Stephen Harper quitte son poste de chef dans la confusion

Même s'il conserve son siège de député dans... (Photo Darryl Dyck, PC)

Agrandir

Même s'il conserve son siège de député dans Calgary Heritage, le premier ministre sortant Stephen Harper renonce à son poste de chef du Parti conservateur. La course à sa succession est ouverte.

Photo Darryl Dyck, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
la liste:12189:liste;la boite:3471297:box

carte

Dossiers >

Élections fédérales
Élections fédérales

Le 19 octobre 2015, un gouvernement libéral majoritaire dirigé par Justin Trudeau a été élu. »

(Calgary) Même s'il n'a pas abordé la question dans son discours aux centaines de militants réunis pour l'entendre lundi soir à Calgary, Stephen Harper quittera son poste de chef du Parti conservateur.

C'est ce qu'a indiqué le président du parti, John Walsh, dans un communiqué envoyé aux médias juste avant que M. Harper ne monte sur scène au centre des congrès de la métropole albertaine.

«J'ai parlé au premier ministre Stephen Harper et il m'a demandé de m'adresser au nouveau caucus parlementaire élu afin de nommer un chef intérimaire, et à l'Exécutif national afin d'entreprendre le processus de sélection du chef en vertu de la Constitution du Parti conservateur du Canada», a indiqué M. Walsh, qui fera une déclaration détaillée à 9h mardi matin.

La confusion régnait à Calgary, car M. Harper, arrivé sur scène après l'hymne national et des extraits d'Enter Sandman, de Metallica, et It's a Long Way to the Top, de AC/DC, a livré un discours énergique dans lequel il n'a pas fait la moindre mention de la possibilité de son départ. 

«Même si le résultat de ce soir n'est pas celui que nous espérions, le peuple n'a jamais tort. La population canadienne a élu un gouvernement libéral, un résultat que nous acceptons sans aucune hésitation», a dit M. Harper.

Il a promis que le Parti conservateur formerait «une opposition forte» au Parlement canadien. «La déception que vous ressentez est ma responsabilité et la mienne uniquement. Mais soyez assurés que la prochaine fois, ce parti offrira aux Canadiens une alternative forte basée sur nos valeurs conservatrices.»

«Nous avons tout mis en jeu, nous avons donné tout ce que nous avions à donner et nous ne regrettons absolument rien. Comment le pourrions-nous, mes amis : nous demeurons des citoyens du meilleur pays du monde», a ajouté M. Harper. 

Convocation du caucus

Dans l'entourage de M. Harper, on indique que le caucus sera convoqué «rapidement» pour nommer un leader intérimaire. M. Harper ne prévoit pas rencontrer les médias mardi. 

Considéré comme un des principaux candidats à la succession de M. Harper, le ministre sortant de la Défense Jason Kenney, a dit ne rien savoir du départ annoncé de son leader. «Vous avez entendu la même chose que moi ce soir, c'est tout ce que je sais», a-t-il dit.

Un parfum de résignation a flotté toute la soirée dans l'air du centre des congrès de Calgary. De petits drapeaux canadiens avaient été placés sur les chaises, mais les militants les ont à peine agités dans les rares moments de réjouissance, comme l'annonce de la réélection de ministres sortants comme Tony Clement, Rona Ambrose, Jason Kenney ou M. Harper lui-même.

Avant le discours de M. Harper, de nombreux militants, tout en digérant la nouvelle que le Canada venait de se doter d'un gouvernement libéral majoritaire, faisaient déjà des suppositions sur la possibilité que M. Harper annonce son départ de la politique. «Pourquoi resterait-il? Il n'y a pas de raison pour lui de continuer», a dit Geraint Roberts, 53 ans.

La loyauté envers leur chef demeurait visiblement intacte et plusieurs souhaitaient qu'il reste à la tête du parti qu'il a mené à trois victoires électorales au cours de la dernière décennie. Mais la majorité des militants à qui La Presse a parlé ne se faisaient pas trop d'illusions. «Je m'attends à ce qu'il fasse ce que Jim Prentice a fait au printemps», a dit Brenda Eales, une retraitée. Le premier ministre albertain, même s'il avait été lui-même réélu, avait annoncé sa retraite politique le soir même de la défaite de son parti aux élections albertaines, en mai.

La soirée a été longue pour les partisans conservateurs. Les premiers étaient arrivés vers 19h, le nez dans leurs téléphones intelligents. Les nouvelles n'étaient pas très bonnes. Leur parti semblait en voie d'être blanchi à Terre-Neuve-et-Labrador et dans les Maritimes. La ministre des Pêches et Océans, Gail Shea, a été battue, tout comme Bernard Valcourt, ministre des Affaires autochtones. «On dirait que ça va être un balayage, même si les sondages étaient relativement serrés, a dit Robert Matheson, un militant de 60 ans de Calgary-Centre. C'est habituellement un signe de la tendance qui va suivre [dans le reste du pays].» Il ne se trompait pas.

Malgré l'appui de plusieurs grands quotidiens du pays, la dernière ligne droite de cette longue campagne a été difficile pour les conservateurs, doublés par les libéraux dans la plupart des sondages. Un ex-allié est même venu les hanter dans les heures précédant le scrutin: Benjamin Perrin, ancien avocat du bureau du premier ministre ayant témoigné dans l'affaire du sénateur Mike Duffy, a affirmé, dimanche, que le Parti conservateur avait perdu «l'autorité morale de gouverner».

Jugement moral ou non, les Canadiens ont tranché. Invité à dire comment il se sentait à son arrivée au bureau de vote, lundi matin, M. Harper s'est contenté de dire: «Il y a un beau ciel bleu aujourd'hui.»

C'était avant que les nuages ne surgissent en fin de journée.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Les plus populaires sur Auto

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

image title
Fermer