Grève dans les CPE: les éducatrices manifestent

Des travailleuses du CPE Idée Fixe manifestent.... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE)

Agrandir

Des travailleuses du CPE Idée Fixe manifestent.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

« On ne fait pas ça pour se mettre riches... » Réunies avec trompettes et affiches devant le CPE Idée Fixe, dans le centre-sud de Montréal, une dizaine d'éducatrices ont manifesté ce matin pour demander de meilleures conditions de travail.

C'est une scène qui s'est répétée devant près de 400 CPE de la province. Près de 11 000 éducatrices affiliées à la CSN qui sont sans contrat de travail depuis mars 2015 observent aujourd'hui une journée de grève.

Éducatrice depuis 30 ans, Martine Pigeon a une impression de déjà vu. « Il faut toujours se battre, je ne sais pas si c'est parce qu'on est un milieu de femmes. Le gouvernement dit que la petite enfance c'est une priorité pour lui, mais vu qu'il ne nous prend pas au sérieux, je ne suis pas certaine que ce soit la vérité », dit-elle.Elle déplore que pour certains, le travail d'éducatrice en centre de la petite enfance soit encore assimilé au rôle de « gardienne ». 

Sa collègue Nahomie Romain affirme que les acquis gagnés au fil des ans par les éducatrices sont menacés. « Le gouvernement ne comprend pas que c'est un travail important. Nous sommes des filles qui sont allées à l'école, nous avons étudié, on se renouvelle chaque année, on fait des programmes auprès des enfants. On a plusieurs chapeaux, c'est une vocation de travailler auprès des enfants », dit-elle.

La tenue de cette journée de grève, prévue depuis la semaine dernière, n'était visiblement pas parvenue aux oreilles de tous les parents. Adebayo Oladipo a été pris de court en se présentant avec son fils de cinq ans au CPE Idée Fixe ce matin. « Je ne savais pas que c'était fermé, a dit l'homme, qui devait se rendre au travail en après-midi. Je ne sais pas quoi faire. Je vais appeler des amis pour voir s'ils peuvent le prendre. »

Cinq autres journées de grève sont prévues, mais aucune date n'a encore été fixée. Une rencontre entre les représentants syndicaux et le ministre de la Famille Luc Fortin doit avoir lieu ce matin à Sherbrooke. Le ministre fera ensuite un point de presse.

Quant aux éducatrices, elles tiendront sur le coup de midi une grande manifestation devant les bureaux montréalais du ministère de la Famille.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer