Des groupes juifs surpris qu'une candidate du NPD ignorait ce qu'est Auschwitz

Auschwitz-Birkenau.... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Auschwitz-Birkenau.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alison Auld
La Presse Canadienne
HALIFAX

Des groupes juifs se sont dits stupéfaits, jeudi, qu'une commissaire scolaire éduquée, candidate fédérale pour le Nouveau Parti démocratique (NPD), ait affirmé qu'elle n'était pas familière avec le camp de concentration d'Auschwitz.

Des médias ont rapporté qu'Alex Johnstone, candidate à Hamilton, en Ontario, avait écrit sur son compte Facebook en 2008 que les poteaux de clôture du camp nazi le plus connu avaient une forme phallique.

Pour des dirigeants de la communauté juive et pour beaucoup d'autres, le fait qu'elle ne connaissait pas le célèbre camp de concentration est encore plus exaspérant que les commentaires eux-mêmes.

Le président du Conseil juif de l'Atlantique, Jon Goldberg, a affirmé qu'il était «décevant» que des gens semblent encore vivre dans «une bulle de manque de culture générale».

C'est d'autant plus étonnant pour quelqu'un qui se présente aux élections, a-t-il ajouté.

Le président du Centre consultatif des affaires juives et israéliennes, Shimon Koffler Fogel, était tout autant incrédule. Il croit que cela indique peut-être le besoin de mieux éduquer les gens sur la Shoah.

Les deux hommes n'ont vu aucune malice dans les remarques de la candidate, mais ils ont souligné l'importance pour des élus de connaître leur histoire s'ils veulent éviter d'autres catastrophes et conflits semblables.

«Si l'on ne peut tirer de leçons de ces expériences qui nous montrent comment réagir à des crises, nous retombons dans le vieux cliché de l'histoire qui se répète en raison de la négligence et de l'ignorance», a exprimé M. Fogel depuis Ottawa.

Alex Johnstone et son équipe électorale n'ont pas immédiatement répondu à une demande d'entrevue. Un porte-parole du groupe de défense des droits des juifs, B'nai Brith, a fait une demande pour la rencontrer et il espérait lui parler jeudi.

Mme Johnstone a publié sur Facebook un message d'excuses pour ses commentaires qui ont refait surface sur un site satirique. Elle a admis que ses remarques étaient inappropriées, mais qu'ils ne visaient à blesser personne.

Travailleuse sociale de formation, Mme Johnstone est vice-présidente du conseil scolaire du district de Hamilton-Wentworth.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Les plus populaires sur Auto

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

image title
Fermer