Diminution des contraventions: Montréal veut faire payer les policiers

Le président de la Fraternié des policiers de... (PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le président de la Fraternié des policiers de Montréal, Yves Francoeur, se dit surpris de la démarche de la Ville.

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Jasmin Lavoie
La Presse

Le maire de Montréal Denis Coderre souhaite que ses policiers payent pour la diminution des constats d'infractions émis cet été par le SPVM. Son administration a envoyé un grief à la Fraternité des policiers de Montréal, afin de recouvrer les sommes perdues «de juin à ce jour». Dans un courriel envoyé aux 4500 policiers, la direction du service de police informe ses effectifs du grief patronal à venir.

«Son objectif ( la Ville) est de recouvrer les sommes qu'elle a perdues, de juin à ce jour, suite à la diminution importante de ces constats» peut-on lire dans le courriel, dont La Presse a obtenu copie.  

Le président de la Fraternié des policiers de Montréal, Yves Francoeur, y voit une déclaration de guerre. «On n'est pas inquiet, mais pas du tout d'un point de vue juridique», ajoute-t-il. Il pense que ce grief est «symptomatique » du climat de travail que souhaite instaurer l'administration Coderre. La Fraternité précise qu'elle n'a pas encore reçu le grief.

Pour l'instant, impossible de savoir le montant réclamé par la Ville. La Presse révélait récemment que le nombre de contraventions avait subitement diminué de moitié en juillet. Les quelque 17 000 billets remis en moins par les policiers pourraient représenter une perte de 2,2 millions pour la Ville durant ce mois. 

La Ville de Montréal accusait ses agents de sortir moins volontiers leur calepin, en guise de moyen de pression contre le projet de loi 3 sur les régimes de retraite. Elle avait donc porté plainte à la Commission des relations de travail. Le litige s'était réglé devant un conciliateur après plusieurs heures de négociations. 

« S'il y a des gestes qui font en sorte qu'on se sert du conflit pour ralentir le système, il y aura des conséquences tout simplement», a indiqué Denis Coderre. Le maire refuse toutefois de dévoiler le montant réclamé aux policiers. «Ça se règle au niveau du grief et je n'ai pas l'intention de faire ma plaidoirie avant», s'est -il contenté de dire. Si l'administration Coderre n'arrive pas à obtenir les sommes, le grief patronal sera entendu par le tribunal d'arbitrage.

Le milieu académique se mobilise pour les étudiants étrangers

Les universités et les cégeps lancent un cri d'alarme et demandent au gouvernement du Québec d'agir pour attirer «les meilleurs étudiants internationaux» à Montréal. Dans un rapport rendu public jeudi, les établissements proposent 26 recommandations au gouvernement Couillard pour qu'il «lève rapidement les obstacles» en matière d'accueil, d'intégration et de rétention des étudiants. Le regroupement dont fait aussi partie la Conférence régionale des élus de Montréal et Montréal International plaide que Montréal risque de devenir moins compétitif si le gouvernement n'agit pas. 

Le maire de Montréal Denis Coderre, présent lors de l'annonce, a fait savoir qu'il demandera plus de pouvoir sur «la question étudiante» lors des négociations entourant le statut particulier de Montréal. En 2012, il y avait plus de 25 000 étudiants internationaux aux études supérieures dans la métropole québécoise.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer