Un ministre de la Santé doit avoir de saines habitudes de vie, dit Marois

La chef du PQ Pauline Marois et le... (PHOTOS LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

La chef du PQ Pauline Marois et le candidat caquiste Gaétan Barrette

PHOTOS LA PRESSE CANADIENNE

(Terrebonne) Un ministre de la Santé devrait-il montrer l'exemple en adoptant de saines habitudes de vie ? Pauline Marois croit que oui.

En conférence de presse à Terrebonne, Pauline Marois a proposé un crédit d'impôt remboursable sur les activités sportives des jeunes. Il faut encourager les modes de vie, a-t-elle expliqué en présence notamment du Dr Réjean Hébert, candidat dans Saint-François.

«Est-ce que le ministre de la Santé lui-même doit être un exemple?», a pris l'initiative de lui demander un journaliste.

«Moi, je crois qu'un ministre de la Santé a un devoir d'être exemplaire », a répondu la chef du Parti québécois.

À ses côtés, le Dr Hébert hochait de la tête en souriant.

Mme Marois a ensuite changé de sujet en ciblant M. Legault. «Moi, comme ministre de l'Éducation, j'avais un devoir d'envoyer mes enfants à l'école publique», a-t-elle poursuivi.

Cette référence visait François Legault. Quand il était ministre de l'Éducation, il envoyait ses enfants à l'école privée.

Le Dr Gaétan Barrette, candidat vedette de la CAQ dans Terrebonne, s'est senti ciblé. En début de soirée, il ne décolérait pas. «Pauline Marois juge que les apparences sont plus importantes que les compétences! Ouf! Questionnons nous sur les valeurs du PQ», a t-il écrit sur Twitter.

Il a ensuite publié ces deux autres messages: «Pauline Marois vient d'insulter la moitié de la population du Québec! Bravo! Et elle veut être premier ministre!».

Et : « À tous les citoyens du Québec qui avons un surplus de poids: répondons à Pauline Marois en votant CAQ. Rien à cirer du mépris »

Mesure tangible

Après avoir passé le début de la campagne à annoncer des mesures à grande échelle, comme l'assurance autonomie ou la Banque de développement du Québec, Pauline Marois a présenté cette mesure simple et concrète.

Son crédit d'impôt remboursable pour le sport est de 500$. Il serait offert pour les activités sportives des jeunes de 5 à 16 ans qui viennent d'une famille dont le revenu est inférieur à 130 000$. Quelque 300 000 jeunes y seront éligibles, calcule le PQ.

Depuis le début de la campagne, les libéraux et les caquistes ont fait plusieurs annonces concrètes, comme le remboursement des frais dentaires pour les 10 à 16 ans, 100 $ pour des livres d'école ou  3000 $ pour poser des fenêtres éco-énergétiques.

À la dernière campagne fédérale, les conservateurs avaient promis un crédit similaire. «Ce crédit est très difficile à appliquer», a dit Mme Marois. Contrairement au crédit d'impôt fédéral, celui proposé par le PQ n'exclut pas le sport-études. Toutes les activités reconnues par Sport Québec y seront admissibles, a promis Mme Marois.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

la boite:2512870:box

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer