• Accueil > 
  • Actualités > 
  • Éducation 
  • > Les cégépiens ouverts aux autres religions... sans vraiment les connaître, selon une étude 

Les cégépiens ouverts aux autres religions... sans vraiment les connaître, selon une étude

Une majorité d'élèves sont d'avis que les juifs... (Photo Edouard Plante-Fréchette, Archives La Presse)

Agrandir

Une majorité d'élèves sont d'avis que les juifs et les musulmans sont bien intégrés à la société québécoise, selon une étude menée par le Centre d'expertise et de formation sur les intégrismes religieux, les idéologies politiques et la radicalisation (CEFIR) du cégep Édouard-Montpetit.

Photo Edouard Plante-Fréchette, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les cégépiens québécois affichent une grande ouverture à la diversité religieuse, sans toutefois bien en connaître les fondements. Ils sont aussi peu outillés en ce qui concerne l'épineux phénomène de la radicalisation, de plus en plus d'actualité au Québec. Ces constats émanent d'une étude menée par le Centre d'expertise et de formation sur les intégrismes religieux, les idéologies politiques et la radicalisation (CEFIR) du cégep Édouard-Montpetit. Survol.

Martin Geoffroy, directeur du Centre d'expertise et de formation... (Photo André Pichette, La Presse) - image 1.0

Agrandir

Martin Geoffroy, directeur du Centre d'expertise et de formation sur les intégrismes religieux, les idéologies politiques et la radicalisation (CEFIR) du cégep Édouard-Montpetit

Photo André Pichette, La Presse

ATTITUDE TOLÉRANTE

Au printemps 2017, le CEFIR du cégep Édouard-Montpetit a soumis 991 de ses élèves et de ceux des cégeps de Saint-Hyacinthe et de Saint-Jean-sur-Richelieu à un sondage en ligne de 67 questions pour mieux connaître leur niveau de connaissances et leurs perceptions de la religion, de la radicalisation et des enjeux qui en découlent.

Le coup de sonde démontre qu'une majorité d'élèves sont d'avis que les juifs (59 %) et les musulmans (47 %) sont bien intégrés à la société québécoise. Les élèves sondés sont aussi favorables (47 %) au port des symboles religieux dans la fonction publique.

« Globalement, les étudiants ont une attitude assez tolérante face à la diversité religieuse. » - Martin Geoffroy, directeur du CEFIR

« Ce n'est pas étonnant [...] dans le sens où les jeunes étudiants sont moins identitaires, ils sont très tolérants. »

Fait à noter, le sondage démontre que les hommes sont moins tolérants que les femmes par rapport à certaines pratiques religieuses et que les élèves les moins âgés le sont plus que leurs aînés. L'échantillon est constitué de jeunes de moins de 24 ans, de niveau collégial.

PEU RELIGIEUX

L'étude du CEFIR démontre par ailleurs que les cégépiens qui fréquentent les collèges sondés sont peu religieux. Une proportion d'entre eux se qualifie à 45 % de « non religieux ». Environ 8 % se disent pratiquants. Selon M. Geoffroy, on remarque que « les Québécois de souche » et les immigrants de deuxième et troisième générations sont moins religieux tandis que ceux de première génération le sont beaucoup plus. « C'est une piste de recherche pour nous », indique-t-il.

« Parce que ça peut être source de tensions qu'il y ait des immigrants en processus d'intégration qui soient très religieux, mais qui doivent vivre dans un milieu qui ne l'est pas. [...] Ils peuvent se sentir ostracisés aussi et ça peut amener à un processus de radicalisation. Nous, on cherche à prévenir ce processus-là », ajoute le professeur de sociologie.

MOINS AU FAIT

Justement, les données recueillies démontrent que les élèves sont très ouverts à la diversité religieuse, sauf que leur « niveau de connaissances sur les grandes religions et la radicalisation demeure faible ». Les élèves sondés connaissent aussi mal les groupes extrémistes québécois. Un constat inquiétant sur lequel le CEFIR souhaite tabler.

« On pense que s'ils connaissent mieux le processus de radicalisation, ils seront moins vulnérables de tomber dedans », explique M. Geoffroy. La solution passe notamment par l'enseignement de « connaissances scientifiques et très bien encadrées » sur ces groupes. Il faut aussi améliorer leurs connaissances sur le plan de la religion en général parce que « l'ignorance du fait religieux est liée aux préjugés », croit le CEFIR.

Une des pistes avancées serait de revoir les cours d'éthique et de culture religieuse et la formation au secondaire pour mieux outiller les jeunes.

ADAPTER LES STRATÉGIES

Selon le CEFIR, les « stratégies de prévention » à mettre en place pour les élèves du niveau collégial doivent « s'appuyer » sur la grande tolérance exprimée à travers le sondage. « Il vient un point où la tolérance est tellement grande qu'elle peut se transformer en relativisme des valeurs. À un moment donné, ça peut aller loin. Il faut s'adapter à ça aussi », souligne le professeur de sociologie.

Il faut également concevoir des activités de formation adaptées aux divers profils, par exemple aux jeunes hommes et aux immigrants. La solution passe aussi par l'ajout de formation en matière de gestion de la diversité et de prévention de la radicalisation pour les intervenants qui gravitent autour des élèves, comme les enseignants et les conseillers pédagogiques.

« Les préjugés sont toujours développés par un manque de connaissances et en tant qu'institution d'éducation, c'est notre rôle de briser ça », lance M. Geoffroy. « On ne peut pas empêcher un étudiant de se radicaliser, mais on réduit fortement les chances que ça se produise quand on augmente le niveau de connaissances et de tolérance à l'intérieur de son institution. »

POUR LA SUITE

Le CEFIR poursuit ses recherches sur les élèves du collégial pour mieux comprendre leur vécu en matière de perception de la radicalisation. Après cet exercice plus quantitatif, le CEFIR mène actuellement une série d'entrevues avec des élèves et des employés pour obtenir des données qualitatives. « C'est pour être capables d'aller davantage en profondeur, pour être capables d'approfondir les données recueillies avec le sondage », explique M. Geoffroy. Fondé en 2016, le CEFIR vise à prévenir la radicalisation en amont chez les jeunes grâce à une approche scientifique et collaborative entre chercheurs et intervenants du milieu.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer