Des dispositifs sur les camions pour protéger cyclistes et piétons

Lors d'impacts, les dispositifs latéraux servent à empêcher... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Lors d'impacts, les dispositifs latéraux servent à empêcher un piéton, un cycliste ou le passager d'une voiture de glisser sous les roues d'un poids lourd.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE

Marie-Michèle Sioui
La Presse

La Ville de Montréal équipera ses 1000 véhicules lourds de dispositifs de protection latérale d'ici cinq ans, et elle souhaite que le reste du pays suive son exemple.

Un peu plus de trois mois après la mort de la cycliste Mathilde Blais sous le viaduc des Carrières, la Ville a assuré hier qu'une lettre a été envoyée à la ministre fédérale des Transports, Lisa Raitt. L'administration Coderre exige une nouvelle loi qui obligerait l'ensemble des poids lourds «qui auront affaire à entrer sur l'île de Montréal» à s'équiper de ce type de protection, qui sert principalement à protéger les cyclistes et les piétons.

Lors d'impacts, les dispositifs latéraux servent à empêcher un piéton, un cycliste ou le passager d'une voiture de glisser sous les roues d'un poids lourd. Quelque 2,5 millions serviront à installer ces protections à Montréal.

Il y a quelques semaines, le Bureau de la sécurité des transports des États-Unis a exhorté les élus américains à rendre ce type de dispositif obligatoire, comme c'est déjà le cas de l'autre côté de

l'Atlantique, notamment.

«En Europe, les protections sont installées à 21 pouces (53 cm) du sol. Nous les avons mises à 18 pouces (45 cm) du sol», a expliqué hier Anie Samson, responsable de la sécurité publique au comité exécutif. «On va les tester cette année, mais il n'y a rien de fixé. On pourra les baisser, selon l'usage qu'on en aura fait cet automne.»

En outre, la ville planche sur un projet-pilote visant l'installation de caméras sur les véhicules lourds municipaux. L'idée d'installer des détecteurs de mouvement fait aussi son chemin, selon ce qu'a déclaré Aref Salem, responsable du transport au comité exécutif.

Autre thème revenant à l'ordre du jour lors de la mort de Mathilde Blais, l'absence de passages à niveau servant à traverser le chemin de fer du Canadien Pacifique continue de son côté à être débattue.

«Nous avons commencé la médiation en mai. On continue en septembre prochain. On n'a pas fini, ça nous prendra quelques semaines», a déclaré Aref Salem. Depuis une vingtaine d'années, le Canadien Pacifique reste campé sur ses positions, et affirme que les passages à niveau posent d'importants problèmes de sécurité. «On cherche une solution. On parle le même langage, mais il y a un arbitre qui nous aide», a lancé M. Salem.

Ponts à étagement: les cyclistes ont le choix

La Ville a tenu à répéter hier que les cyclistes peuvent rouler sur la chaussée ou sur le trottoir quand ils traversent un pont à étagement. Au sujet d'un policier qui avait remis des constats à des cyclistes qui empruntaient la chaussée sous le viaduc des Carrières, Anie Samson, responsable de la sécurité publique, a évoqué «une mauvaise interprétation» des règlements. Montréal a d'ailleurs déjà préparé son mémoire en vue d'une consultation sur la réforme du Code de la sécurité routière.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer