É.-U.: l'agence de l'environnement propose de réduire les émissions de méthane

Le méthane, un composant clé du gaz naturel,... (PHOTO ARCHIVES AP)

Agrandir

Le méthane, un composant clé du gaz naturel, est un puissant gaz à effet de serre, plus de vingt-cinq fois plus que le dioxyde de carbone (CO2).

PHOTO ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Changements climatiques

Environnement

Changements climatiques

Tout sur les changements climatiques »

Agence France-Presse
Washington

L'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA) a proposé mardi de nouvelles normes pour réduire nettement les émissions de méthane du secteur pétrolier et gazier, dans le cadre des efforts de l'administration du président Barack Obama pour combattre le réchauffement climatique.

Ces mesures visent à contribuer aux objectifs annoncés en janvier par la Maison-Blanche consistant à réduire ces émissions de 40 à 45% d'ici 2025 par rapport à leur niveau de 2012.

«Les normes (...) que nous proposons mettent en avant notre engagement de réduire la pollution qui contribue au changement climatique et de protéger la santé publique tout en soutenant le développement responsable et transparent de l'activité énergétique», a déclaré l'administratrice de l'EPA, Gina McCarthy.

«Des sources d'énergie permettant un processus de combustion moins polluant comme le gaz naturel sont essentielles (...) pour une économie basée sur une énergie propre», a-t-elle ajouté.

Le méthane, un composant clé du gaz naturel, est un puissant gaz à effet de serre, plus de vingt-cinq fois plus que le dioxyde de carbone (CO2). Il représente la seconde plus importante source de ces émissions aux États-Unis, après le CO2, générées par les activités humaines, dont 30% par les industries pétrolière et gazière.

Les propositions, qui s'appliqueront aux nouvelles ainsi qu'à celles qui seront modernisées, devraient permettre de réduire ces émissions dans une fourchette de 300 000 à 362 000 tonnes métriques d'ici 2025, soit l'équivalent de 7,7 à 9 tonnes de CO2.

L'EPA propose aussi d'améliorer la détection et la réparation des fuites de méthane dans les installations ainsi que des mécanismes pour capturer le gaz naturel s'échappant des opérations de fracturation hydraulique.

Elle estime pouvoir ainsi réduire les polluants formant l'ozone de 170 000 à 180 000 tonnes d'ici dix ans ainsi que d'autres substances toxiques comme le benzène et le toluène.

La pollution à l'ozone est un danger pour la santé publique, contribuant notamment à l'asthme et à des cancers, rappelle l'EPA.

Selon l'exécutif américain, les émissions de méthane liées à l'exploitation du gaz et du pétrole dans le pays ont baissé de 16% depuis 1990, mais pourraient augmenter de plus de 25% d'ici 2025 en l'absence d'efforts supplémentaires.

Le changement climatique est un sujet politiquement sensible aux États-Unis: les républicains, qui contrôlent le Congrès, s'opposent à toute nouvelle loi.

Un obstacle que M. Obama, qui a fait du climat l'une de ses priorités, tente de contourner par la voie réglementaire, notamment grâce à l'EPA.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer