Montréal crée un poste de Protecteur des personnes itinérantes

Un itinérant se repose dans la station de... (PHOTO ÉDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Un itinérant se repose dans la station de métro McGill sous le regard des policiers.

PHOTO ÉDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Katia Gagnon
La Presse

Pour lutter contre l'itinérance, la Ville de Montréal va subventionner la création de 1000 logements sociaux situés dans les maisons de chambres de la métropole. Montréal se lancera également dans une opération de dénombrement des sans-abri et créera un tout nouveau poste de protecteur des personnes itinérantes.

Ce sont là les grandes lignes du plan d'action dévoilé hier par le maire Denis Coderre. Les maisons de chambres, qui constituent souvent une première étape pour sortir de la rue, ont connu un «déclin dramatique» dans les dernières décennies, déplore M. Coderre. Il ne reste plus que 3000 chambres à Montréal.

Montréal va donc soutenir la création de logements dans ces maisons de chambres en subventionnant l'achat et la rénovation de celles-ci. À plus long terme, à l'issue de discussions avec le gouvernement du Québec sur le statut de métropole que pourrait obtenir Montréal, le maire compte rapatrier tout le secteur du logement social. «En matière de logement, on veut contrôler tout le portefeuille», dit-il.

Le maire s'est aussi dit en faveur d'une approche variée en matière de logement et a demandé au gouvernement fédéral de «reconsidérer son point de vue» sur le logement social. «Le "one size fits all", ça ne marche pas!», dit-il.

Un portrait clair

Mais avant toute chose, le maire désire avoir un portrait clair de la situation. Il fera donc réaliser le premier véritable dénombrement des sans-abri de l'histoire de Montréal, qui se tiendra à l'hiver prochain, ainsi qu'à l'été suivant. Les résultats de cette opération devraient être publiés à l'automne 2015. L'exercice, promet M. Coderre, sera répété à intervalles réguliers afin de percevoir l'évolution de la situation des sans-abri.

«Nous n'avons pas de portrait global de l'itinérance. Ce manque de données fiables nuit à la planification. Il n'y a pas 56 solutions. Il faut documenter la chose, dit M. Coderre. On ne peut plus continuer à utiliser des chiffres de 1998 parce que les choses ont changé.»

Autre nouveauté: la Ville va créer un tout nouveau poste de Protecteur des personnes itinérantes. Le poste, qui reste à être pourvu, est calqué sur le modèle adopté par la Ville de Vancouver. Le maire a d'ailleurs décidé de créer un tel poste après sa rencontre avec Judy Graves, qui a occupé cette fonction à Vancouver pendant 10 ans.

Accueil positif

Le plan du maire Coderre a été accueilli positivement par les groupes qui luttent contre l'itinérance. «C'est un plan intéressant, mais on a hâte de voir ce qui va être livré. Le statut de métropole de Montréal, on ne l'a pas encore», observe Marjolaine Despars, du Réseau d'aide aux personnes seules et itinérantes. «L'annonce sur les maisons de chambre est une très bonne nouvelle. On a toujours dit que les maisons de chambres étaient un rempart contre la rue ou un tremplin pour s'en sortir.»

«Je pense beaucoup de bien de ce plan parce que je crois que M. Coderre est capable de le faire avancer. La lutte à l'itinérance a besoin d'un champion et c'est le sentiment qu'il nous donne», dit France Desjardins, directrice de la Maison du père, l'un des trois grands refuges montréalais. «Avoir un maire engagé, c'est un bon point de départ. Sa volonté semble être sincère», renchérit Matthew Pearce, directeur de la Mission Old Brewery.

Centre d'injections supervisées: Coderre persiste et signe

Denis Coderre n'en démord pas: s'il n'en tient qu'à lui, quatre centres d'injections supervisées, trois permanents et un mobile, verront le jour à Montréal. Et le plus vite possible.

«Qu'on ne vienne pas me parler du gouvernement fédéral. La Cour suprême a dit que le gouvernement fédéral devait renouveler la licence des centres semblables qui opèrent à Vancouver. S'il y en a à Vancouver, je ne vois pas pourquoi il n'y en aurait pas à Montréal.»

Le maire a reconnu que la Ville devrait probablement gérer des citoyens mécontents de voir ce type d'organisme s'établir près de chez eux. «Oui, il y a une réalité d'acceptabilité sociale, mais on n'a pas le choix, c'est une question de santé publique.»

Avant d'ouvrir les centres proprement dits, la Ville de Montréal doit obtenir l'aval du gouvernement du Québec, qui financera le projet, ainsi que l'accord du fédéral, qui doit donner aux quatre centres une exemption à la loi sur les drogues.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer