Financement: Legault donne «le bénéfice du doute» à Marois et Blanchet

François Legault s'est insurgé à plusieurs reprises, ces... (Photo Paul Chiasson, PC)

Agrandir

François Legault s'est insurgé à plusieurs reprises, ces dernières semaines, que les élections aient été déclenchées avant que la commission Charbonneau ait pu se pencher sur le financement des partis politiques.

Photo Paul Chiasson, PC

(ST-HYACINTHE) François Legault donne « le bénéfice du doute » à Pauline Marois et à son mari Claude Blanchet, même s'il juge « très graves » les allégations lancées par le dirigeant d'une firme de génie-conseil à leur endroit.

Selon un reportage de Radio-Canada diffusé lundi, le mari de la chef péquiste aurait sollicité des contributions politiques auprès de firmes de génie-conseil, qui lui auraient été versées grâce à un stratagème de prête-noms. Mme Marois et M. Blanchet ont tous deux nié ces allégations.

La première ministre sortante a déclaré mardi que l'homme d'affaires anonyme qui a dénoncé M. Blanchet a agi pour se venger, afin de stopper le ménage que le gouvernement péquiste veut opérer au Québec.

Le geste qui est reproché à M. Blanchet n'en est pas moins « très grave », estime le chef de la Coalition avenir Québec.

« Je comprends ce matin les Québécois, ce matin, d'être fâchés et même dégoûtés », a réagi François Legault.

Questionné à savoir s'il croit les démentis du couple, le chef caquiste a d'abord souligné que c'est « la parole de l'un contre la parole de l'autre » et que « c'est aux Québécois à se faire une idée ».

« Je laisse le bénéfice du doute » à Mme Marois et M. Blanchet, a-t-il finalement tempéré.

François Legault s'est insurgé à plusieurs reprises, ces dernières semaines, que les élections aient été déclenchées avant que la commission Charbonneau ait pu se pencher sur le financement des partis politiques.

Mardi matin, il a renvoyé le Parti québécois et le Parti libéral dos à dos, rappelant que les deux ont profité de stratagèmes de financement douteux, selon des témoignages entendus ces derniers mois.

« Je peux vous dire une chose, a-t-il dit. Ni Isabelle (Brais, sa conjointe) ni moi, on n'a jamais demandé des 25 000$. »




la boite:2512870:box
la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer