Exclusif

Pierre-Elliott-Trudeau: l'attente moyenne à la douane baisse à 10 minutes

On n'a enregistré aucune journée à l'aéroport international... (photo martin tremblay, la presse)

Agrandir

On n'a enregistré aucune journée à l'aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau où le temps d'attente était supérieur à 45 minutes, alors qu'on en avait connu 27 en 2016.

photo martin tremblay, la presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(OTTAWA) Les temps d'attente ont considérablement diminué jusqu'ici cette année à l'aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau pour les voyageurs arrivant de l'étranger, après une année 2016 marquée par des files d'attente interminables aux postes de douane.

Selon des informations obtenues par La Presse, le temps d'attente moyen par jour a été inférieur à 10 minutes à la douane. Mieux encore, on n'a enregistré aucune journée où le temps d'attente était supérieur à 45 minutes, alors qu'on en avait connu 27 en 2016. En fait, il n'y a eu que cinq périodes où le temps d'attente a été de 35 à 45 minutes, malgré une croissance de la fréquentation frisant les 10 % du nombre de passagers aux arrivées internationales cette année jusqu'ici, notamment en raison des célébrations entourant le 375e anniversaire de la ville de Montréal et le 150e anniversaire de la Confédération canadienne.

Alors que la situation de l'attente à la douane s'était considérablement aggravée entre 2014 et 2016 à l'aéroport, il semble que les nouvelles mesures implantées depuis que les files interminables de passagers ont fait les manchettes et que le ministre fédéral des Transports Marc Garneau a déclaré la situation « totalement inacceptable » aient permis d'améliorer les choses.

Parmi les nouvelles mesures mises en oeuvre par l'Agence des services frontaliers du Canada, de concert avec Aéroports de Montréal (ADM) et le ministère des Transports, on a créé un centre de correspondance à l'aéroport, ajouté des bornes automatisées et des guérites, et augmenté de manière importante le nombre de douaniers durant les heures de pointe et en fonction des besoins. À lui seul, le centre de correspondance permet de contrôler les voyageurs qui font escale à Montréal pour prendre un vol vers une autre destination dans un espace voué uniquement aux correspondances. Cela permet d'accélérer le passage de tous les voyageurs.

UN POINT TRÈS IMPORTANT POUR MARC GARNEAU

Pour le ministre des Transports Marc Garneau, il était crucial qu'Ottawa et les autorités aéroportuaires mettent les bouchées doubles pour régler la question de l'attente à l'aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau, non seulement pour améliorer l'expérience des voyageurs - un dossier qui figure en tête de liste de ses priorités -, mais aussi pour préserver l'image de la ville de Montréal en tant que métropole dynamique.

Selon lui, un aéroport international qui fonctionne sans anicroche est essentiel pour qu'une ville puisse attirer son lot de voyageurs et d'investisseurs, compte tenu du fait que la concurrence est féroce à cet égard à l'échelle mondiale.

«Les temps d'attente étaient excessivement longs à l'aéroport en 2016 et il était absolument essentiel qu'on agisse pour régler cela.»

Marc Garneau

« Pour moi, c'était une priorité, car si les gens prennent un avion, on veut améliorer l'expérience à tous les points de vue et cela comprend l'attente aux douanes. Je suis très content de constater qu'on a amélioré la situation en 2017. C'était particulièrement important en raison du 375de Montréal et du 150e. Je suis content que l'Agence des services frontaliers et l'ADM aient mis la main à la pâte », a affirmé hier M. Garneau dans une entrevue avec La Presse.

« Les aéroports dans nos villes, et c'est particulièrement vrai pour Montréal, sont des moteurs pour notre économie. Cela fait partie de l'image de la ville. La ville devient plus attrayante si elle peut compter sur un aéroport qui fonctionne bien », a ajouté le ministre.

M. Garneau et son collègue responsable de la Sécurité publique, Ralph Goodale, ont fait de cette question une priorité après avoir entendu l'avalanche de critiques de voyageurs coincés à la douane à l'aéroport pendant plus de 90 minutes l'an dernier.

Le ministre a dit avoir constaté l'amélioration des services à l'aéroport alors qu'il revenait d'un voyage familial en France, cet été. « Comme tout le monde, je voyage beaucoup et, quand je suis obligé d'attendre trop longtemps, cela me choque et je comprends mes covoyageurs qui ont vécu des situations difficiles l'an dernier. Nous avons écouté, nous avons réagi et nous avons des résultats probants », a dit le ministre.

Rappelons que l'aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau est le troisième en importance au pays en ce qui a trait au nombre de passagers, derrière l'aéroport Pearson à Toronto et l'aéroport de Vancouver.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer