Les conservateurs évincent le candidat de Repentigny

Buddy Ford était le deuxième candidat à se... (PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK)

Agrandir

Buddy Ford était le deuxième candidat à se faire montrer la porte au Parti conservateur durant la même journée.

PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) Le candidat du Parti conservateur dans la circonscription de Repentigny a dû se retirer de la campagne jeudi. On lui reprocherait d'avoir menti au sujet d'accusations passées pour possession de marijuana, a appris La Presse. C'est le deuxième candidat à être ainsi évincé par les hautes instances de la formation durant la même journée, en ce début de marathon électoral.

Buddy Ford a plaidé coupable en 2011 à une accusation de possession de marijuana en vertu de la Loi réglementant certaines drogues et autres substances, mais il a reçu une absolution inconditionnelle. Une telle absolution peut être accordée par un juge dans des situations jugées relativement peu graves. L'accusé est réputé dès lors ne pas avoir été condamné à l'égard de cette infraction.

M. Ford affirme qu'il a été trouvé en possession d'un seul joint par la sécurité publique de Repentigny et qu'il a révélé ce fait aux organisateurs conservateurs lors du processus de présélection des candidats.

C'est La Presse qui a porté le dossier à l'attention du parti jeudi après-midi. On a refusé de commenter directement «des questions relatives aux opérations». Une source conservatrice a cependant affirmé qu'au contraire, le candidat n'avait pas divulgué ces informations avant d'être choisi.

«Le candidat doit clairement répondre à ce genre de questions là au moment de devenir candidat, a précisé cette source. Et quand les faits ne sont pas tous dévoilés, comme c'est le cas dans les circonstances, il y a des conséquences. Et la conséquence, c'est le départ du candidat.»

«C'est ridicule, des accusations pour ça»

Buddy Ford avait expliqué par téléphone plus tôt dans la journée qu'il avait été trouvé en possession d'une quantité «minime» de marijuana en 2011 et qu'il s'agissait d'une erreur de parcours. «C'était un joint! a-t-il dit. C'était à un party, on m'a donné ça, c'est resté dans mes poches et... c'est ça.»

«C'est ridicule, des accusations pour ça, et c'est pour [cette raison] que j'ai eu une absolution», a-t-il ajouté.

Alors qu'on lui demandait si, à la lumière de son expérience, il appuierait la légalisation ou la décriminalisation de la possession de marijuana, des positions auxquelles le Parti conservateur s'oppose fermement, il a répondu: «Je ne peux pas me prononcer là-dessus. [...] Je suis nouveau en politique! Donnez-moi une chance... Je veux faire mon chemin, je suis une bonne personne, j'ai une bonne personnalité et je veux faire une différence dans ce monde-là, je veux aider la population.»

Il a fini par déclarer: «Je suis derrière le parti et ce que le parti défend, je suis du même avis.»

Enjeu majeur

La lutte contre la drogue et le durcissement de la justice criminelle sont deux des principaux chevaux de bataille des troupes de Stephen Harper depuis des années. C'est particulièrement vrai dans cette campagne: les conservateurs attaquent sans relâche le chef du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau, au sujet de son appui à la légalisation de la marijuana, une position qu'ils qualifient d'irresponsable.

«Notre position sur les drogues illégales ayant des effets secondaires graves et durables sur la santé n'a pas changé. Nous allons continuer à dissuader les Canadiens de fumer de la marijuana», a-t-on affirmé jeudi au quartier général de la formation.

«Le chef libéral veut rendre normal le fait de fumer de la marijuana, comme une activité de tous les jours: il veut que la marijuana soit offerte dans les magasins, au même titre que l'alcool et les cigarettes.»

Le Parti libéral prône en effet la légalisation de la marijuana. Le chef Justin Trudeau a d'ailleurs reconnu avoir lui-même fumé de la marijuana depuis son élection comme député en 2008.

Le NPD et le Bloc québécois sont favorables à la décriminalisation. Le NPD affirme qu'il mettrait sur pied un comité d'experts pour déterminer le meilleur moyen de mettre en oeuvre une telle dynamique.

Autres départs

Buddy Ford était le deuxième candidat à se faire montrer la porte au Parti conservateur durant la même journée. Le PCC a aussi retiré jeudi son candidat dans la circonscription montréalaise d'Hochelaga. Augustin Ali Kitoko «n'est plus candidat», a simplement indiqué la formation politique. Le Journal de Montréal a affirmé que ce retrait s'était produit immédiatement après qu'il lui a posé des questions sur la publication dans sa page Facebook de liens faisant la promotion du NPD, il y a une dizaine de mois.

M. Kitoko, d'origine congolaise, est pasteur évangéliste.

Mercredi, c'était au tour du NPD d'écarter un député sortant, José Núñez-Melo, qui souhaitait se représenter dans la circonscription lavalloise de Vimy. Élu à la faveur de la vague orange de 2011, M. Núñez-Melo a soutenu avoir été victime d'une manoeuvre des hautes instances du parti pour le déloger de son poste.

Buddy Ford travaille en marketing et communications dans le domaine automobile. Il s'est beaucoup impliqué dans la course de motos dans le passé. «Buddy Ford est sûrement l'homme le plus connu dans le monde du motocross au Québec... sans lui ce sport ne serait sûrement pas rendu là ou il est aujourd'hui», peut-on lire dans le témoignage d'un internaute publié sur sa page Facebook.

- Avec William Leclerc et Philippe Tesceira-Lessard

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Les plus populaires sur Auto

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

image title
Fermer