalition Montréal a néanmoins dit la soutenir. «Nous acceptons ses explications que, en tant que victime d'abus sexuels et de viol alors qu'elle était enfant, elle porte un lourd fardeau», a indiqué Marvin Rotrand, chef du parti.

La formation estime que sa candidate a évolué. «Son style non conventionnel et populiste plaît à plusieurs, et sa campagne connaît un bon succès. Nous avons observé une évolution dans sa façon de s'exprimer et la soutenons malgré son côté rugueux.»

Il n'a pas été possible de s'entretenir avec Mme Orchard. Son parti a fait parvenir un courriel : «Elle dit que tout le monde a un historique sur les réseaux sociaux et elle regrette toute remarque qu'elle pourrait avoir faite à la hâte ou sous le coup de la colère.»

Coalition Montréal dénonce une campagne pour salir sa candidate, montrant du doigt Projet Montréal. «C'est une campagne de bas étage alors que l'élection devrait être inspirante», dénonce Marvin Rotrand.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer