Lisée «pessimiste» sur la possibilité d'un référendum

Jean-François Lisée admet qu'il a fait une mauvaise... (Photo Martin Chamberland, La Presse)

Agrandir

Jean-François Lisée admet qu'il a fait une mauvaise lecture de l'opinion publique au sujet de l'option souverainiste au moment du déclenchement des élections.

Photo Martin Chamberland, La Presse

(Montréal) «Frappé» par le ressac de l'opinion publique, Jean-François Lisée se dit «pessimiste» comme il l'a rarement été quant à la possibilité de tenir un référendum sur la souveraineté au cours d'un prochain mandat péquiste.

Sa chef Pauline Marois a tenté de tempérer sa sortie en se disant «de tendance plutôt optimiste». De son côté, Pierre Karl Péladeau est surpris de la déclaration de M. Lisée: «Ça m'étonne que Jean-François soit pessimiste, parce que lui aussi est optimiste de nature».

«On voit bien que les Québécois ne sont pas prêts. Et franchement, moi, j'ai toujours été optimiste sur la souveraineté, mais j'ai rarement été aussi pessimiste que maintenant», «pessimiste sur la possibilité d'avoir un référendum dans ce mandat», a lâché le ministre et député sortant de Rosemont lors d'une conférence de presse de sa chef portant sur la langue française.

«On le voit bien, comme Mme Marois a dit hier (jeudi), ils n'en veulent pas. Et s'ils n'en veulent pas, il n'y en aura pas. Alors on va se concentrer sur autre chose», a-t-il ajouté.

M. Lisée admet qu'il a fait une mauvaise lecture de l'opinion publique au sujet de l'option souverainiste au moment du déclenchement des élections. «J'ai été très frappé du signal qui a été envoyé par les Québécois au début de cette campagne. Très frappé», a-t-il insisté, un facteur qui a contribué à son pessimisme. «Le message était beaucoup plus fort que je le pensais, alors il faut respecter ça.»

Selon lui, il n'y a pas de division dans les troupes péquistes sur cette question. «Personne ne veut perdre (un référendum). Le caucus de Mme Marois est réaliste, pragmatique, et a compris le message des Québécois.»

«Tous les souverainistes veulent faire la souveraineté avant-hier, c'est sûr. Mais on est réalistes, et on voit bien le signal qui nous a été envoyé par les Québécois», a-t-il dit.

La peur des Québécois au sujet d'un référendum, «c'est sûr que ça nous désole», a ajouté M. Lisée. «Je pense qu'il y a une grande crainte de l'échec, et on la partage. Elle est légitime. Nous, on espère que quand on ira, quand ils seront prêts, on va les écouter, ça va être pour gagner. En ce moment, il y en a même qui sont pour la souveraineté, mais ils pensent qu'on ne gagnera pas et ne veulent pas de référendum. On les écoute. L'analyse est aussi simple que ça. Ils veulent se concentrer sur autre chose.»

«Ils ont une première ministre déterminée, à l'écoute, sur l'emploi, sur la productivité, la souveraineté alimentaire, la langue, la charte. Ils voient qu'on en a plein devant nous. Ils nous disent: pouvez-vous vous concentrer là-dessus. On dit: très bien, on va faire ça. Mais avec nous, l'avenir est ouvert. Si les Québécois d'ici quatre ans décident qu'ils ont un désir, l'avenir est ouvert», a-t-il poursuivi.

Pauline Marois a laissé entendre qu'elle ne partage pas le pessimisme de son candidat. «Je suis d'une tendance plutôt optimiste. Mais c'est là que ça fait un bel équilibre dans notre équipe», a-t-elle dit.

Plus tôt dans la journée, la chef péquiste a eu tendance à repousser la perspective d'un référendum, en envoyant toutefois un signal moins fort que M. Lisée. Elle refuse toujours de s'engager clairement à tenir ou non un référendum dans un prochain mandat, mais elle affirme maintenant qu'il faudrait «un certain temps» avant que les Québécois ne soient prêts. C'est sur la base des sondages qu'elle prendrait une décision.

«Il faut être prêt à la souveraineté. Et ça, évidemment, ça prend un certain temps, on va en convenir. Et moi, j'ai toujours dit: je suis une femme déterminée, je suis une femme à l'écoute, et je ne bousculerai pas les Québécois», a-t-elle affirmé à l'émission Salut Bonjour vendredi, au lendemain du débat des chefs.

La chef péquiste refusait jusqu'ici de dire sur quelle base elle jugerait que les Québécois sont prêts à la tenue d'un référendum. Mais vendredi, elle a indiqué que les sondages et l'avis des «groupes d'opinion» seraient déterminants.

«Quand on veut gagner un référendum, une élection, on sent le pouls des gens, et on se rend compte rapidement. Est-ce qu'il y a des gens qui, aujourd'hui, nous disent: je veux un référendum? Non, je pense que c'est clair, ça s'entend, ça se voit par sondage, par les groupes d'opinion. Alors il me semble que c'est relativement simple. Et quand on veut le gagner, on s'assure que, s'il y a une question qui est posée, c'est parce que les gens sont prêts à répondre», a-t-elle expliqué. 

Selon un sondage CROP publié le 18 mars, deux Québécois sur trois (64%) ne veulent pas d'un référendum sur la souveraineté. Et 38% des répondants disaient qu'ils voteraient «oui» à un référendum leur demandant s'ils veulent «que le Québec devienne un pays souverain». La souveraineté était à 41% en février. Pauline Marois tente de toute évidence de lutter contre les perceptions. Quand on leur demande s'ils croient qu'un gouvernement Marois majoritaire tiendrait un référendum dans son mandat, 67% des répondants, encore les deux tiers, en sont persuadés.

La chef péquiste éloignait également la perspective d'un référendum lors du débat des chefs jeudi soir. Les Québécois ne veulent pas de référendum actuellement, alors «il n'y en aura pas. C'est tout, c'est simple», disait-elle. Elle a martelé qu'elle serait «à l'écoute» des Québécois. «À ce moment-ci, je suis bien consciente que les Québécois ne veulent pas de référendum. Et s'ils n'en veulent pas, je vais être capable de les écouter», affirmait-elle en conférence de presse au terme du débat.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:2512870:box

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer