Harper promet une «loi-verrou» contre les hausses de taxes

Le chef du Parti conservateur, Stephen Harper, aux... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND LA PRESSE)

Agrandir

Le chef du Parti conservateur, Stephen Harper, aux côtés de sa femme, Laureen Harper.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Stephen Harper ne se contente plus de s'engager à réduire les impôts et les taxes: le chef conservateur promet maintenant d'adopter une «loi-verrou» qui interdirait carrément à son gouvernement de les augmenter au cours des quatre prochaines années. Les conséquences d'enfreindre une telle loi restent toutefois bien vagues.

De passage à Rivière-du-Loup, le premier ministre a voulu insister sur l'engagement de son parti à ne pas augmenter le fardeau fiscal des contribuables canadiens. Pour démontrer son sérieux, il a proposé l'adoption d'une loi qui viendrait interdire toute hausse de l'impôt fédéral sur le revenu, des taxes de vente fédérales et de toutes autres charges sociales.

Invité à préciser les conséquences que subirait son gouvernement s'il venait à enfreindre cette Loi, Stephen Harper s'est toutefois montré vague. «Les conséquences sont très sérieuses. Premièrement, il y a toujours des conséquences quand les gouvernements augmentent les taxes des gens sans en avoir vraiment besoin : on n'en a pas de besoin. Il y a des conséquences pour un gouvernement conservateur parce que les gens s'attendent tout particulièrement à ce qu'un gouvernement conservateur garde les taxes basses. Et quand tu fais un engagement, il y a un coût élevé. Je pourrais citer à ce sujet un ancien président américain, mais je ne le ferai pas. C'est symbolique de ce qui pourrait arriver. Cette loi-verrou sert à enraciner notre engagement à ne pas augmenter les taxes.»

Stephen Harper semblait faire référence à George Bush père qui avait martelé tout au long de sa campagne de 1988 «lisez sur mes lèvres: pas de nouvelles taxes». Or son incapacité à tenir cette promesse lui avait coûté sa réélection en 1992, son adversaire Bill Clinton lui rappelant que les taxes avaient bien augmenté durant son mandat.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Les plus populaires sur Auto

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

image title
Fermer