École à la maison: brèche à la loi 101, s'inquiètent les commissions scolaires

À la commission parlementaire qui étudie le projet... (Photo Archives, La Presse)

Agrandir

À la commission parlementaire qui étudie le projet de loi 144, la semaine dernière, le ministre de l'Éducation a proposé un amendement qui ouvre la porte aux parents qui voudraient choisir la commission scolaire avec laquelle faire le suivi du plan d'apprentissage de leurs enfants qui font l'école à la maison

Photo Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les commissions scolaires sont inquiètes d'un amendement proposé par le ministre de l'Éducation Sébastien Proulx au projet de loi 144. Elles croient qu'on crée «une brèche» à la loi 101 en ne l'appliquant pas aux parents qui choisissent de faire l'école à la maison pour leurs enfants.

«La loi 101 a eu 40 ans cette année. Je ne pense pas qu'à l'époque, on avait prévu la scolarisation à la maison. [...] Là, [avec ce qui est proposé], on crée deux systèmes parallèles où certains auraient des droits que d'autres n'ont pas en termes de langue d'enseignement», affirme Catherine Harel Bourdon, présidente de la Commission scolaire de Montréal (CSDM).

À la commission parlementaire qui étudie le projet de loi 144, la semaine dernière, le ministre de l'Éducation a proposé un amendement qui ouvre la porte aux parents qui voudraient choisir la commission scolaire avec laquelle faire le suivi du plan d'apprentissage de leurs enfants qui font l'école à la maison. Selon les partis de l'opposition, cet amendement permettrait aux parents de choisir librement entre une commission scolaire francophone ou anglophone, et ce, même si leur enfant devrait normalement fréquenter obligatoirement l'école francophone selon les dispositions de la loi 101.

«Ça crée une brèche à la loi 101. Le français est la langue commune au Québec. Là, on crée un précédent. Les parents d'enfants immigrants vont dire ‟comment ça se fait qu'ils peuvent faire le programme en anglais quand ils sont à la maison, mais qu'ils doivent le faire en français à l'école?"», soutient vigoureusement Mme Harel Bourdon.

Comment assurer le retour au réseau officiel ?

Le président de la Fédération des commissions scolaires du Québec, Alain Fortier, est pour sa part inquiet pour les enfants qui seraient scolarisés en anglais à la maison et qui choisiraient un jour de revenir dans le réseau scolaire officiel, là où la loi 101 s'applique.

«Un enfant scolarisé à la maison a de bonnes chances de revenir [dans le réseau scolaire]. S'il revient, la plupart devront le faire en français. [...] S'ils ont été accompagnés par une commission scolaire anglophone, leur retour dans le réseau francophone va être compliqué», estime-t-il.

Du côté des commissions scolaires anglophones, on se réjouit de l'orientation qui est prise pour l'instant par le ministre de l'Éducation. «Si des parents francophones [ou allophones] choisissent des commissions scolaires anglophones pour des raisons de proximité, on sera là pour les supporter, mais ils devront comprendre que notre curriculum scolaire se fait en anglais», a indiqué, enthousiaste, la présidente de l'Association des commissions scolaires anglophones du Québec, Jennifer Maccarone.

Il n'y a actuellement aucun décompte officiel du nombre d'enfants qui font l'école à la maison au Québec. Certains organismes avancent le chiffre de 2000 enfants. L'objectif du projet de loi 144 est entre autres de ramener le plus grand nombre de ces enfants vers l'école et un programme pédagogique de base, dont le contenu sera défini par le ministre de l'Éducation après l'adoption du projet de loi 144 par règlement.

Au cabinet de Sébastien Proulx, on indique que le projet d'amendement proposé la semaine dernière en commission parlementaire n'a toujours pas été adopté et que les discussions se poursuivront la semaine prochaine, lors de la reprise des travaux à l'Assemblée nationale.

«Les consultations reprennent mardi, on ne peut pas présumer des intentions du ministre d'ici là», nous a-t-on indiqué.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer