Exclusif

Test de français: échec massif des futurs enseignants

Au Québec, 53 % des futurs enseignants ont réussi... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Au Québec, 53 % des futurs enseignants ont réussi le Test de certification en français écrit pour l'enseignement (TECFEE) au premier essai en 2016.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À leur premier essai, près de la moitié des futurs enseignants québécois ont échoué à l'examen de français obligatoire pour l'obtention de leur brevet d'enseignement l'an dernier, a appris La Presse.

Malgré les nombreuses mesures d'aide mises en place dans les universités québécoises ces dernières années, le Test de certification en français écrit pour l'enseignement (TECFEE) continue à causer de sérieuses difficultés aux futurs enseignants.

À l'échelle de la province, le taux de réussite au TECFEE à la première passation est même en légère baisse, oscillant de 58 % en 2011 à 53 % en 2016, selon nos informations.

Or, à l'heure actuelle, le nombre de reprises autorisées pour le TECFEE est illimité.

Les taux de réussite augmentent avec le nombre de passations. Ainsi, l'an dernier, 63 % des futurs enseignants du Québec ont réussi l'examen après deux passations. Et plus de 98 % d'entre eux le réussissent après quatre tentatives.

Restreindre le nombre d'essais ?

Au total en 2016, dans toute la province, ce sont 423 futurs enseignants qui n'ont pas réussi après quatre tentatives, toujours selon nos informations.

Même si cela représente seulement 1,4 % des futurs enseignants québécois, c'est préoccupant, a réagi le président de l'Association des doyens, doyennes et directeurs, directrices pour l'étude et la recherche en éducation au Québec (ADEREQ), Serge Striganuk, aux informations obtenues par La Presse.

L'ADEREQ demande depuis deux ans au ministère de l'Éducation de restreindre à quatre le nombre de passations.

Les résultats varient d'une université à l'autre. Ainsi, à l'Université de Montréal, globalement de 2010 à 2017, 61 % des futurs enseignants satisfont aux exigences dès leur premier essai, selon des documents obtenus en vertu de la Loi sur l'accès à l'information. C'est 2 % de la cohorte de départ qui a dû faire une cinquième passation. L'an dernier, un étudiant de cette université montréalaise a dû passer le test à huit reprises avant de le réussir.

Le pourcentage d'étudiants qui n'ont pas satisfait aux exigences après quatre passations a d'ailleurs augmenté depuis que les passations sont illimitées.

Des étudiants qui ne sont «pas à la bonne place»

« On offre de la formation ainsi que de l'accompagnement aux étudiants qui échouent au TECFEE, alors on se dit qu'après quatre passations, l'étudiant est sûrement une bonne personne, mais il n'est peut-être pas à la bonne place et ne devrait possiblement pas se retrouver devant une classe, à tout le moins pour la compétence linguistique », dit M. Striganuk, aussi doyen de la faculté d'éducation de l'Université de Sherbrooke.

Le TECFEE est important, car il assure que toutes les universités ont un standard commun, indique pour sa part la vice-doyenne aux études de premier cycle à la faculté des sciences de l'éducation de l'Université de Montréal, Pascale Lefrançois.

Toutefois, avec un nombre illimité de passations, on peut se demander si un étudiant qui réussit après plusieurs tentatives est devenu plus compétent en français ou seulement plus compétent au TECFEE, lance Mme Lefrançois, aussi favorable à ce qu'on limite à quatre le nombre de passations.

« On ne veut pas que les étudiants le réussissent à l'usure. On veut qu'ils comprennent l'importance qu'on accorde à la qualité de la langue. Un nombre illimité de passations n'envoie pas un bon message », a dit pour sa part Serge Striganuk.

Parfois accusés d'être dans une « tour d'ivoire », les doyens des facultés d'éducation assurent qu'ils ne sont pas déconnectés de ce qui se déroule dans les salles de classe des écoles primaires et secondaires du Québec. « On nous rapporte que des élèves ont déjà corrigé des fautes évidentes laissées par leur professeur au tableau. On ne veut pas que cela arrive », insiste M. Striganuk.

Cela étant dit, le président de l'ADEREQ assure que la qualité de la formation des enseignants est « excellente » puisque la grande majorité des étudiants finissent par réussir l'examen après un nombre raisonnable de tentatives.

Pour les autres, il existe plusieurs « filtres » durant la formation. « Si un étudiant, à son quatrième stage, écrit au tableau sans soigner son français ou envoie des courriels aux parents en faisant des erreurs, il va échouer à son stage », explique Mme Lefrançois, professeure de didactique à l'Université de Montréal.

Toutes les universités font désormais passer des tests diagnostiques aux futurs enseignants à leur entrée dans le programme pour les aider à prendre connaissance de leurs compétences langagières. Certaines universités les obligent ensuite à suivre une formation supplémentaire pour corriger leurs lacunes. D'autres rendent cette formation obligatoire après un premier échec au TECFEE.

Un test trop difficile ?

Les futurs enseignants qui échouent aux premières tentatives disent que le test est difficile. Or, le test ne devrait pas être moins exigeant, croit M. Striganuk de l'ADEREQ.

« Il n'y a aucune exception du code linguistique dans l'examen. Il y a parfois des règles grammaticales qu'on ne voit pas si souvent, mais qu'il faut connaître, explique M. Striganuk. La différence avec un scientifique, un gestionnaire ou un ingénieur, c'est que l'enseignant dans sa tâche doit faire de la détection et de la correction des erreurs de syntaxe et de vocabulaire. On n'exige pas cela d'un ingénieur ou d'un médecin. »

À son arrivée à la tête du ministère de l'Éducation au printemps 2015, François Blais s'était engagé à resserrer les critères d'admission au baccalauréat en enseignement ainsi qu'à limiter le nombre de reprises autorisées pour le TECFEE. Or, M. Blais a cédé sa place à Sébastien Proulx en 2016 avant de réaliser ses promesses.

L'ADEREQ est toujours en attente d'une décision du ministre de l'Éducation actuel sur la question.

- Avec la collaboration de William Leclerc, La Presse

QU'EST-CE QUE LE TECFEE ?

Entré en vigueur en 2008, cet examen vise à évaluer la compétence langagière attendue d'une personne qui poursuit une formation universitaire en enseignement, explique le Centre d'évaluation du rendement en français écrit - organisme qui gère la passation du test - sur son site internet. L'examen comprend deux parties : un questionnaire à choix multiples et une épreuve de rédaction. À l'origine, le nombre de passations était limité à trois. Les règles ont été assouplies par la suite.

Réussiriez-vous le test ?

Vous devez choisir la réponse ayant les deux mots bien orthographiés.

EXEMPLE 

Ils nous ________ un chèque aussitôt qu'ils ________ notre texte.

a) enverrons, publieront

b) enverrons, publiront

c) enverront, publieront

d) enverront, publiront

Réponse : c

Les dernières questions du test contiennent deux erreurs. Vous devez trouver lesquelles en choisissant la réponse ayant les deux mots bien orthographiés.

EXEMPLE 

Les hangards sont très dangereux, ils provoquent des incendies à cause du vieux charbon imprégné dans leurs mûrs.

a) hangars, dangeureux

b) dangeureux, incendis

c) incendis, murs

d) hangars, murs

Réponse : d

Si vous croyez que le mot souligné est bien orthographié OU qu'il ne constitue PAS une erreur de syntaxe ni de vocabulaire, vous répondez en choisissant la case A du numéro correspondant. Si vous croyez que le mot souligné est mal orthographié OU qu'il constitue une erreur de syntaxe ou de vocabulaire, vous répondez en choisissant la case B du numéro correspondant.

EXEMPLE 

Luc a (1) téléphoné chez le dentiste pour prendre un (2) appointement, car une de ses dents est (3) carriée.

1er MOT

A : Le mot téléphoné est bien orthographié.

2e MOT

B : Le mot appointement est bien orthographié, MAIS c'est un anglicisme pour désigner « rendez-vous ».

3e MOT

B : Le mot « carriée » est mal orthographié : il s'écrit avec un seul r (cariée).

Source : Guide de préparation au Test de certification en français écrit pour l'enseignement (TECFEE), Centre d'évaluation du rendement en français écrit (CEFRANC)




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer