La FECQ demande des stages collégiaux payés

Jason St-Amour vient d'être élu à la tête... (Photo Olivier PontBriand, Archives La Presse)

Agrandir

Jason St-Amour vient d'être élu à la tête de la FECQ.

Photo Olivier PontBriand, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est le réseau public qui rémunère le moins ses stagiaires, particulièrement dans les secteurs traditionnellement féminins, dénonce la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), qui se met déjà en mode préélectoral pour tenter d'obliger les partis politiques à prendre position.

« Dans les techniques de la santé, en soins infirmiers, les étudiants ne sont pas nécessairement rémunérés », a fait valoir Jason St-Amour, qui vient d'être élu à la tête de la FECQ, ajoutant que la même tendance existe aussi « en travail social, en éducation spécialisée ou en éducation à la petite enfance ». « Un fait notable, c'est que dans ces domaines, il y a beaucoup plus de femmes, a-t-il dit en entrevue. À travail égal, un stagiaire se doit d'avoir un salaire égal et des conditions de travail égales. » Et comme beaucoup de ces stages se font dans le secteur public, la décision finale repose entre les mains du gouvernement.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer