Legault peine à croire que le PLQ soit élu

Le chef de la Coalition avenir Québec, François... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND LA PRESSE)

Agrandir

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a répondu aux questions de La Presse pendant une heure, hier.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND LA PRESSE

L'idée que les Québécois puissent réélire le Parti libéral «dépasse» François Legault, qui se demande si les Québécois sont «conscients» du bilan des neuf années du gouvernement Charest.

En entrevue éditoriale à La Presse, hier, le chef de la Coalition avenir Québec a tiré à boulets rouges sur Philippe Couillard et son parti.

Au fil de l'entretien d'une heure, le politicien d'ordinaire détendu et convivial s'est crispé lorsqu'il a parlé de son rival libéral, l'appelant «Couillard», et non «M. Couillard», comme lors de ses points de presse.

«Moi, ça me dépasse, crache-t-il. Ça me dépasse qu'on puisse penser remettre au pouvoir les libéraux et qu'il peut y avoir du monde qui appuie ça. C'est du monde qui ne sont pas conscients? Ce n'est pas important, l'avenir de nos enfants? On veut continuer le déclin tranquille? Il ne propose rien, Philippe Couillard.»

À ses yeux, le chef libéral incarne avant tout le «statu quo». Il ne propose rien pour stimuler l'économie du Québec, hormis des projets d'immobilisations qui feront grimper la dette. Sans compter les nombreux squelettes qui pourraient encore sortir du placard libéral.

Tout cela parce que les Québécois voudraient éviter un autre référendum? Cette perspective rend François Legault amer.

«Que les gens se fassent pogner dans cette trappe de dire qu'il est rassurant, qu'il ne veut pas de référendum, je me dis: "Heille, vous ne vous en rappelez pas? On les a foutus dehors il y a 18 mois." Et en plus, ça n'arrête pas de sortir, des histoires de prête-noms, et la commission Charbonneau n'est pas finie. Tu risques de te réveiller avec un méchant mal de tête en votant pour Couillard et les libéraux.»

Le chef de la CAQ a rencontré La Presse quelques heures avant la sortie d'un sondage Ipsos-CTV qui laissait entrevoir l'élection d'un gouvernement libéral, peut-être majoritaire.

Au cours de la campagne, M. Legault a maintes fois exprimé sa frustration devant l'omniprésence de la question référendaire. Il constate que plusieurs électeurs ont délaissé la CAQ afin de se rallier au PLQ, plus susceptible de bloquer une consultation sur l'indépendance.

Or, selon lui, la menace référendaire n'existe pas. Les derniers sondages montrent que 70% des électeurs ne veulent pas en entendre parler. C'est pourquoi il ne désespère pas de voir les Québécois changer d'avis d'ici lundi.

«C'est ça que j'espère et je ne l'exclus pas, a-t-il dit. Mais s'il faut qu'ils votent encore libéral pour le statu quo, bien, je me dis: simonak!»

François Legault se montre tout aussi frustré devant le scepticisme de certains analystes dans les médias. Plusieurs ont exprimé des doutes sur les engagements de la CAQ, qui promet de geler les embauches dans la fonction publique, de sabrer les dépenses de l'État et de réduire de 1000$ le fardeau fiscal des familles.

«Il y a beaucoup de médias qui disent ben non, Charest nous avait promis ça et il l'a pas fait. Pauline nous avait promis... ça doit pas se faire. C'est trop facile, le plan Legault, ça doit être simpliste. C'est ça, mon adversaire.»

Charte: Legault prêt à congédier des fonctionnaires

Un gouvernement de la Coalition avenir Québec serait prêt à congédier les fonctionnaires qui refusent de se plier à l'interdiction de porter des signes religieux. François Legault souhaite adopter une charte de la laïcité qui touche les employés de l'État en position d'autorité, par exemple les juges, les policiers et les enseignants. Sa proposition touche moins de fonctionnaires que celle du Parti québécois, qui souhaite bannir ces symboles pour tous les employés de l'État. Même si son projet ne toucherait qu'un petit nombre d'employés, François Legault serait prêt à les remercier s'ils refusent de se soumettre à la nouvelle loi. Il ne serait donc pas question de concéder un «droit acquis» aux fonctionnaires. «Je pense qu'il faut l'appliquer, la Charte, a-t-il dit. On n'a pas le choix.»

Pont Champlain: deux gouvernements qui «s'haïssent»

Un gouvernement de la CAQ serait mieux placé que le PQ pour coordonner avec Ottawa le grand chantier du pont Champlain, dit François Legault. «Le gouvernement Harper a une très mauvaise relation avec Québec, avec le gouvernement Marois, a-t-il dit. Et ça, ça nuit aux relations. Je ne pense pas que ce soit une mauvaise foi des conservateurs. Ils voudraient que ça marche, mais... ils s'haïssent.» L'imposition d'un péage sur le futur pont a suscité l'opposition unanime des villes et de la province. Et le manque de coordination entre Québec et Ottawa risque de perturber le chantier, prévenait Pauline Marois dans une lettre envoyée à Stephen Harper en janvier. Bien qu'il s'oppose au péage, François Legault croit pouvoir mieux travailler avec le gouvernement Harper dans ce dossier.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:2512870:box
la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer