Mélanie Joly investie comme candidate pour le Parti libéral

Mélanie Joly s'est présentée comme une «fille d'Ahuntsic»,... (PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE)

Agrandir

Mélanie Joly s'est présentée comme une «fille d'Ahuntsic», elle qui a grandi dans ce quartier qu'elle n'habite plus.

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ç'a pris trois tours de scrutin, mais c'est tout de même la candidate-vedette du Parti libéral Mélanie Joly qui a remporté dimanche l'investiture dans la circonscription d'Ahuntsic-Cartierville. L'ex-candidate à la mairie de Montréal tentera donc de déloger la députée actuelle de la circonscription, la néo-démocrate Maria Mourani.

Mélanie Joly a obtenu l'assentiment de la majorité des 2065 membres du parti qui ont participé au vote préférentiel. Elle a devancé les candidats Viken Attarian, Grace Batchoun et Elie Kassissia.

Au terme d'une course dont la transparence a maintes fois été critiquée, l'avocate de formation a refusé de dire si la tenue d'une investiture aussi tardive avait pu favoriser sa candidature. «Je suis très contente de la mobilisation libérale ici dans Ahuntsic-Cartierville. C'est historique d'avoir autant de membres, alors je suis très contente», s'est-elle contentée de déclarer.

L'ensemble des candidats déchus s'est engagé à soutenir la nouvelle candidate libérale; tous les vaincus ont exprimé leur appui à Mélanie Joly, à l'exception d'Elie Kassissia, qui avait été le critique le plus virulent de la candidate-vedette pendant la course.

L'homme d'affaires a quitté le gymnase du collège André-Grasset sans s'adresser aux médias. «Il est parti, il est fâché», a laissé tomber Grace Batchoun. Il y a quelques jours, Elie Kassissia a laissé entendre à Radio-Canada que les candidats qui s'étaient désistés avaient obtenu des postes au sein du parti par la suite.

Questionnée sur l'hostilité de son rival, Mélanie Joly ne s'est pas montrée dérangée. «Nous sommes une grande famille libérale et nous travaillons ensemble», a-t-elle affirmé. «Je suis très contente d'avoir fait une course avec les trois candidats qui étaient des libéraux et je suis très contente du résultat», a-t-elle martelé.

Un défi de taille

Dans Ahuntsic-Cartierville, le défi qui attend la candidate libérale est de taille. La députée sortante, Maria Mourani, a obtenu 31,8% des votes aux dernières élections. Mais si elle représentait alors le Bloc québécois, la sociologue de formation porte cette fois les couleurs du Nouveau Parti démocratique.

Se disant bien ancrée dans sa circonscription, elle ne s'est pas montrée inquiète de la victoire de Mélanie Joly, qui avait causé la surprise et terminé bonne deuxième quand elle s'était présentée à la course à la mairie, en 2013.

«Pour moi, comme j'ai toujours dit, quel que soit le candidat libéral, ça ne change rien dans Ahuntsic. On continue avec notre plan de match, et on est habitués à avoir des batailles chaudes», a assuré la néo-démocrate après le dévoilement des résultats du vote.

Attaquée par Mélanie Joly pour son faible bilan en matière de création d'emplois, Maria Mourani a pris la posture d'une politicienne qui en a vu d'autres. «C'est normal que les adversaires m'attaquent. Je suis quelqu'un de très aimée dans mon comté. [...] Moi, je vais m'en tenir à mon plan de match et je ne me mettrai pas à faire des attaques mesquines», a-t-elle lancé.

Résultats aux élections de 2011 dans Ahuntsic

  • Bloc québécois, Maria Mourani : 31,8 %
  • NPD, Chantal Reeves : 30,29 %
  • PLC, Noushig Eloyan : 27,91 %
  • Parti conservateur, Constantun Kiryakidis : 8,04 %

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Les plus populaires sur Auto

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

image title
Fermer