UPAC: Marois minimise l'enquête sur son parti

«Jamais je n'accepterai que le Parti québécois soit... (Photo Paul Chiasson, PC)

Agrandir

«Jamais je n'accepterai que le Parti québécois soit comparé au Parti libéral en matière de financement et en matière d'octroi de contrats », a affirmé la chef du PQ, Pauline Marois.

Photo Paul Chiasson, PC

Pauline Marois minimise l'enquête de l'UPAC sur le financement politique illégal qui cible son parti, tout comme le Parti libéral. Les bureaux de la formation de Phillippe Couillard ont été perquisitionnés, pas ceux du Parti québécois, a-t-elle insisté mercredi.

On ne peut « présumer » selon elle que les enquêteurs planifiaient une perquisition avant le déclenchement des élections.

La chef péquiste - et « un petit groupe » dans son entourage - était au courant que deux enquêteurs de l'escouade Marteau, le bras policier de l'UPAC, ont rencontré le directeur général du PQ, Sylvain Tanguay, et le directeur des finances, Pierre Séguin, en février dernier. Elle se défend d'avoir voulu camoufler cette rencontre, révélée hier par le parti à la suite de questions posées par La Presse.

« On ne l'a pas caché puisqu'on (l'UPAC) nous avait demandé de ne pas en parler. Et dans les faits, vous avez vu que c'était une rencontre pour aller chercher de l'information sur la façon dont nous fonctionnons quant au financement de notre formation politique », a-t-elle plaidé, se disant « très confortable avec ça ».

Le Parti libéral a pourtant révélé publiquement, l'automne dernier, les rencontres que son chef Philippe Couillard et sa directrice générale ont eues avec l'UPAC. C'était après avoir gardé le silence sur les perquisitions à son quartier général en juillet, qui ont été connues en septembre seulement.

Pauline Marois soutient qu'elle n'était pas au courant que des « actions policières », comme une perquisition, ont été planifiées à l'égard du Parti québécois. La campagne électorale a freiné, pour l'instant, l'élan de la police, comme l'a révélé La Presse.

« Les informations que moi j'ai et celles qu'on vous livre, c'est qu'il y a eu de l'information qui a été demandée à notre formation politique, et jamais plus que cela. Vous ne pouvez présumer de ce que vous avancez ce matin » (mercredi), à savoir qu'une perquisition se préparait avant d'être repoussée en raison des élections.

Selon la première ministre, les démarches toutes récentes de l'UPAC à l'égard de son parti n'ont pas de lien avec la décision de lancer l'appel aux urnes.

Elle a voulu minimiser ces démarches. « C'est le Parti libéral qui a été perquisitionné suite à la demande d'un mandat chez un juge. On ne parle pas de la même chose pour le Parti québécois. (...) Vous avez vu que c'était une rencontre pour aller chercher de l'information sur la façon dont nous fonctionnons quant au financement de notre formation politique. Il y a une très grande différence », a-t-elle affirmé.

« Jamais je n'accepterai que le Parti québécois soit comparé au Parti libéral en matière de financement et en matière d'octroi de contrats », a-t-elle ajouté. « Jamais je n'accepterai que l'on prétende qu'il y a eu un système au Parti québécois, ce n'est pas le cas. » Selon elle, la «feuille de route » de son parti en matière de financement est « impeccable ».

Questionnée pour savoir si elle nie les conclusions du rapport Moisan, qui affirmait en 2006 que le PQ avait « fermé les yeux » et « connaissait » les contributions illégales versées par Groupaction à son parti, elle a répondu par l'affirmative. « Oui. Lorsqu'il y a eu des faits qui nous ont été rapportés et qui méritaient d'être corrigés, nous l'avons fait de façon systématique. Ce sont des éléments isolés. »

Peut-elle affirmer que le PQ est-il au-dessus de tout soupçon ? « Je vous dis aujourd'hui que jamais je n'accepterai que l'on compare le Parti libéral et le Parti québécois en matière de financement et d'octroi de contrats », a-t-elle répondu.

Elle a ensuite prétendu que l'ex-ministre libéral Tony Tomassi est poursuivi au criminel pour avoir « donné des permis de garderie à des amis qui ensuite finançaient son parti ». « Il aurait contrevenu à la loi sur le financement des partis politiques, mais je ne peux vous dire dans le détail de quoi il s'agit. Son ministère et lui ont octroyé de contrats à des propriétaires de garderies pour ensuite aller chercher du financement », a-t-elle dit.

Mais elle a reconnu son erreur lorsque les journalistes lui ont rappelé les véritables actes d'accusation. « J'admets qu'effectivement, vous avez raison, c'est un raccourci », a-t-elle laissé tomber.

M. Tomassi est accusé de fraude et d'abus de confiance envers le gouvernement parce qu'il aurait accepté une récompense, un avantage ou un bénéfice de la part de Luigi Coretti et de sa firme BCIA, qui était en relation d'affaires avec le gouvernement. Il aurait tenté d'influencer le gouvernement en échange de cette faveur. Il aurait utilisé une carte de crédit de cette firme pour payer ses factures d'essence, même s'il recevait une allocation de l'Assemblée nationale pour son transport.

Par ailleurs, Mme Marois a contredit François Legault et nié que les ministres péquistes avaient un quota de financement. Les « objectifs » étaient fixés pour chaque circonscription, selon le nombre de membres qu'on y trouve, entre autres.

Comme La Presse l'a révélé mercredi, l'enquête de l'UPAC sur le financement illégal des partis politiques, baptisée projet Joug, cible non seulement le Parti libéral du Québec, mais également le Parti québécois.

Deux autres personnes proches du projet Joug affirment que rien ne laisse soupçonner une quelconque intervention politique dans le processus d'enquête visant le PQ.

Le projet Joug s'intéresse aux stratagèmes qu'auraient mis en place les partis politiques pour garantir, en échange de contributions à la caisse électorale, l'obtention de contrats aux entreprises donatrices. La firme de génie-conseil Roche est visée, mais rien n'indique que Joug s'arrête là. Les canaux de communication entre Roche et le PQ, d'une part, ainsi qu'entre Roche et le PLQ, d'autre part, seraient mis au jour.

Avec Kathleen Lévesque




la boite:2512870:box
la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer